abidjan.locanto.ci
MarqueStrat'EcoStrat'UneStrat'Une__

Économie: Des géants à la conquête de la perle des lagunes

0

Des titans aux allures d’octopodes ont envahi la Côte d’Ivoire. Ces pieuvres ont des parking en guise de tentacules et des lumières chatoyantes pour attirer le consommateur. Pourtant 5 ans en arrière, Les « Hypermarkets» se comptaient sur le bout des doigts. Aujourd’hui, ils s’étendent à perte de vue! Parés d’enseignes, aussi tapageuses qu’attrayantes, ils se disputent  l’attention des potentiels clients. Les marchés traditionnels, arguments touristiques d’un autre temps, sont même éblouis par la propension majestueuse de ces céphalopodes. Selon « l’infodrome », dans un article paru en 2019,  plus de 342 magasins et points de vente sont dénombrés, rien qu’en Abidjan.  Rien ne stop l’insatiabilité de ces mastodontes. Dans leur engrenage, ils broient les acteurs du secteur informel.

La société Ivoirienne a considérablement évoluée. Une étude de la population ivoirienne, menée par les statisticiens de Cairn international, a révélé que « les nouveaux riches », autrement dit la classe moyenne, constituent 26.4% de la population. Désormais, cette classe sociale aspire au confort. Là est la  cause fondamentale de l’essor manifeste des grandes enseignes. Autre explication, une ordonnance  de prescription, établie en 2015,  a étendu le bénéfice des avantages incitatifs du régime d’agrément à l’investissement, du code des investissements, à la création et au développement d’activités commerciales. En des termes plus simples, le régulateur encouragent l’implantation de nouveaux commerces sur le territoire, pour soutenir cette saine concurrence.

C’est dans cette démarche que les investisseurs, en quête de nouveaux marchés à conquérir, ont trouvé, en Abidjan, leur nouvel « eldorado ». Depuis lors, une concurrence acharnée sévit entre les géants de la distribution. Un combat mené sur tous les fronts, y compris celui de la publicité. Le top 300 des annonceurs, réalisé par Brand Media Monitoring en 2019, révèle que les distributeurs se fondent bien dans le secteur de la publicitaire Ivoirien. Leur objectif est clair: Toucher le plus grand monde par le biais des médias.

Selon le classement établie par Brand Medias Monitoring,  « Carrefour Market » est la première centrale d’achat, avec une part d’investissement dans le marché estimée à 0.1%. Cette action propulse le groupe à la 147ème place du classement. Une place bien méritée pour le 277ème du top 300 paru en 2018.  Les parts d’investissements cumulés de « Leader price » et « Cosmos » se hissent à hauteur égal de « Carrefour », soit 0.1% .

google image

« Cosmos » s’illustre. Il se classe 174ème .Une performance à saluer. Nonobstant sa récente arrivée sur le marché des « hypermarkets », le nouveau venu a su se montrer incisif et faire preuve d’efficacité. Quant à « Leader Price », auparavant non classé,  il occupe la 205ème place de ce top 300. Une première entrée qui annonce sûrement d’autre.

Une étude de marché, faite par « Soir info » en 2018, stipule que  de gros groupes, « Prosuma » en l’occurence, réclament le titre de leader de la grande distribution moderne, sur le plan national. Il dispose, à ce jour, de 161 points de vente en Côte d’ivoire. En comparaison, les autres sont à la traîne. En effet, « Cash Ivoire » totalise plus de 25 magasins. « Sococé »  en cumule 09 , « Cash Center » en a 5 et « Jour de Marché » en  a ouvert 4.

Du côté des hypermarchés, « Cap Sud », dans la commune de Marcory, s’est agrandi et accueille de nouvelles boutiques. Avec « Playce Marcory », inauguré en décembre 2015, Carrefour s’est rapidement familiarisé au contexte ivoirien. Ainsi, deux ans après l’ouverture de son premier centre commercial, le groupe français a récidivé. En 2017, il  a réitéré l’expérience « Playce », cette fois-ci à la riviera palmeraie, en Abidjan Nord. Et il ne compte pas s’arrêter là.

atoo.ci

Sorti de terre en 2018,  « Cosmos » est la petite dernière arrivée dans ce panorama commercial.  Inauguré  dans une animation  mémorable, le premier grand centre commercial de la commune de Yopougon répond  aux normes internationales. Ce bâtiment éléphantesque, étendu sur une superficie de 17 000 m2, dispose d’un supermarché de 3 000 m2, d’une salle de cinéma de 1 500 m2, d’aires de jeux de 1 000 m2 et d’autres magasins. Un dispositif imposant mis en place pour attirer la clientèle et séduire le consommateur. Une aubaine pour les friands de ces « hypermarkets ». Ils ne se font, d’ailleurs, pas prier pour en investir les allées.

flickr.com

De l’autre côté de ce tableau, la dure réalité du secteur  informel. L’éclosion des « hypermarket » le fait souffrir.  Pour cause, les grandes surfaces se lancent dans la distribution de produits vivriers et/ou artisanaux au grand dam des acteurs de ce secteur. Ceux ci ne parviennent pas à suivre le rythme imposé par ces centrales d’achat. Ainsi, pour survivre, certains ont trouvé l’astuce:  fournir les hypermarchés en produits locaux.

En Côte d’Ivoire, l’activité commerciale  est libérale. les acteurs concernés doivent s’adapter aux besoins du marché et de leur clientèle. il y va de leur responsabilité .

Marie Axelle TANO

Rédactrice

 

 

 

 

 

Business/écologie : SUCCESS DISTRIBUTION déploie le ventilateur à énergie solaire, en Côte d’Ivoire

Previous article

Immobilier : Acquérir un terrain villageois en toute sécurité

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Marque