corruption SPACIA Côte d'Ivoire
La corruption fait perdre chaque année 1300 milliards à la Côte d'Ivoire. Crédit image :lobservateur.info
économieStrat'Eco

SPACIA, une plateforme pour dénoncer les actes de corruption

0

La Corruption fait perdre, chaque année, plus de 1.300 milliards de FCFA, à la Côte d’Ivoire. Pour stopper cette gangrène, l’Etat Ivoirien vient de créer SPACIA, une plateforme de lutte contre ce fléau. Les détails dans ce dossier signé Strat’Marques.

Epiphane Zoro Bi, Ministre Ivoirien de la promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption. Crédit image : FratMat

La Côte d’Ivoire se dote d’outils pour lutter contre la corruption. Pour ce faire, elle crée SPACIA, la Plateforme nationale du Système de Prévention et de Détection des Actes de Corruption et Infractions assimilées. Cette plateforme, instituée le 13/04/2022, dans le pays des éléphants, vise à insuffler plus de transparence dans la gestion des affaires publiques. En tout état de cause, sa mission est de recueillir et de traiter les alertes, les signalements et les dénonciations de cas de corruption et infractions assimilées.

SPACIA, une plateforme, 3 canaux de dénonciation

 

Grâce à SPACIA, Les usagers disposent donc, désormais, de trois canaux pour signaler les actes de corruption et faits assimilés.

Une plateforme digitale

Elle permet aux usagers de dénoncer les cas de corruption, partout où ils se trouvent. Que ce soit sur le territoire national ou à l’extérieur de celui-ci. Ce canal digital, élaboré avec l’appui de la SNDI, société nationale de développement informatique, est accessible aux adresses www.spacia.gouv.ci ou www.spacia.ci

Un numéro gratuit : 1345

Les usagers peuvent, également, dénoncer les faits de corruption sur un numéro gratuit : Le 1345. Ce numéro est accessible sur le réseau de toutes les compagnies de téléphonie exerçant sur le territoire.

Le service courrier SPACIA

Le service courriers de SPACIA est l’ultime moyen de signalement. Deux possibilités s’offrent, ici, à l’usager. Il peut se rendre, soit, au siège de SPACIA à Cocody-M’badon, dans la commune de Cocody, soit dans les locaux du ministère en charge de la lutte contre la corruption au Plateau, au 4ème étage de la Tour C.

Dénoncer avec des informations précises

La dénonciation des actes de corruption contribue énormément à l’assainissement des finances publiques. Crédit image : eburnytoday.

Les signalements se font aux moyens des trois canaux présentés ci-dessus. Les informations, à transmettre à la plateforme, doivent être suffisamment détaillées. Afin de faciliter la prise en charge. L’usager doit indiquer, lors de sa déposition, le détail des faits : Quels types de faits sont en cause ? Qu’est ce qui s’est réellement passé ? Où se sont ils déroulés ? De quelles manières ? Quels sont les acteurs impliqués ? Bref, il doit être le plus précis possible. Toutefois, si ces derniers sont difficilement identifiables, les agents de la SPACIA procèdent à des vérifications en ce sens. Complément d’informations. Les signalements peuvent se faire de façon notoire ou anonyme.

Des sanctions administratives, disciplinaires et judiciaires

 

Justice SPACIA lutte anti-corruption

A l’image, le tribunal de première instance d’Abidjan. La justice ivoirienne doit jouer sa partition dans la lutte contre la corruption. Crédit image : Abidjan.net.

Il faut savoir que les dénonciations ou alertes peuvent aboutir à deux types de réponses. Si les informations afférentes ne sont pas crédibles, le dossier est, tout simplement, invalidé. Néanmoins, elles seront reversées dans le système SPACIA. En revanche, si les faits sont vérifiés et avérés, les coupables s’exposent à des sanctions. Ces sanctions peuvent être d’ordres administratif, disciplinaire ou judiciaire. SPACIA a l’obligation de saisir les autorités compétentes et d’assurer le suivi des mesures prises.

La lutte contre la corruption doit être une priorité pour tous. Crédit image : eburnietoday.

Pour la corruption désigne le fait, pour un individu, de recevoir ou de solliciter des dons, des présents, des offres, dans l’exercice de ses fonctions. Certaines infractions sont également assimilées à de la corruption. Il s’agit, notamment, des cas d’enrichissement illicite, dans lesquels un individu détient des fonds disproportionnés, rapport à ses revenus. En Côte d’Ivoire, les actes de corruption représentent 4% du PIB du pays. Soit un peu plus de 1.300 milliards de FCFA. L’indice de perception de la corruption en terre d’éburnie, au niveau du secteur public, était de 64 points en 2021. La même année, la Côte d’Ivoire occupait la 104ème place en matière de corruption, selon Transparency International. Une donnée résultant d’une étude portant sur 179 pays. Une position que SPACIA devrait permettre d’améliorer. A condition, bien sur, que la plateforme de prévention de la corruption honore les lourdes attentes portées sur elle.

Hartman N’CHO

rédacteur

à lire aussi sur Strat’Marques :

PNG, l’outil anti corruption ?

Sarah Traboulsi, à la conquête du monde avec NaturaBio

Previous article

Sival : Le développement du tourisme intérieur, en Côte d’Ivoire, une priorité ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in économie