Agence

Nouvelle grille tarifaire des panneaux : Doit-on craindre une décroissance des annonces publicitaires ?

0
panneauxvides
La Chambre des Afficheurs de Côte d’Ivoire (CAFCI) vient de pondre une note d’information dans laquelle elle informe ses partenaires, des modifications survenues dans la grille tarifaire des panneaux publicitaires. Comme un couperet, cette nouvelle donne du froid dans le dos des annonceurs ivoiriens.
Selon cette mention d’information dont nous avons eu copie, à partir du premier janvier prochain, tout change dans l’univers de l’affichage publicitaire. Pour faire simple, la tarification connait une hausse considérable. Par exemple, la location d’un panneau de 12m2  revient à 150 000 F CFA au lieu de 130 000 F de mise jusque-là. En d’autres termes, l’annonceur devra débourser la somme de 20 000 F CFA supplémentaire pour chaque panneau s’il veut voir son affiche dans le réseau. Comme prétexte, la CAFCI argue ceci : « dans un souci d’amélioration de service et de ses prestations, eu égard aux exigences de bénéficier de support de qualité dans le but de lutter contre l’anarchie. », soit. Mais ce qui « intrigue » certaines régies publicitaires, c’est le fait que leurs confrères  de l’affichage aient pris cette décision de façon unilatérale. Pis, elle intervient dans un contexte déjà trouble, ajoutent-ils. En effet, il y a seulement quelques jours en arrière,  RTI PUBLICITE, la régie du groupe Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) a procédé à des chamboulements au niveau de ses offres. Les spots de 30 secondes diffusés avant le Journal télévisé (JT) de 20h sont passés de 354 000 F CFA à 490 000 F CFA. Nos tentatives pour recueillir le ressenti de la présidente de l’Association des Agences Conseil en Communication de Côte d’Ivoire (AACC-CI) n’ont pas abouti. A en croire les collaborateurs de Mme Yasmine AJAMI, par ailleurs Directrice générale de l’Agence VITAMINES, la première responsable de cette filière est absente pour l’heure mais nous promet un retour d’ici là.  En attendant, sa réaction, des voix s’élèvent d’ores et déjà. En promenant notre dictaphone, un acteur du milieu, non des moindres, nous a fait l’honneur de se prononcer. En revanche, il plaide requérir l’anonymat pour dit-il ne pas brouiller les pistes de la présidente. Pour lui, ces mesures engendreront deux mauvaises nouvelles à digérer : « d’une part, nos clients pourront ne pas optimiser leurs investissements medias compte-tenu de ces modifications démesurées. D’autre part, il n’est pas interdit de prédire une situation qui verra des panneaux nus pendant longtemps. », S’offusque notre interlocuteur. Nous y reviendrons.  
Marius Aka Fils

Beauté africaine et cosmétique : un Salon international en décembre prochain

Previous article

Immobilier : BATIMCI célèbre son 1er quart de siècle

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Agence