Crédit image : Merck Foundation
Emploi / FormationStrat'Emploi

La Fondation Merck et l’ARCS désormais partenaires

0

Plus Qu’une Mère. C’est le nom de la campagne de la Fondation Merck et bien plus encore ! C’est un mouvement pour l’autonomisation des femmes infertiles et sans enfants. Pour se faire, l’initiative travail à l’accès à l’information, à l’éducation et au changement des mentalités, pour combattre les stéréotypes et les difficultés auxquels ces femmes sont confrontées. Ainsi, la démarche soutient les interventions, afin de renforcer la capacité de soins de reproduction et de fertilité, de qualité et équitables, briser la stigmatisation de l’infertilité et de sensibiliser sur la prévention de l’infertilité et sur l’infertilité masculine. Et c’est dans le cadre de Plus Qu’une Mère que La Fondation Merck, la branche philanthropique de Merck KgaA Allemagne, en partenariat avec l’ARCS, Société Africaine de soins reproductifs, a organisé son Premier Sommet Conjoint Annuel 2022. Un Sommet coprésidé par la Sénatrice, Dr. Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck et Présidente de la campagne Plus Qu’une Mère, nommée Présidente de Séance de l’ARCS, et le Professeur Oladapo Ashiru OFR, Président de la Société Africaine de Soins Reproductifs et Président de l’Académie Nigériane des Spécialités Médicales, qui vient de s’achever. Strat’Marques revient sur les temps forts de ce Sommet.

la Sénatrice, Dr. Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck / Crédit image : Merck Foundation

Partageant sa joie d’être présente à cet évènement, la Sénatrice, Dr. Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck et Présidente de la Séance de la l’ARCS a rappelé les réalisations de la Fondation Merck : « Je suis heureuse de partager que la Fondation Merck a fourni plus de 370 bourses à des médecins de 37 pays, dans le but d’améliorer la santé des femmes en renforçant les capacités de soins reproductifs et sexuels et de soins de fertilité en Afrique et au-delà. De plus, nous avons formé plus de 2000 représentants des médias de plus de 30 pays pour sensibiliser la communauté, créer un changement de culture et briser la stigmatisation autour de l’infertilité et des femmes infertiles et sans enfants. Nous avons travaillé avec des chanteurs, des cinéastes, des partenaires médiatiques et des créateurs de mode locaux, à travers nos diverses initiatives telles que des chansons, des vidéos et des courts métrages, des livres de contes pour enfants, en plus de quatre différents prix des médias, de la chanson, du film et de la mode, ainsi qu’une émission de télévision dans le but de sensibiliser et de briser la stigmatisation de l’infertilité et d’être la voix des sans-voix ».

Crédit image : The Guardian Nigeria News

Au cours du sommet, l’ARCS a annoncé l’adhésion gratuite de tous les anciens et partenaires de la Fondation Merck, notamment les prestataires de soins de santé, les médias, les artistes, les décideurs politiques, les sociétés médicales, les universitaires et les dirigeants communautaires et les membres qui ont assisté à ce sommet annuel, en ligne, afin de souligner leur rôle important dans la création d’un changement de culture, pour briser la stigmatisation de l’infertilité et autonomiser les femmes et les couples infertiles et sans enfants, grâce à l’accès à l’information, à l’éducation, à la santé, au changement de mentalité. En clair, toutes ces personnes qui contribuent à améliorer l’accès à des soins de santé équitables et de qualité, pour les femmes, et à de meilleurs soins de reproduction et de fertilité, sur le continent.

Crédit image : The Nation

il faut dire que ce premier Sommet avait plusieurs objectifs. Il y s’agissait, tout d’abord, de discuter d’une approche multisectorielle, pour sensibiliser les communautés à mettre fin à la stigmatisation de l’infertilité et autonomiser les femmes et les couples infertiles, grâce à l’accès à l’information, à l’éducation, à la santé et au changement de mentalité. Ensuite de réfléchir aux défis et définir des solutions, pour améliorer l’accès à des soins d’infertilité de qualité et équitables, en renforçant les capacités de soins de fertilité, en Afrique et dans les pays en voie de développement. La mise en évidence des soins préventifs, en médecine de la reproduction, et la sensibilisation à la  l’infertilité masculine était, également, à l’ordre du jour. Enfin, le changement climatique et les expositions environnementales aux toxines (C2TE2) conduisant à l’infertilité y ont été abordés

