D.P.com
MarqueStrat'Conso

Marques: La contrefaçon prête à en découdre avec le luxe

0

La contrefaçon est une plaie pour toutes les marques. En 2017, la vente de produits contrefaits a coûté 25,6 milliards d’euros aux marques de luxe. Le rapport mondial de la contrefaçon de marques réalisé par « Global Brand Counterfeiting Report », de 2018, révèle un problème croissant dans le secteur du luxe. Une épine dans le pied pour ces grandes maisons du goût, du savoir-faire et de l’esthétique.

google.img

Entre 2013 et 2016 le taux de marchandises piratés dans le commerce mondial a augmenté de manière considérable. Cette progression fait suite à la croissance de l’ensemble du commerce mondial. En 2016, le volume du commerce international de contrefaçons et de marchandises piratés s’est élevé à 460 milliards d’euros, soit 3,3 % du commerce mondial.

Parmi les marques les plus affectées par ce problème, les incontournables Chanel, Louis Vuitton, Prada, Fendi, Gucci et Dior. Cette déveine peut s’expliquer par la théorie de Veblen. Selon cette théorie, certains consommateurs pratiquent  « une consommation ostentatoire ». Ils achètent des produits et services (vêtements, voitures, restaurants, etc.) dans l’unique but de rayonner en société. Faute de moyens, ils se tournent, alors, vers les produits contrefaits. Ces produits, certes, répondent  aux mêmes besoins utilitaires que les produits originaux : Se vêtir, se chausser, se protéger de la pluie ou du soleil…Toutefois, il n’en possèdent pas la qualité.

Selon la logique de la qualité, un bien de luxe se caractérise à la fois par l’excellence, excellence qui transparaît a travers l’usage de matériaux nobles, une utilité exceptionnelle et, surtout, la rareté de l’offre. La qualité et l’esclusivité ont un prix. Le luxe est, généralement, associé aux produits et services  raffinés, somptueux et couteux. La quintessence des marques de luxe réside dans la production et la vente d’articles inédits. Elles sont les premières victimes de la contrefaçon.

istock

La détention et la vente de contrefaçons constituent un délit. Les vendeurs et détenteurs de marchandises contrefaites sont sanctionnables, à ce titre. Les sanctions pénales peuvent aller jusqu’à 300 000 euros d’amende, soit 195 millions de F CFA, et trois ans de prison.

La contrefaçon est un véritable fléau pour cette époque. Des sanctions sont prises contre les faussaires. Cependant, le secteur de la marchandise contrefaite ne cesse de croître. De nombreux efforts restent à faire, pour protéger les marques de luxe dont l’image est entachée par ces contrefaçons de mauvaises qualités.

 

Marie Axelle TANO

Rédactrice

 

Banque : Comment créer un compte bancaire

Previous article

Technologie: Hyundai rappelle 81 701 voitures électriques pour défaut de construction

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Marque