Chiffres clés

Investissements médias (secteur pétrole) : PETROCI ‘’s’accapare’’ la moitié de la plate-forme

0

petrol

Ces données concernent quatre (4) marques opérant en Côte d’Ivoire à savoir : ORYX ENERGIES, PETROCI, SHELL (VIVO ENERGY) et enfin, TOTAL Côte d’Ivoire. De janvier à avril 2015, en ouvrant leurs vannes, ces pétroliers ont irrigué le champ publicitaire de flux financiers d’une valeur globale de 230 millions de F CFA. Avec 52 % de la manne provenant de PETROCI.

D’un côté les produits gaziers, de l’autre, la transformation de l’or noir puis la commercialisation de ses produits et adjuvants. Les compagnies pétrolières ont donc matières à vendre. Surtout pour le marché ‘’pétrolivore’’ qu’est celui de la Côte d’Ivoire.

Mais dans cette fourmi de propositions due à la concurrence, pour mieux vendre, il faut se distinguer. Par le truchement d’une communication à forte dose d’ingrédients, autour de ses produits. D’où l’investissement de la deux centaine de millions de F CFA dans les médias. En uniquement quatre (4) mois.

Seulement au bout du compte, ces concurrents se démarquent significativement. A travers la longueur d’avance prise par PETROCI. Cette entreprise a injecté environ 120 millions de FCFA dans sa communication média.

Les 48% restants de ces investissements se repartissent comme suit : 20% par SHELL (VIVO ENERGY), 16% assurés par ORYX ENERGIES et enfin, 12 % investis par TOTAL CI.

Concrètement, 47% des 230 millions ont été captés par les radios, 29% par la Télé. A l’Outdoor ces entreprises ont consacré 20% et 4% à la presse écrite.

shell bonStratégies selon les marques

Privilège à la Radio du côté de PETROCI qui a attribué 84% de ses investissements. Contrairement à SHELL qui a préféré miser sur l’Outdoor à hauteur de 57%. TOTAL CI et ORYX ENERGIES ont quant à eux mis l’accent sur la télévision. Respectivement, 83% et 48% pour ce media.

Une seule évidence s’invite à notre analyse : PETROCI est énergiquement présente dans les médias, par ricochet, dans l’opinion. A titre d’illustration, Ce qui n’est sans conséquences positives pour la marque. Ne dit-on pas qu’à force de préserver, l’on finit par s’imposer ?

Marius Aka Fils

RADIO DABOU

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Chiffres clés