Crédit image : Strat'Marques
entrepreneuriatStrat'Eco

Particulier et authentique by Neqoda

0

Mademoiselle Lavri Myriam est diplômée en marketing, communication, option publicité.  N’ayant pas eu l’opportunité de travailler en entreprise et détestant l’oisiveté, elle décide de se lancer dans diverses activités. Finalement, c’est dans le domaine du stylisme qu’elle décide de commencer sa vie entrepreneuriale. De la vente d’articles dédiés à la gent féminine pour le compte de sa tante, des pochettes, parfums et divers cosmétiques qu’elle a eu l’occasion de proposer à la clientèle, elle a, aujourd’hui, créé sa propre marque et compte bien estampiller le monde de son empreinte.

D’où vous est venue votre passion pour la mode et comment est née votre marque ?

Lavri Myriam, Fondatrice de Neqoda / Crédit image : Neqoda

Je ne vous dirai pas que j’étais une passionnée de mode ou que, petite, je cousais des vêtements pour mes poupées. Pour être honnête, j’étais un vrai garçon manqué, à l’aise en jean et t-shirt. Ensuite la mode s’est imposée à moi. Je me souviens en 2014, étudiante en commerce et communication au groupe Casting Plateau, nous avions validé nos différents modules, nous étions en plein calcul de moyennes. Les enseignants étaient, en cette période, parfois absents. Profitant d’une de leurs absences, j’ai décidé d’effectuer une balade à l’ex Cash Center du Plateau pour regarder les différents produits et prendre de quoi grignoter. J’y ai fait une rencontre extraordinaire. Je me tenais devant un rayon de pagnes Woodin. C’était comme si j’étais seule dans mon monde ! je ne voyais que les pagnes et n’entendais plus les sons de l’activité urbaine autour de moi. Il faut le dire, je n’étais vraiment pas du tout pagne. Je m’y suis rapproché pour regarder les prix, surtout ceux de la gamme Bogolan. Je ne pensais plus qu’à eux ! Le lendemain, j’y suis retournée, cette fois-ci, avec mon argent de transport pour l’école, vu que les profs étaient absents, pour m’acheter deux pagnes Bogolan. Dans le temps, il coutait 14.500 francs CFA la pièce. De retour à la maison, ma mère les a trouvés beaux et a décidé de m’en prendre six complets de plus. J’avais de beaux pagnes et je ne savais quoi en faire, jusqu’à ce que je pense à africaniser des accessoires comme les sacs, les chaussures et faire du linge maison : Des ensembles peignoirs, etc. L’idée était là, mais ne sachant coudre et n’ayant pas d’employés sous la main, comment la matérialisée ?  Mon partenaire, dans le temps, à décidé de m’aider, car il s’y connaissait plus et avait des contacts, c’est ainsi que Neqoda est née.

Vous avez baptisé votre marque Nequoda, pourquoi ce choix ?

Neqoda / Sibal 2021 / Palais de la culture / Treichville, Abidjan, Côte d’Ivoire /Crédit image : Strat’Marques

Pour le nom, ce fut une incroyable découverte pour moi ! Je lisais la bible et je vis le nom Neqoda. Je dis : “C’est beau !”. C’est, en fait, le nom d’une famille Hébreux qui a été forcée à l’exil. Elle a traversé le désert, pour rejoindre la ville voisine. Là, elle a rencontré la parole de Dieu. De retour sur sa terre natale, cette famille n’a, malheureusement, pas pu prouver son appartenance au peuple d’Israël. Neqoda signifie : “Qui se distingue des autres, qui est particulier et authentique”. Je m’y suis retrouvé, car, pour moi, ce parcours symbolise l’espoir ! En ce moment, je vis ma traversée du désert, un passage obligé pour tout entrepreneur, mais j’espère retourner, sur ma terre natale, avec de nouveaux acquis ou de nouvelles aptitudes. Dans mes créations, j’ai, donc, décidé de me démarquer, de faire des choses rares et nouvelles. Neqoda s’inscrit à 100% dans ma vision.

A vous écouter, Il semblerait que l’inspiration de Nequoda soit divine. Est ce le cas ?

