Valérie Kouamé, DG ORASSU Groupe et commissaire générale du SADA / Crédit image : atoo.ci
MarqueStrat'Conso

Valérie Kouamé : “Nous n’avons plus le choix : Nous digitaliser ou disparaître”

0



Le secteur des assurances est en perpétuelle évolution, tant au niveau de la conceptualisation que de ses déclinaisons de produits. Les pays émergents ou à économies en plein essor, ne dérogent pas à cet état de fait. La crise la pandémie à coronavirus à entériner l’importance du numérique, dans nos sociétés de consommation. Il n’est, donc, pas étonnant que pour sa quatrième édition, prévue le jeudi 16 et le vendredi 17 septembre 2021, à la Caistab du Plateau, en Abidjan, le thème du SADA (salon africain des assureurs) soit le l’acte 2 de la troisième, à savoir : La digitalisation de l’assurance au profit de la population.

Crédit image : SADA

Réalisé, pour la première fois, en 2017, le SADA n’a pu se dérouler en 2020, pour cause des restrictions prise dans le cadre de la lutte contre l’ennemi invisible. Professionnels des assurances (du continent africain et de l’occident) viendront y exposer et y partager leurs expériences.

Selon Valérie Kouamé, directrice générale de ORASSU Groupe et
commissaire générale du SADA : “L’objectif est de montrer
l’importance de la digitalisation et son impact de nos jours, dans le domaine des assurances. À cette occasion, des sociétés d’assurance de pays frères, tant du continent africain que de l’Occident, sont invitées. Elles viendront exposer leurs divers produits et partager, avec les autres participants, leurs longues expériences du vaste domaine des assurances et leur passion du métier…À travers ce salon, nous voudrions créer un cadre formel d’échanges enrichissants entre tous les acteurs…Dans un monde toujours plus connecté, le digital devient la norme, une composante indispensable et attendue de l’offre de service de toute entreprise…Nous autres du monde des assurances, nous n’avons plus le choix : nous digitaliser ou disparaître”.

Crédit image : bourses news

Pour la commissaire générale du SADA, le choix du thème, identique à celui de  2019, n’est pas anodin : “Le digital est un levier puissant parce que l’outil numérique est à même de permettre aux professionnels d’appréhender les enjeux relatifs au développement de l’entreprise d’aujourd’hui et de demain. D’où l’intérêt du thème de la 4e édition qui fut le même de la 3e édition du Salon africain des assurances’’.

Durant cette 4e édition du salon africain des assurances, le public et les professionnels vont profiter de journées portes ouvertes, de mini conférences sur des thématiques précises de l’assurance, de rencontres B to B, etc. Dans le détail, d’éminents spécialistes vont intervenir dans cinq (5) grands panels et trois (3) ateliers d’échanges. Ils vont tenter de couvrir cette large thématique,  définitivement actuelle. Le SADA, c’est plus de 30 exposants et près de 5000 participants attendus. La manifestation sera clôturer par un diner. Pendant ce diner,  les meilleurs acteurs du monde de l’assurance recevront des récompenses.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Reportage : Déluge sur le SIBAL

 



De bonnes augures pour NSIA Banque Côte d’Ivoire

Article précédent

Sublime Côte d’Ivoire, une stratégie de valorisation du potentiel touristique de la terre d’éburnie

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Marque