Focus

Management : la créativité paye gros au BURIDA 

0

Point de presse BURIDA

419,4 millions de FCFA. C’est l’enveloppe mise à répartition par le Bureau Ivoirien des Droits d’Auteurs (BURIDA) au profit 1741 Créateurs. L’opération de remise de chèque est lancée. Les artistes sont donc invités à se présenter devant le Payeur. Un message du Directeur de la Répartition M. Yves Kané livré au cours d’une conférence de presse organisée récemment à ladite ‘’Maison des artistes’’.

Au total 5247 Créateurs sont enregistrés par le BURIDA. Mais le conférencier a précisé que seulement 1741 sont concernés par cette phase. Critère de sélection ? Avoir des droits estimés à plus de vingt (20) mille FCFA. « Nous allons garder l’argent de ceux qui ont moins de 20 mille F CFA. Ils ne pourront entrer en possession que lorsque cette somme atteindra 20.000… Lors des futures répartitions. » A indiqué ce jour-là M. Yves Kané.

En fait, il s’agit du cumul des droits généraux recueillis uniquement en 2015 auprès des espaces sonorisés : (maquis, bars, night club, caves, gymnases, espaces plein air…).

Car le Répartiteur assermenté du BURIDA a annoncé que 197, 7 millions (F CFA) de droits télé & radios seront distribués les semaines à venir aux artistes. A cela s’ajoutent la somme d’environ 521 millions de FCFA. Manne mobilisée par le Veilleur des droits d’auteurs en sillonnant les espaces de diffusion avec support. C’est-à-dire les hôtels, magasins, salons de coiffure, glaciers et structures connexes.

Pour en savoir plus sur le mode de calcul, nous avons joint ce vendredi M. David Kouamé. Le Responsable Communication est sans équivoque : «  Sur le base du déclaratif, des fiches sont administrées aux tenanciers desdits espaces. A travers ces fiches, nous avons une idée des œuvres jouées, la quantité et la fréquence avec… » En d’autres termes, si les œuvres de l’artiste sont moins sollicitées par les mélomanes, il va sans dire que ce créateur ne percevra pas grand-chose avec le payeur.

A ce niveau, Faiseurs de Coupé-décalé et de Zouglou sont les plus nantis en ce moment. ‘’La Première Dame’’ du style musical issu de l’ingéniosité de Douk Saga, Clair Bahi, n’en n’est d’ailleurs pas peu fière. Elle qui a s’est vue remettre récemment un chèque « situé entre un et six millions » de FCFA.

Celle qui s’est révélée aux Ivoiriens par son « Bobarafitini » encourage ses confrères du mouvement Coupé-décalé à déclarer les œuvres au BURIDA.

Marc Emmanuel Moyé

Rodrigue Kouabenan

La revue de presse du Vendredi 19 Août 2016

Article précédent

Distribution de chaînes Tv en Côte d’Ivoire : décryptage d’une bataille en ‘’parabole’’

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Focus