Event

JITI-CI 2019 : Pourquoi l’intelligence artificielle ne pourra jamais remplacer les métiers de la Traduction et l’interprétation

0

Tenue ce vendredi 27 septembre 2019 à Abidjan-Plateau, la Journée internationale de la traduction et de l’interprétation de Côte d’Ivoire (JITI-CI 2019) a porté sur le thème « Traducteurs et Interprètes : en avons-nous besoin aujourd’hui ? ».

La technologie connaissant de nos jours des innovations bien plus majeurs dans le métier de la traduction et de l’interprétation, avec des outils et logiciels d’aide à ce métier, ce programme a consisté à évoquer l’importance du métier de traducteurs et interprètes face aux nouvelles technologies et à célébrer la solidarité de tous les acteurs de ce milieu tant dans l’exercice de leurs fonctions que dans la ponctualité de ces derniers dans l’exercice du métier.

Tous les participants de cet évènement ont soutenu que malgré le développement de la technologie dans la traduction, la traduction humaine reste indispensable. Se projetant dans le temps, la machine peut être d’une aide utile a l’homme dans sa tache. Néanmoins, l’homme dans la traduction du message exprime mieux les émotions de l’interlocuteur et arrive à situer le message dans le contexte.

N’existant pas de traduction fixe, la machine n’est pas à mesure de suivre les variations, l’homme quant à lui arrive à le faire mieux en variant le style et le niveau de langue en fonction du demandeur. Notons alors que l’intelligence humaine ne peut être remplacée par l’intelligence artificielle.

Guehi Sébastien-Hervé, commissaire générale de la JITI-CI  a fait entendre que « nous devons penser notre culture, notre anthropologie, notre être dans toute son intégrité, dans toute son entièreté. C’est pourquoi je suis content de vous les présenter et vous dire quelle fierté il y a à parler une langue et à penser dans la langue ».

M. Guehi a exhorté les aspirants et pratiquant du métier au travail bien fait ainsi qu’à la ponctualité dans toutes leurs actions. Pour leur expertise et leur courage Alphonse Aka Noua et Théophile Achi Goh ont tous deux reçu le prix Sassandra de l’interprète en langue ivoirienne.

La 4ème édition des JITI-CI a réuni les acteurs traditionnels du métier, dont les traducteurs et interprètes en langues de signes, locales et étrangères ; les terminologues, les correcteurs et tous les acteurs des métiers associes et assimilés.

Marthe Sékongo

 

Nouveau code de la famille en Côte d’Ivoire : La femme peut désormais se remarier après son divorce

Article précédent

ARCHIBAT 2019 : Le logement décent au cœur du Salon

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Event