Event

Sara 2019: La France dévoile ses secrets en matière d’Agro-écologie et d’innovation

0

La France est le pays à l’honneur de la 5ème édition du Salon international de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA) 2019. De ce fait, étant l’une des plus grandes puissances agricoles mondiale l’occasion leur a été donnée de prouver lors de la 2ème journée à travers des sessions d’échanges que leur réputation est loin d’être surfaite.

 Sous l’impulsion du CIRAD, de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Ambassade de France, plusieurs tables rondes ont été organisées à partir de la thématique générale. La première, modérée par Eric Scolpel du CIRAD a porté sur : « L’agro-écologie, une agriculture intelligente et innovante » démontrait à souhait le caractère innovant et moderne de l’agro-écologie. La deuxième table ronde quant à elle, a permis de réfléchir aux nouvelles voies de la formation et du développement pour réussir la transition agro-écologique. Elle s’est appesantie sur les modalités de politiques publiques qui doivent être mises en œuvre au niveau de la recherche, de la vulgarisation, de l’enseignement afin de  déployer ces pratiques agro-écologiques. La troisième table ronde s’est attelée à démontrer pour ceux qui n’en étaient pas encore convaincus, que l’agro-écologie en plus d’être bien pour l’environnement, est aussi et surtout quelque chose de rentable.

Les échanges se sont poursuivis dans l’après-midi, cette fois au pavillon français avec une conférence sur la : « Qualité des produits agricoles-IGP, traçabilité des filières, certifications ». L’auditoire a été largement instruit sur plusieurs sous-thèmes à savoir : Qu’est-ce qu’une indication géographique ? La mise en place d’indications géographiques en Afrique à travers le cas du projet PAMPIG. Une session de témoignages et d’expériences françaises et africaines ont clos cette journée de réflexion.  Il convient de préciser que cette deuxième journée dédiée au pays à l’honneur a aussi abrité dans l’après-midi, un atelier programmé sur les enjeux des start-up agricoles face à l’emploi des femmes et des jeunes.

Cette problématique majeure qui est au cœur des activités d’ONU Femmes a été amplement débattue, au cours d’une session dont l’objectif était de susciter un engouement pour l’entrepreneuriat des femmes et des jeunes en vue d’endiguer le chômage et la pauvreté. La projection de film sur la certification du beurre de karité des femmes ivoiriennes appuyées par ONU Femmes a permis de voir comment les paysannes des régions du Tchologo et du Boukani ont pu accroître leurs revenus à travers la maîtrise de la chaîne de production et de transformation de cette matière première. Cet atelier a pris fin par une signature d’accord entre la FAO et le ministère de l’Agriculture et du Développement rural dans l’optique d’initier des actions conjointes pour aider à l’éclosion des start-up agricoles. Une solution efficace contre la précarité et le chômage au niveau de la population féminine et de la jeunesse.

Les représentants du secteur public, du monde agricole, de la recherche et de l’entreprise réunis à la salle « Cacao » du SARA ont croisé leurs visions, leurs attentes et leurs propositions au cours de ce colloque dont le thème principal était : « L’agriculture et l’agro-alimentaire : transitions agro-écologiques et innovation ».

Juliette Abwa

 

SARA 2019 : Trois Femmes Lauréates du Prix Pierre Castel, célébrées à la Cérémonie d’Ouverture

Article précédent

SARA 2019 : Le président Alassane Ouattara veut passer à la transformation des produits agricoles 

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Event