Média

Lutte anti-corruption en Afrique : le site internet AfriLeaks entre en bataille

0

foto  corruption

Les Etats africains connaissent ces dernières années des taux de croissance économique élevés. Ce qui peut constituer un facteur favorisant la corruption, selon les analyses du récent classement de l’ONG Transparancy International (NDLR : Publié en décembre 2014). Pour lutter efficacement contre ce fléau qui constitue une gangrène pour  le continent, le site internet Afrileaks se mêle au combat.

 

Même si le nom d’AfriLeaks est inspiré de celui de WikiLeaks, le site américain  ayant fait un buzz mondial suite à la publication d’informations classées ‘’secret défense’’ de l’armée américaine, son fonctionnement diffère de ce dernier.

Activité  le 16 Janvier 2015, AfriLeaks est une plateforme pour dénoncer la corruption en Afrique, en vue de la faire reculer de façon considérable. Un principe simple qui donne la possibilité aux internautes de publier des documents directement sur le site, qui se présente comme une « boîte aux lettres et à outils » sécurisée.

Ils pourront aussi entrer en relation directe, avec les Rédactions de presse du monde entier, selon leur choix, en toute confidentialité.

Ce puissant outil de communication a été conçu par les développeurs italiens du Centre Hermès pour la transparence et les droits humains numériques, représentés par M. Giovanni PELLERANO, ingénieur-concepteur d’AfriLeaks au quotidien The Guardian.

Il a révélé que des journalistes issues de dix-neuf (19) groupes de presses africains anglophones, ont été formés pour « vérifier l’authenticité d’un document numérique, la validité d’une source qui publie sur la plate-forme web ou encore, mener une contre-expertise pour déterminer la cohérence du récit d’un lanceur d’alerte ».  Des ONG de lutte contre la corruption ont aussi été associées à l’initiative.

Le site internet fait donc appel aux populations africaines afin qu’elles deviennent des informateurs anonymes. On attend d’elles  en effet, qu’elles interviennent dans le processus de corruption en jouant à la fois le rôle de victimes et d’actrices.

Rodrigue SK

DJA-KA FESTIVAL 2015 : le grand format de la culture ivoirienne

Previous article

Institut International de Management d’Abidjan

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Média