Crédit image : Yeclo.ci
PRODUITStrat'Conso

Le poids du pain quotidien dans la balance !

0

Le prix du blé, déjà en forte augmentation ces deux dernières années, s’est envolé. En un an, le tarif de la tonne de blé a doublé. En cause, les conséquences de la crise née de la pandémie à coronavirus et les tensions mondiales s’accentuant, de plus en plus, à travers le globe. Face cette situation, les organisations patronales des boulangers, en Côte d’Ivoire, souhaitent que la réglementation, concernant le poids de la baguette de pain, soit revue.

Une question de grammes

Crédit image : agronomie.info

C’est l’actualité de ces dernières semaines, la probable augmentation du prix du pain quotidien ! Une demande de réévaluation qui n’est pas à son premier coup d’essai, dans le pays. Il faut dire que face à la croissance exponentielle des coûts de production et des intrants, le secteur de la boulangerie-pâtisserie, en Côte d’Ivoire, est dans une fluctuation qui ne dit pas son nom, depuis près de 15 ans, maintenant. Si les organisations patronales de la faitière, en terre d’éburnie, ont fait preuve de patience, jusque là, il semble que celle-ci est atteinte ses limites. En effet, avant même la crise mondiale actuelle, ces dernières avaient, à plusieurs reprises, demandé une revalorisation du prix de la baguette, un produit de grande consommation dont le prix est réglementé par l’Etat de Côte d’Ivoire, compte tenu des hausses du coût des intrants et des moyens de production sur le marché, sans obtenir gain de cause. Aujourd’hui, c’est avec conviction qu’elles repartent à l’assaut ! Elles proposent, à la vente, 150 francs CFA pour la baguette standard pour un poids compris entre 142g-174g, contre le grammage entre 193g-228g actuellement homologué. Et pour compléter l’offre, elles annoncent une baguette améliorée à 200 francs CFA, avec un poids entre 175g-207g. Le tout, en raison de la récente flambée des cours du blé favorisée par la situation Russo-Ukrainienne de ces dernières semaines. Si les acteurs de la branche justifient cette révision des prix par la nécessité de préserver l’équilibre dans la chaîne de valeurs du secteur blé-farine-boulangerie-pâtisserie, dans un contexte conflictuel entre les deux plus gros producteurs de blé, au plan mondial, ils en appellent, tout de même à des échanges, avec leur ministère de tutelle.

Un appel à la révolution !

Félix Anoblé, ministre Ivoirien de la Promotion des PME, Petites et moyenne entreprises, de l’artisanat et de la transformation du secteur informel / Crédit image : Abidjan.net

Félix Anoblé, ministre Ivoirien de la Promotion des PME, petites et moyenne entreprises de l’artisanat et de la transformation du secteur informel appelle, quant à lui, les boulangers à la révolution du pain : “Si la farine de blé coûte chère, mais profitez en pour commencer à produire du pain à base de farine de manioc ! Est-ce que vous êtes obligés de manger le même pain…”, a-t-il lancé à l’endroit des boulangers. Aussi, a-t-il reconnu que la crise, en Ukraine, a créé une flambée des cours du blé sur le marché international certes, mais a, également, ouvert une opportunité, pour l’industrie Ivoirienne, de positionner la farine de manioc dans les habitudes de consommation et sur les marchés : “On nous parle de normes, mais qui fait les normes ? Il faut avoir la norme de notre pain à nous (…). Profitez du fait que les problèmes en Europe font que certains produits coûtent chers pour nous positionner sur certains produits”. La toile s’est enflammée après l’annonce du ministre. Et Chacun y est allé de son commentaire. D’ailleurs, certains internautes abondent dans le même sens que Félix Anoblé et vont, même plus loin ! Ainsi, sur la page Facebook Consommons ivoiriens 225, a pu être lu : “Profitons de la situation pour promouvoir la farine de soja, de maïs, etc. en plus du manioc. Consommons les produits de chez nous ! C’est une manière de permettre aux cultivateurs et planteurs, de ces produits, de sortir de la pauvreté extrême”.

Deux poids deux mesures

Le porte-parole du gouvernement Ivoirien, Amadou Coulibaly / Crédit image : Abidjan.net

Selon le porte-parole de l’Etat de Côte d’Ivoire, Amadou Coulibaly, un comité technique avait été mis en place. Ce, en vue de mener une réflexion tendant à trouver des solutions, afin de préserver le pouvoir d’achat des populations, face à la hausse du prix du sac de farine de blé. En effet, de 11.500 francs CFA dans les années 2000, le prix du sac de 50 kilos de farine de blé est passé à 22.000 francs CFA en 2022, pour avoisiner, au jour d’aujourd’hui, les 30.000 francs CFA. Toute chose remise dans son contexte, Amadou Coulibaly l’a rappelé : “Il existait, par le passé, une fourchette de poids, allant de 193 grammes à 228 grammes pour la baguette de pain standard. Toute chose qui rendait le contrôle difficile, tout en laissant une grande marge de manœuvre aux boulangers. En outre, elle était source d’injustice, puisque le même prix était pratiqué pour des poids différents. Désormais, avec la fixité des poids, ces inconvénients pourront être évités. On remarque, toutefois, que ce qui représentait le poids plancher (193 g) a connu une réduction (174 g), tandis que le poids plafond est passé de 228 à 232, mais avec une hausse de 50 francs CFA”. Les conclusions de ce comité, en accord avec les différents opérateurs du secteur, ont permis la détermination de deux poids de baguettes de pain. Ainsi, la baguette de 174 grammes conserve le prix de 150 francs CFA. Quant à la baguette de 232 grammes, elle coûtera 200 francs CFA.     

crédit image : vitrine-pains

Le secteur de la boulangerie-pâtisserie, en Côte d’Ivoire, est en souffrance depuis 2006. Dès lors, une propension à la hausse des prix des intrants majeurs a été observée. En l’espace de 20 ans, le prix du sac de 50 kg de farine de blé est passé de 11.250 francs CFA à 21.250 francs CFA, voir 30.000 francs CFA, soit une augmentation de près de 97%. Quand au gaz, de 350 francs CFA le kilogramme, il a atteint les 750 francs CFA le kilogramme ; soit une progression de 100%. Par ailleurs, le coût de la main d’œuvre est, également, impacté, avec une augmentation du SMIG de près de 100%. 

La rédaction

à lire aussi sur Strat’ Marques :

À chacun sa farine : Quelle recette pour le pain quotidien, en Côte d’Ivoire ?

Le Prix Pierre Castel 2022 est lancé

Previous article

Subvention pour le gasoil, hausse pour le super

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in PRODUIT