affiche Salon international du tourisme et des loisirs
AnalyseDossierStratégie

Sival : Le développement du tourisme intérieur, en Côte d’Ivoire, une priorité ?

0

Le Sival, c’est le Salon International des Vacances et des Loisirs. Organisée par l’Agence DIM VOYAGES, ce salon œuvre à la promotion de la Sublime Côte d’Ivoire. Ainsi, du 28 au 30 juillet 2022, la 1ère  édition de ce Salon, porté par Félicité Ablé épouse Gbanet, prenait place. Où ? Dans la ville touristique de Grand Bassam. Avec pour thème, Tourisme et loisirs : quelle Destination pour les vacances ?  Et pour sa conférence inaugurale, c’est un expert du domaine, Dr Pascald Djadou, qui ouvrait le bal. Pour le Président du comité scientifique du Sival :  « Il faut développer le tourisme intérieur ! »

Félicité Ablé épouse Gbanet, Commissaire Générale du Sival.

Une industrie née de l’envie de nouveaux horizons

Il faut savoir que si, aujourd’hui, le tourisme regroupe un ensemble de pratiques socio-économiques, il a tout de même une genèse. C’est pourquoi le conférencier, dans son propos introductif, est revenu sur l’évolution de ce secteur. Selon lui, depuis le 18ème siècle, et plus particulièrement au 19ème siècle, le tourisme s’est fortement développer. Notamment, avec l’essor des moyens de transport. Ce développement était, avant tout, lié a un besoin de découverte. Si cette évolution se confirme et s’amplifie au 20ème siècle, elle s’est matérialisée par différents facteurs socio-économiques :

  •  L’introduction des congés payés.
  • Le fort développement de l’industrie et des moyens de transports (chemins de fer, avion, etc.)
  • Avec, pour conséquence, la démocratisation et l’internationalisation du  tourisme de masse.

De ce fait, les voyages nécessitent, désormais, des lieux d’accueil appropriés. Et susceptibles d’assurer, à la fois, le gite et le couvert. Ainsi, de l’établissement de tourisme balnéaire et de santé originel, ces lieux de vie ont du et su s’adapter. Et cela, au bénéfice d’une diversification du tourisme.

Des termes de références loin d’être anodin

A la tribune, Dr Pascald Djadou. Président du comité scientifique du Sival.

Poursuivant son propos, Dr Pascald Djadou est revenu sur les définitions de mots clés. Et cela, en des termes simples et clairs. Ainsi donc, il a défini les notions de tourisme, de loisir, de destination et de vacances :

  • Selon l’O.M.T., Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme se définit comme l’ensemble des activités déployées par les personnes, au cours de leurs voyages ou séjours, dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel. A des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs. Il désigne donc, à la fois, le fait de voyager, pour son plaisir ou pour affaires, et de résider, de façon temporaire, hors de son espace de vie habituel. Mais, au-delà de ces aspects minimalistes, c’est aussi un secteur économique. Dont les activités comprennent les déplacements et la satisfaction du consommateur !
  • Le loisir, lui, c’est le temps libre… Il recoupe les occupations ou les distractions pendant ce temps de liberté. D’où une opposition au temps de travail.
  • Quant à la destination, c’est le lieu vers lequel quelque chose ou quelqu’un se dirige ou est dirigé. La destination touristique est la place où les individus passent leurs vacances. Les trois éléments clés sont, en premier lieu, la place. Deuxièmement, les personnes. Et, en troisième position, les vacances à proprement dit. Les individus veulent visiter une autre place, dotée, bien sur, d’offres en transport, en hébergement, en nourriture et en divertissement.
  • Enfin les vacances désignent un séjour d’au moins quatre nuitées consécutives passées hors du domicile habituel pour des motifs de détente, de loisirs, de visite à des parents et amis…

Les secrets d’une destination attirante 

L’auditoire du Sival.

Cet expert du tourisme, lors de son intervention, a, également, soulever des questions pertinentes : « Comment se positionner en tant que destination incontournable ? Quelles sont les règles à suivre pour s’assurer de proposer un voyage unique qui répondra aux attentes des voyageurs ? » Ne laissant pas son auditoire sur sa faim, il a livré les clés d’une destination attractive. Selon lui, l’expérience est le début de tout : « En tout premier, il est indispensable d’analyser et de comprendre la destination touristique. Pour en identifier les points forts. Quelles sont les expériences rares à proposer pour que le visiteur s’immerge dans la destination ? Ces expériences sont des moments inoubliables, forts, visuels, authentiques, impressionnants, magiques et, si possible, faciles à partager. Faire la liste des expériences exceptionnelles que propose votre destination va permettre de les intégrer à votre communication et construire, ainsi des messages facilement identifiables pour le public ».

La place de l’émotion

En outre, le membre du comité scientifique du Sival estime que l’émotion est cruciale : « Les voyageurs cherchent à vivre des émotions. Ils veulent se construire des souvenirs. L’émerveillement, la nouveauté, l’aventure sont les temps forts d’un voyage. Communiquer par l’émotion est une stratégie incontournable en marketing touristique. C’est la raison pour laquelle le storytelling permet de transmettre des émotions, via l’histoire de votre destination. Cependant, quelles stratégies adopter ? Inviter des journalistes, des influenceurs, des tours opérateurs, des agences MICE et les emmener hors des sentiers battus est l’une d’elles. Organiser des challenges sportifs, inviter des champions et faire circuler des images sur leurs performances, sont d’autres stratégies ». En effet, trouver des ambassadeurs, associer beauté du lieu et prouesses sportives permet de motiver le partage. Et de développer l’effet viral d’une vidéo.

