Marque

OBTranslate : le traducteur de plus de 2000 langues africaines

0

La technologie s’attaque aux langues africaines. Le site scientifique Scidev.Net a annoncé le lancement d’une plateforme numérique dénommée OBTranslate qui vise à traduire plus de 2.000 langues africaines.

A en croire  le  promoteur, Emmanuel Gabriel, fondateur d’OpenBinacle, 63% de la population en Afrique subsaharienne n’ont pas accès aux marchés mondiaux, en raison des barrières linguistiques et plus de 52 langues autochtones d’Afrique ont disparu et n’ont pas de locuteurs natifs. OBTranslate va permettre donc aux habitants des zones rurales d’accéder facilement aux marchés mondiaux et combler les lacunes en matière de communication sur le continent.

OBTranslate  est une plateforme de traduction assistée par ordinateur et d’apprentissage automatique. Cette innovation résulte d’une application de messagerie antérieure, conçue en 2017 pour permettre une traduction en temps réel de l’interaction entre 26 langues africaines, mais qui avait conduit à des résultats inexacts

« Nous avons créé OBTranslate suivant un modèle d’entreprise innovant, pour garantir que l’outil est durable et capable de payer tous ceux dont les traductions sont très précises », déclare Emmanuel Gabriel. « Dans les cinq prochaines années, nous espérons acquérir des milliers, voire des millions d’utilisateurs, pour assumer les tâches de traduction sur OBTranslate. »

Le fondateur  exhorte les décideurs africains et le secteur privé à envisager d’investir dans OBTranslate, car cela pourrait contribuer de manière positive à l’amélioration de l’économie africaine et aux efforts de création d’emplois.

Cependant, Emmanuel Gabriel explique qu’en raison de problèmes techniques qui doivent être résolus en premier lieu, l’équipe n’a pas encore rendu opérationnelle la traduction en temps réel par les utilisateurs publics.

Pour rappel, Emmanuel Gabriel est le fondateur d’OpenBinacle, une entreprise basée en Allemagne et créatrice d’OBTranslate, lancé au début du mois.


Fernand Appia

 

Régulation presse numérique : Que font les pays africains ?

Article précédent

Moto-taxis à Abidjan, on ne comprend plus rien

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Marque