Crédit image : Africa NewsRoom

S’exprimant sur le succès de ce premier sommet conjoint, Dr. Kelej a placé le contexte de l’évènement et remercié les contributeurs : « Notre sommet conjoint a été organisé sous l’égide de la Campagne Plus Qu’une Mère de la Fondation Merck et a été un effort pour initier une approche multisectorielle visant à sensibiliser les communautés à mettre fin à la stigmatisation associée à l’infertilité et à autonomiser les femmes et les couples infertiles grâce à l’accès à l’information, à l’éducation, à la santé et au changement de mentalité Nous sommes très heureux d’organiser notre premier sommet annuel conjoint, en 2022, avec une société importante et inclusive comme la Société Africaine de Soins Reproductifs. Je suis fière que notre premier sommet ait été un grand succès et que les Ministres de la Santé, de la garde d’Enfants, du Genre, du Bien-être Social et de la Population de divers pays Africains y aient participé en tant que panélistes. De plus, nous avons eu plus de 500 participants, dont des partenaires de la Fondation Merck et des anciens qui sont de futurs spécialistes de la fertilité, des spécialistes des soins de la reproduction et de la sexualité, des embryologistes, des prestataires de soins de santé, des décideurs, des professionnels des médias, des artistes, des créateurs de mode, des leaders communautaires de 47 pays d’Afrique et au-delà ».

Crédit image : RDC News Live

Lors de la rencontre, le Professeur Oladapo Ashiru OFR, Président de la Société Africaine de Soins Reproductifs a déclaré : « Je suis fier de m’associer à la Fondation Merck, l’une des fondations les plus influentes du continent. L’Afrique porte un lourd fardeau de mauvaise santé reproductive, parmi lesquels l’infertilité est un problème relativement négligé depuis de nombreuses années. Notre premier sommet virtuel s’est concentré sur ces points et nous nous engageons à travailler, avec la Fondation Merck, pour éradiquer cette stigmatisation et renforcer les capacités de soins de santé nécessaires aux femmes, y compris les soins génésiques et sexuels et les soins de fertilité à travers le continent. Je suis confiant dans les programmes percutants, de la Fondation Merck, qui contribuent, déjà, à sensibiliser et à renforcer les capacités, en matière de fertilité et de soins reproductifs, en Afrique. Je remercie également la CEO de la Fondation Merck, Sénatrice, Dr. Rasha Kelej, pour son soutien et ses idées novatrices pour la campagne emblématique Plus Qu’une Mère de la Fondation Merck. Nous sommes impatients d’enrichir ce partenariat et de franchir de nombreuses étapes en Afrique ».

Crédit image : Merck Foundation

Il faut un homme et une femme pour avoir un enfant et Non à la stigmatisation liée à l’infertilité, telles étaient les deux messages, importants, à retenir de ce sommet. Des messages à diffuser dans tous les secteurs des communautés, par le biais des médias, de l’art, de la mode, des acteurs de la santé, les groupes sociaux, etc. En conclusion du Sommet, il a été, collectivement, acté qu’engager et faciliter le dialogue entre les communautés pour l’éradication de la stigmatisation associée à l’infertilité et faire comprendre que les hommes et les femmes peuvent être touchés par l’état médical de l’infertilité doit être la nouvelle approche à implémenter. Et cela, en plus de la priorité donnée à la dimension sociale et culturelle de l’infertilité, à la prévention de l’infertilité et à la sensibilisation sur l’infertilité.

Crédit image : Twitter

Créée en 2017, Merck Foundation, est la branche philanthropique de Merck KGaA Allemagne. Elle vise à améliorer la santé et le bien-être des personnes et à faire progresser leur vie grâce à la science et la technologie. Ses actions sont axés sur l’amélioration de l’accès à des solutions de soins de santé de qualité et équitables dans les communautés mal desservies, le renforcement des capacités de santé et de recherche scientifique et l’autonomisation des personnes en STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques), avec un accent particulier sur les femmes et les jeunes. Aujourd’hui, les  Premières Dames du Botswana, du Ghana, du Nigeria, du Burundi, du Libéria, de la Sierra Leone, de de la République Centrafricaine, du Malawi, de la Zambie, du Congo, du Mozambique, du Zimbabwe, de la République Démocratique du Congo, de Namibie, de La Gambie, du Niger sont les Ambassadrices de la Fondation Merck  et de la campagne. D’anciennes Première Dame de la République du Burundi, du Tchad, de la République du Malawi, du Niger, de Zambie, de Guinée Conakry les ont précédées dans ce rôle.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

POLA, le prix de la Fondation Orange pour la promotion de la littérature Africaine

Exercice 2021, les actionnaires d’Ecobank CI se frottent les mains

Previous article

Une styliste Ivoirienne sélectionnée pour Collectif design Desperados

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply