11ème orange Business Live. Orange Village. Cocody, Abidjan, Côte d'Ivoire. 24/11/2022. Crédit image : Strat'Marques.
DossierStrat'TechTech

Orange Business Live, l’intérêt du digital pour le monde agricole

0

Orange Business Live, c’est le traditionnel rendez-vous phygital d’Orange CI. Réalisé tous les 2 mois, en présentiel et en distanciel, la rencontre bimestrielle propose, à chaque édition, un panel d’experts. Et à chaque édition, les intervenants choisis partagent leur expertise sur des sujets portant sur la technologie, le digital et le business. Pour sa 11ème session, c’est à l’Orange Village, le siège Ivoirien du géant Télécom du même nom, que les échanges ont eu lieu. Des échanges dont l’axe majeur était, en ce 24/11/2022, l’agritech. En conséquence, pour éplucher ce domaine en pleine expansion, le thème retenu pour cette séance était : La digitalisation comme levier d’optimisation de la productivité agricole. Une thématique, en l’occurrence, de grand intérêt pour un continent comme l’Afrique et un pays comme la Côte d’Ivoire. Un dossier signé Strat’Marques.

La rencontre du digital et du monde Agricole

Crédit image : Geospatial World.

L’agritech où la rencontre du digital et du monde agricole. Contraction des mots agriculture et technologie, le terme englobe la conception et l’utilisation d’outils technologiques qui améliorent le quotidien des agriculteurs. Ses applications concernent, donc, aussi bien les produits que les entreprises. Portée majoritairement par des start-up, l’agritech est en plein boom. Cependant, pour le moment, l’agribusiness en est la principale bénéficiaire. Ainsi, si ce secteur innovant se réfère aux nouvelles technologies utilisées dans le domaine de l’agriculture. Il n’est pas encore assez attractif pour les petits producteurs.

 

Crédit image : Strat’Marques.

Or, son objectif est bel et bien de faciliter le quotidien des agriculteurs. Afin que ces derniers gagnent en confort, en efficacité, en productivité et en rentabilité. Et ce, grâce à divers outils tels que :

  • Des logiciels de gestion.
  • La recherche et développement.
  • La recherche appliquée.
  • Le financement participatif…

Un panel de spécialiste de la digitalisation du monde agricole

C’est fort de ce constat qu’Orange CI a convié, le 24/11/2022, de 10h00 à 12h00, à l’auditorium de son siège, des spécialistes du domaine, des invités et les médias pour discuter, ensemble. Discuter sur comment la digitalisation peut impacter la production agricole. Modérés par Eunice Telhoro, les panélistes n’étaient autres que :

Ensemble, ils ont abordé des questions telles que :

  • Les segments d’intervention du digital dans le secteur agricole.
  • L’impact de la digitalisation sur le monde agricole.
  • Ses limites et ses défis.
  • La révolution digitale dans le secteur agricole, etc.

Didier Kla – Directeur Orange Business & Broadband – retenu par d’autres engagements, n’a pas pu participer à cette session.

Le digital, outil d’aide à la décision

Crédit image : Strat’Marques.

Honneur au dame. Latifa Diack a été la première à prendre la parole. Pour elle : « Avec la réduction de la fracture numérique, la digitalisation touche tous les secteurs. Le monde agricole n’est pas en reste. Aujourd’hui, avec l’essor technologique, de nombreuses possibilités sont ouvertes. Digitalisé le monde agricole, c’est, avant tout, faire face à une chaine de valeur. Où chaque acteur est confronté à des challenges. Le digital peut apporter des informations précises qui aident à la prise de décisions. Et permettre de proposer des produits de qualité, dont la traçabilité est garantie. Le digital fédère l’écosystème, sur une filière donnée ».

 

Crédit image : Strat’Marques.

 

Allant dans son sens, Hamza Rkha Chaham l’a souligné. « Des outils d’aide à la décision permettent, à l’agriculteur, d’avoir une meilleure vision de sa parcelle. Grâce à l’imagerie satellites, l’imagerie drones, des capteurs automatiques, etc. Sans compter les logiciels et applications. De ces données recueillies, l’on peut réaliser des analyses de parcelles. Des analyses qui permettent de nourrir le sol au bon moment, de récolter au moment propice. Et, également, de mettre à disposition, de l’agriculteur, des outils d’évaluation de son rendement et de sa performance ». En l’espèce, depuis un ordinateur ou un smartphone, l’agriculteur peut :

  • Avoir accès à la météo.
  • Déclencher l’arrosage de cultures.
  • Distribuer de la nourriture à ses animaux.
  • Calculer la quantité d’eau, d’engrais ou de nutriments dont a besoin une plante.
  • Obtenir des renseignements, à distance, sur le taux d’humidité de l’air.
  • Connaître la température des sols, etc.

Un propos nuancé

Crédit image : Strat’Marques.

Nonobstant les avantages certains que la digitalisation offre au monde agricole, Ken Lohento, a nuancé le propos. « En Afrique, où le taux de pénétration de la téléphonie mobile et du mobile money est le plus élevé au monde, il faut préciser que 50% des populations ont, véritablement, accès, à la téléphonie mobile. Dans un pays comme le Soudan du Sud, par exemple, ce pourcentage est de 20%. Une large part des populations n’est pas connectée ou utilise des téléphones GSM

Il faut donc que les technologies numériques et leurs développeurs proposent des produits s’appuyant sur les outils existants tels que la radio ou l’USSD, beaucoup utiliser dans les milieux ruraux. Pratiquement tous les pays sont actifs sur l’agritech. Cependant, ils sont, tous, confrontés à divers défis. Si le Kenya est actif, avec près de 150 applications agritech, ce n’est pas le cas de tous les pays du continent ! En effet, à ce niveau, on constate une disparité, un décalage entre les différents pays Africains ». Pourtant, les cas d’usage de l’agriculture digitale touchent 5 grands domaines :

  • Le conseil agricole.
  • Les espaces marchés physiques et numériques (market place).
  • Les chaines d’approvisionnement.
  • Le financement agricole.
  • Et la gestion des politiques agricoles.
Pas d’optimisation sans investissements

Crédit image : CIO Mag.

Il n’est donc pas étonnant que les outils digitaux permettent, non seulement, d’optimiser les ressources et de minimiser les coûts. Mais aussi de valoriser la production et de monétiser l’activité agricole. En tout état de cause, il sont un moyen pertinent pour que le consommateur final paie le juste prix. De plus, depuis 2017, une maturation certaine du marché de l’offre digitale, à l’adresse de l’agribusiness et des agriculteurs, est constatée.

Crédit image : Strat’Marques.

En définitive, il est important, notamment en Afrique, de mettre les agriculteurs à un niveau optimal de performance. Clairement, le digital peut y contribuer. Malheureusement, le monde agricole souffre de ses faibles taux d’investissement. En effet, l’Union Africaine recommande, à ses pays membres, de consacrer 10% de leur budget au secteur agricole. Actuellement, sur ces 54 pays, seuls 4 appliquent cette recommandation. Pour rappel, l’agritech a le vent en poupe. Les entreprises évoluant dans ce domaine font régulièrement parler d’elles du fait des levées de fonds qu’elles réalisent.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Orange pour l’éthique et contre la corruption !

Forum de Dakar, Avisa Partners peut sabrer le champagne !

Previous article

Art de la table : Un diner sensationnel sur « Le toit d’Abidjan » !

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Dossier