Brand Medias Monitoring
AFFICHAGESDossierStrat'Actu

Le piège qui guette les annonceurs

0

L’Affichage engloutit, chaque année, plus de 10 milliards de francs CFA, en Côte d’Ivoire. Si ce média, généralement classé N*1 en termes d’investissements publicitaires, a tant le vent en poupe, quel que soit le pays, c’est bien parce qu’il reste accessible à tout type d’entreprise. Ainsi, pour un, deux, dix ou même cent panneaux, vous pouvez lancer votre campagne publicitaire. Un telle flexibilité, couplée à des prix fort accessibles, fait, de ce média, le préféré de nombreux annonceurs. Au-delà de l’impact qu’il génère, de grosses arnaques sont tissées, sous le manteau, par des régies d’affichage qui n’ont d’yeux que pour un profit indécent. Décryptage de ces dangers qui guettent nos annonceurs. 

Des justificatifs de pose version infographie 

Dans le cadre de la gestion d’une campagne d’affichage, les règles de bonne gestion requièrent que la régie d’affichage, après pose, transmette à son client, les justificatifs de pose. Ce sont, généralement, des photos prises de chaque panneau ayant hébergé les affiches du client. Ces photographies sont ensuite classées et envoyées au client, pour justifier de la bonne fois de la régie qui avait, pour engagement, la pose d’un certain nombre de panneaux, définis d’accord partie avec son client.

Brand Medias Monitoring

Si la majorité des régies publicitaires, rompues aux arcanes de ce métier, l’exerce avec brio, sérieux et professionnalisme, toutes ne suivent pas la même orthodoxie.

En effet, il arrive que des collaborateurs véreux, de ces régies, complotent en vue de duper le client. Voici leur modus operandi. Ces collaborateurs assurent convenablement la pose sur la plupart des panneaux commandés par leur client et en font les prises de vue. Outre cela, ces collaborateurs, d’un autre acabit, prennent le soin de faire des montages des visuels de campagne du client, se servant de logiciels d’infographie. Tout ce lot de photos est ensuite remis au client, loin de se douter de l’imposture, du mensonge et du vol magistralement organisés par sa régie. D’ailleurs, combien sont-ils, ces marketeurs ou communicants, à faire une tournée sur le terrain pour auditer leurs réseaux ? Rarement, les responsables en charge des médias s’adonnent à cette tâche qui s’avère chronophage.

Certains panneaux officiellement commandés par le client – ceux ayant l’objet de montage à l’infographie – sont, par la suite, revendus à d’autres clients, empochant incognito le fruit de leur forfait. Cela pourrait se chiffrer à des centaines de millions de nos francs.

Malheureusement, ces pratiques sont légion et nos annonceurs ne s’en rendent compte que très rarement. Pendant ce temps, le lit reste bien dressé pour ces collaborateurs de régies qui abusent tant de leurs employeurs que de leurs clients. Et la vie suit inexorablement son cours.

Des panneaux amputés de plusieurs jours

Dans un autre registre, rivalisant d’ingéniosité, une autre technique de vol organisé de panneaux bat son plein. Il s’agit de panneaux qui ne vont généralement pas au terme de la durée de leur location. Par exemple, un client commande 100 panneaux de 12m2 sur une période de 30 jours. Il remet alors le bon de commande, les affiches et le paiement à la régie pour exécution. Très souvent, les 100 affiches sont correctement posées et les justificatifs de pose, sans trucage aucun, sont envoyés au client qui savoure sa joie de voir ses affiches totalement posées.

Brand Medias Monitoring

Il s’imagine, dès lors, l’impact de sa communication sur le chiffre d’affaires de son entreprise. Malheureusement, ces collaborateurs, d’une malhonnêteté caractérisée, ont un autre plan derrière la tête. Au bout de 15 jours, ils vendent certains panneaux du client à de nouveaux clients, toujours à l’insu de leur hiérarchie. Ainsi, ils empochent quelques centaines de milliers de francs sans que le premier client ne s’en doute.

Une alternative pour sauver les annonceurs et les agences de communication

De telles pratiques honteuses ont pignon sur rue. Toutefois, face à ce phénomène d’enrichissement illicite, certaines entreprises ont pris le pari de faire auditer leurs dispositifs publicitaires.

Strat’Marques

C’est par exemple le cas d’annonceurs tels Orange, MtnMoov Africa, Nestlé, Unilever, Brassivoire, Standard Chartered bankGlovo, etc. qui ont eu le nez creux. Ces groupes font contrôler, par des cabinets de veille média ou de pige publicitaire, tous leurs investissements publicitaires. Ainsi,  systématiquement, dès le début de chaque campagne de communication, quel que soit le média – télévision – radio – presse écrite – affichage – internet –ces annonceurs, férus des bonnes pratiques, mandatent leurs cabinets de veille, pour leur produire un rapport d’audit de leurs dispositifs communicationnels sur le terrain.

Brand Medias Monitoring

Une telle approche stratégique a pour, avantage, de les assurer de la diffusion effective des commandes passées et, in fine, l’optimisation de leurs investissements. Aucune perte ne peut alors prospérer et l’annonceur s’en sort toujours gagnant. Notons que lorsque le marketing décide d’investir un centime donné en publicité, il s’attend à ce que ledit centime génère absolument un retour sur investissement (ROI). Mais qu’en sera-t-il si le déploiement de sa communication est victime de court-circuit ?

Strat’Marques

Tant que le ciel et la terre existeront, les bonnes pratiques cohabiteront toujours avec les mauvaises. Au regard de ce triste tableau, il est impérieux, pour chaque manager d’entreprise, de prendre les taureaux par les cornes, afin d’éviter des surprises déconcertantes. Pour ce faire, il convient de dresser le portrait des risques encourus, dans le cadre de la diffusion d’une campagne de communication, et d’appliquer les mesures idoines pour contrer d’éventuelles velléités de vol ou de sabotage. Et au nombre de ces mesures, des cabinets de veille média seraient une belle alternative. Peut-être que vous ne le saviez pas, désormais vous en êtes informés. Que feriez-vous ?

Vincent NGORAN

Mister Data

à lire aussi sur Strat’Marques :

Affichage : Six indicateurs pour choisir votre réseau d’affichage

Un premier trimestre 2021 entaché par la covid-19, pour les contrôleurs aériens d’Afrique

Article précédent

C’est bientôt la fête des mères !

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans AFFICHAGES