Dossier

La Côte d’Ivoire classée dans le top 20 des pays les plus riches d’Afrique

0

La Côte d’Ivoire a été classée dans le top 20 des pays les plus riches d’Afrique. C’est l’information donnée dans le bilan annuelle 2019 de la Banque Mondiale en termes de PIB (Produit Intérieur Brute).

C’est avec un PIB de 49,4 milliards de dollars soit près de 29 300 milliards  FCFA que la Côte d’Ivoire s’est positionnée à la 12ème place juste après la Libye qui occupe  la 11ème place avec un PIB de 51,33 milliards de dollars soit 30 231,45 milliards de FCFA.

Le Nigeria quant à lui, occupe la première place de ce classement avec à son actif 447 milliards de dollars de PIB pour cette année 2019 soit 263 266,24 milliards de FCFA. En plus du Nigeria, viennent respectivement les pays tels l’Afrique du Sud, l’Egypte, L’Algérie et le Maroc qui forme les cinq premiers pays  les plus riches d’Afrique.

Comment la banque mondiale explique ce positionnement

La Banque mondiale a publié le 11 juillet 2019  le neuvième rapport sur la situation économique en Côte d’Ivoire. Le rapport confirme les bonnes tendances enregistrées l’année 2018. L’étude propose également des pistes pour moderniser la filière cacao qui est aujourd’hui peu inclusive et peu soucieuse de l’environnement.

L’État n’arrive pas à augmenter ses recettes fiscales 

Elles ont même baissé de 0,7 % du PIB entre 2012 et 2018, contrairement aux recettes d’autres pays de la région, comme le Sénégal et du Togo qui ont le même système d’imposition. Cela s’explique par le ralentissement du secteur extractif, une politique fiscale visant à neutraliser les variations des prix internationaux du cacao et du pétrole sur l’économie locale, ainsi que par le faible niveau des recettes provenant de la TVA.  Si plusieurs réformes entreprises au sein de l’administration fiscale pour faciliter les démarches et le recouvrement de l’impôt, telles que l’introduction de plateformes numériques et la simplification de certaines procédures, devraient à terme permettre de renforcer les recettes fiscales, le gouvernement devra accroître son effort sur la TVA, dont le recouvrement sur les transactions domestiques, est l’un des plus bas au monde. Si les autorités parvenaient à mobiliser autant de TVA.

La Côte d’Ivoire assure 40 % de l’approvisionnement mondial en cacao mais ne reçoit que 5-7 % des gains générés par cette filière au niveau mondial, qui proviennent essentiellement de la transformation et de la distribution. Ainsi, bien que ce secteur emploie près d’un million de producteurs et fournit un revenu à 1/5 de la population ivoirienne.

Trois pistes pour un secteur du cacao plus inclusif et responsable en Côte d’Ivoire

Pour transformer sa filière cacao, la Côte d’ivoire devrait tout d’abord lancer une révolution technologique pour accroître les rendements afin de favoriser le reboisement et améliorer le revenu des producteurs. Il faudrait ensuite mettre en place des systèmes de traçabilité pour garantir un cacao responsable auprès des consommateurs. Enfin, le secteur devrait développer l’industrie locale de transformation du cacao pour répondre à la demande locale, développer un label d’origine plus attractif pour les consommateurs et tirer parti de la croissance de la demande asiatique de produits intermédiaires.

Des secteurs qui pourront aider la Côte d’Ivoire à se hisser dans le TOP 5

Comme l’on a coutume de le dire, la richesse de la Côte d’Ivoire tient à une  bonne performance dans le secteur agricole. Il n’y a pas que ce secteur. Le secteur industriel peut être une plus forte valeur ajoutée pour moderniser les  produits agricoles et  favoriser de l’emploi. Il existe aussi l’élevage, la pêche, le tourisme et bien d’autres. Il revient à la Côte d’Ivoire de relever ce défi et se donner les moyens pour y arriver.

Philomène Yaï   

 

Banque Africaine de l’année 2019 : UBA occupe la première place

Article précédent

Vivo Energy CI : Voici comment la marque fidélise les clients des stations Shell

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Dossier