Collection Neqoda / Crédit image : Neqoda

Oui, je dirai que l’inspiration me vient de Dieu. Je n’ai pas été en école de mode. Je n’ai pas de plan bien défini, me disant, aujourd’hui, je me réveille, je crée ceci ou cela. Dieu m’a doté d’une créativité en recherche continue, parfois cela est embêtant, car je change si rapidement d’idée, trouvant le projet initial non abouti ! Il faut savoir que j’aime tout ce qui est Africain : l’art, les couleurs, les ornements les imprimés. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’en inspirer. Nous avons de très belles matières à valoriser ! Elles sont authentiques, particulières et rares ! Pourquoi ne pas s’en servir et les faire découvrir au monde ? Je crois que c’est une ressource à exploiter, en plus du tourisme, pour montrer de meilleures aspects de notre continent que la famine et les guerres. C’est aussi une solution économique.

Le samedi 18 décembre 2021 sera un jour spécial pour vous. Le public saura, enfin, qui se cache réellement derrière Nequoda. Qu’avez vous prévu pour cette quasi première sortie publique officielle et qu’elle en sera la particularité ?

Crédit image : Strat’Marques

(sourire) Si je le pouvais, je m’effacerai pour que la marque puisse être le seul centre d’intérêt. Je voudrais, simplement, que mon travail soit reconnu et apprécié, sans toute fois recherché une gloire personnelle. Je serai présente au défilé, vu que certaines personnes proches viendront me soutenir et m’encourager. Sinon, j’aurais préféré l’anonymat, car je n’aime pas, véritablement, me mettre en avant. La grande particularité de cette soirée, c’est l’hommage à mon défunt père qui s’en est allé le 23 mars 2020… Je n’ai pas, encore, véritablement, fait mon deuil (air grave). Il ne savait pas pour mes activités. A travers ma collection Malê qui signifie en Avikam, la langue de mon père,  Départ, je vais, véritablement, pouvoir me libérer et le laisser partir. J’espère, aussi, que cette soirée sera le départ et le début de très belles opportunités pour Neqoda ! C’est mon premier défilé et il sera enrichissant pour moi ! Il y aura, ce jour là, à mes côtés, une excellente créatrice de la marque Crochet d’or. Elle vous fera découvrir ses créations, ce 18 décembre 2021. Aussi, des jeunes qui souhaitent exercer le métier de mannequin professionnel feront leurs premiers pas sur le T.Neqoda. Ainsi, nous faisons d’une pierre deux coups, en créant des opportunités pour d’autres qui en ont besoin. Un élément important pour moi, vu ma difficile expérience du monde du travail.

Ce défilé est destiné à quel public ?

Collection Neqoda / Crédit image : Strat’Marques

Le défilé de mode est, à l’origine, une présentation, en chair et en os, en tissu et en pagne, des dernières créations d’une maison de mode ou d’un créateur à ses clients ou potentiels clients. Je cible tous les amoureux de mode, à la recherche de choses nouvelles et originales.

Que prévoyez vous, après ce défilé du 18 décembre 2021 ?

Atelier Neqoda / Crédit image : Strat’Marques

Collection Neqoda / Crédit image : Strat’Marques

Neqoda va continuer ses actions commerciales à l’étranger, car son principal marché s’y trouve. De nouvelles collections verront le jour. J’ambitionne de conquérir le marché national Ivoirien et sous régional Ouest Africain, de réaménager mon atelier de couture, d’embaucher de nouveaux modélistes pour être beaucoup plus performante, d’ouvrir un magasin physique et bien d’autres surprises.

Tasses Neqoda / Crédit image : Strat’Marques

L’entrepreneuriat n’est pas un long fleuve tranquille. S’il est semé d’embûches, de déceptions et d’amertumes, il est, bien souvent, le moyen de trouver sa voie, sa voix. Pour Lavri Myriam, fondatrice de la marque Nequoda : “Nous avons tous des passions, parfois imposées comme dans mon cas ou celles qu’on identifie et que l’on nourrit. Croyez en vous ! En votre potentiel ! Même quand on vous ferme les portes, regardez à Dieu, celui qui qualifie et qui crée les opportunités. Travaillez dur, prenez de la peine ! Vous aurez des obstacles, mais n’abandonnez jamais vos rêves. Si d’autres l’ont fait, vous en êtes capables !”

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Editorial : Et si le Made in Côte d’Ivoire était à la mode ?

Archibat 2021, la passerelle entre le public et la fabrique de la ville

Previous article

Strat’Marques couvre vos événements

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply