Itinéraire

Olga Yenou : l’ivoirienne qui veut faire aimer le chocolat à ses compatriotes

0

En 1994, au plus fort de la dévaluation du franc CFA, un marketeur ivoirien Pierre-Marie N’Goré a un éclair de génie. Il  découvre la formule pour contrecarrer la cherté de la vie : « Consommer ivoirien, c’est consommer malin ». 25 ans après, ce slogan récupéré ensuite par le politique semble avoir trouvé un écho favorable auprès d’Olga Yenou.

Lire aussi : Pierre-Marie N’Goré (Comparateur de prix) : le marketeur au service des consommateurs ivoiriens

La quinquagénaire se bat depuis des années pour inciter les ivoiriens à consommer davantage de produits locaux à base de cacao. Le défi est de taille. Car selon une étude de l’Organisation Internationale du Cacao (ICCO), un ivoirien ne consomme que 500 g de cacao par an contre 3,6 kg pour un français. Mais Olga n’est pas du genre à se résigner.

Forte de ses 20 ans dans le domaine de la production, Olga Yenou décide de créer sa propre usine de production de cacao. Elle quitte son poste confortable de directrice d’usine à Cémoi Côte d’Ivoire pour se lancer dans le monde de l’entreprenariat. En 2007, Olga Yenou crée TAFI SA, une société de transformation de cacao, à la zone industrielle de San-Pedro dans le Sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

En 2012, les premiers produits de l’usine sont des produits semi-finis destinés essentiellement aux professionnels des pays étrangers.  3 ans après, elle met sur le marché les premiers produits finis sous la marque Tafissa qui signifie « se lécher les doigts » en baoulé, une ethnie de la Côte d’Ivoire. Les ivoiriens sont invités à apprécier sa poudre de chocolat constituée à 100 % de cacao et sans sucre ajouté.

L’usine de transformation enregistre actuellement une production de 4.000 tonnes et envisage de faire passer cette quantité à 20.000 tonnes en 2020.

Objectif : conquérir le marché ivoirien puis le marché ouest-africain

Diplômée de l’institut national polytechnique Félix-Houphouët-Boigny (INPHB) et de MDE Business School, Olga Yenou entend conquérir le marché local et sous-régional. Elle devra faire face à de sérieux concurrents au nombre desquels Cémoi et Professional Food Industry,  installés dans zone industrielle de Yopougon.

Vous aimerez aussi : Sur les traces de Fadima Diawara, conceptrice du smartphone 100% Africain

Pour ce faire, son entreprise a signé des partenariats de distribution avec Total, l’aéroport international Félix Houphouët Boigny et les super et hypermarchés du groupe Prosuma. Son entreprise est également présente sur facebook (3430 abonnés) afin d’interagir avec son public. Les produits et l’usine Tafi sont présentés sur le site internet dédié. Sa fondatrice participe aux grands rendez-vous économiques. Olga Yenou a notamment partagé son expérience à la tête d’une chocolaterie lors d’un panel organisé par la CGECI Academy 2018.

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, s’est fixée comme objectif d’atteindre un taux de transformation de 50% d’ici à 2020 contre 33% actuellement. Elle peut compter sur la contribution d’Olga Yenou.

Fikahin Yéo

Les afficheurs de Côte d’Ivoire totalisent le coût du démantèlement de leurs affiches

Article précédent

Communication : Distinction dans l’ordre du mérite, Comment y parvenir

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Itinéraire