Rêver toujours plus haut ! 

de D à G, Juste Yao, gérant de SUN Concepts et Dr Pascald Djadou, commissaire général du SIBAL. Crédit image : SIBAL.

Enfin, Dr Pascald Djadou a révélé l’importance du rêve dans l’expérience client : « Une fois le touriste accroché  par l’expérience proposée et par l’émotion véhiculée… il ne reste plus qu’à le faire rêver. Pour faire rêver, rien de plus efficace que de belles images. Des photos époustouflantes de magnifiques paysages ne vous ont- elles pas déjà fait rêver ? Les images parlent d’elles-mêmes et parviennent à nous transporter. Les voyageurs potentiels ont besoin de rêver votre destination, avant de s’y rendre. De plus, grâce au partage rapide et viral d’information sur les réseaux sociaux, partager du rêve est, aujourd’hui, plus facile. Au-delà des photographies de qualité, toute la communication visuelle doit refléter une image forte, bien ficelée. L’ensemble des moyens de communication doit être cohérent et suivre la même identité visuelle ».

Sublime Côte d’Ivoire, plus qu’une destination

Il faut rappeler que le tourisme Ivoirien a de nombreux atouts. Ecologique, balnéaire, culturel, sportif, religieux, affaires… il présente plusieurs forces. Clairement, il regorge de potentiels économiques, sociaux et culturels. Des attraits qui, historiquement, ont nourrit l’appétence pour la Sublime Côte d’Ivoire. Or, si la curiosité, pour cette destination, fut minée par diverses crises, c’est le moment ou jamais de saisir les opportunités nées de la résilience.

C’est pourquoi la Côte d’Ivoire s’investit autant pour le développement d’une offre touristique originelle et dérivée, attractive et compétitive. Toutefois, malheureusement, la satisfaction du consommateur n’est pas encore au rendez-vous. En cause :

  • Un taux de conformité faible et en dessous des standards Internationaux.
  • Une répartition inégale et insuffisante des offres sur le territoire.
  • Des produits en inadéquation avec l’évolution constante des besoins des touristes
  • La concurrence des autres régions, en l’occurrence l’Afrique du nord et l’Afrique australe.

Le tourisme, moteur du développement de la Sublime Côte d’Ivoire ?

Certes, des efforts sont faits et des initiatives lancées pour pallier ces manquements. Néanmoins, la promotion de la destination Côte d’Ivoire demeure handicaper par le coût du transport, du fret aérien, la faiblesse de la desserte aérienne et l’absence de stratégies nationales et régionales appropriées. Ce qui empêche, pour le moment, une offensive réelle sur les principaux marchés émetteurs. D’où le faible flux de touristes internationaux, en Afrique de l’Ouest.

Dans le cadre de sa stratégie Sublime Côte d’Ivoire, l’Etat Ivoirien veut faire, du tourisme, un moteur du développement socio-économique du pays. Pourtant, si la volonté est affirmée, de nombreux défis sont à relever par le secteur. Des défis à l’image du caractère transversal du tourisme et sa forte interaction avec tous les secteurs économiques. Les divers troubles qui secouent le monde et la sous région, le manque de ressources humaines qualifiées et d’établissements de formation aux métiers du tourisme et des loisirs n’arrangent rien.

Des investissements pour l’émergence du tourisme intérieur

Crédit image : Go Africa Online.

De surcroît, la qualité et la quantité, des infrastructures de transport terrestre, l’aménagement du territoire et des voies d’accès vers les sites touristiques majeurs sont des chantiers majeurs. La cherté et la faiblesse de la desserte aérienne sont, également, des obstacles à l’attractivité de la destination.

La dirigeante de DIM Voyages.

Félicité Ablé épouse Gbanet. Crédit image : DIM Voyages.

A n’en point douter, des investissements conséquents, fait en ce sens, conduiront à une montée en puissance et à l’émergence de la Sublime Côte d’Ivoire plurielle. Une croissance qui impactera, non seulement, les indicateurs socioéconomiques et financiers du secteur. Mais génèrera, également, des millions d’emplois. Tout en renforçant le secteur privé.

Crédit image : LinkedIn.

Enfin de compte, le développement du tourisme et des loisirs, en Côte d’Ivoire, est une question, d’une part, d’éducation de la Communauté. Et, de l’autre, d’initiative des personnes publiques comme privées. Etant entendu que la mise place d’une agence régionale de promotion touristique, dans chaque région de la Côte d’Ivoire, fluidifierait l’action et consoliderait les acquis.

Pour rappel, Dr Pascald Djadou est un conférencier émérite. Docteur-Ingénieur en Communication et Management du Tourisme et des Loisirs, il est, également, le PDG de HANNIELLE Group. Une Agence Conseil en Développement Culturel et Touristique. Membre de l’Association Française de Management du Tourisme, il a réalisé, il y a près d’un an, la première édition du SIBAL. Le Salon International de la boisson et de l’alimentation dont il est le commissaire général.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Félicité Gbanet, de DIM Voyages au Sival

SPACIA, une plateforme pour dénoncer les actes de corruption

Previous article

#3 CIE : Branchement, Abonnement, Mutation, Résiliation, comment faire ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Analyse