Boutique Wave / Crédit image : google image
DossierStratégie

Guerre de positionnement : Jusqu’où ira wave ?

0

Le secteur du mobile money et du transfert de crédit prend de plus en plus d’importance. Si de nombreux bouleversements sont remarqués, au niveau des acteurs, ils ont permis, en Côte d’Ivoire, l’émergence de quatre opérateurs principaux : Orange Côte d’Ivoire, Mtn Côte d’Ivoire, Moov Africa (anciennement Moov) et Wave. Ces quatre entreprises livrent une bataille acharnée, pour gagner des parts de marché, et se positionner dans le cœur des consommateurs. De la stratégie marketing agressive tout azimut, aux actions sociétales au profit des clients, en passant par la communication média, publicitaire et les stratégies commerciales déployées, tout est mis en œuvre pour s’accaparer une place significative dans l’univers de la fintech et des télécommunications.

Wave fait trembler les opérateurs du mobile money ? 

Crédit image : Brand media monitoring
Crédit image : Strat’Marques

Wave Côte d’Ivoire, nouvel opérateur du mobile money et du transfert de crédit, bouleverse tous les standards, en matière de frais (dépôt ou retrait) des transactions digitalisées. Après le Sénégal, Wave Côte d’Ivoire crée un séisme dans la fintech. Le bras de fer est, déjà, engagé entre  Wave et les autres opérateurs. De plus, le marché des services financiers digitaux est bouleversé, depuis quelques mois, par les nouveaux acteurs Api et Wave, fort d’un succès fulgurant, grâce à leurs offres de transfert d’argent. Constitué en avril 2018, Wave Côte d’Ivoire a, officiellement, lancé ses activités en avril 2021. De 10 millions de francs CFA au départ, le capital initial de l’entreprise est porté à 766 millions de francs CFA, en septembre 2020. L’entreprise propose des transferts d’argent à un taux de seulement 1%. Avec Wave, c’est 0% de frais de dépôt sur le compte personnel et 1% de frais d’un compte à un autre compte. En outre, l’entreprise bénéficie du droit de vente de crédit téléphonique, au même titre qu’Orange Côte d’Ivoire, Mtn Côte d’Ivoire et Moov Africa. Il est, même, possible d’envoyer de l’argent à un numéro qui n’est pas associé à un compte Wave ! De quoi faire trembler les structures dominantes Orange Côte d’Ivoire, MTN Côte d’Ivoire et Moov Africa, qui, selon l’ARTCI (autorité de régulation des télécommunications/ TIC de Côte d’Ivoire), détiennent, respectivement, 53%, 34% et 13% de parts de marché.

Crédit image : Rapport Artci

La réplique  fulgurante des concurrents de Wave

Image wave/ Crédit photo : Jecompare-ci blog.com

Mtn Côte d’Ivoire, autre géant de l’E-money s’invite dans la danse de la baisse des prix. La filiale de l’entreprise Sud-Africaine, en terre d’éburnie, envahit les grandes artères d’Abidjan et ses banlieues, avec deux affiches publicitaires, en réponse à la campagne  d’Orange Côte d’Ivoire : ‘’Momo fait baisser les prix à 1%  (retraits)’’ et ‘’ Momo fait péter les prix !’’. Pour rappel, les tarifs de transfert d’argent Orange money sont, aussi, largement réduit. Pour un retrait de 5000 francs CFA, les frais sont passés à 175 francs CFA contre 350 francs CFA, auparavant. Une stratégie d’alignement sur les tarifs, relativement bas, de Wave. Ce dernier a d’ailleurs profité de cette contre attaque pour réaffirmer son positionnement, avant l’annonce, cette année, de sa saisine du régulateur (ARTCI) pour arbitrer le litige concernant son impossibilité, actuelle, de vente de crédit téléphonique Orange, via sa plateforme. Malgré la baisse du tarif, la filiale de l’entreprise française Orange, au pays des éléphants, ne semble pas sereine, face à la concurrence.  Depuis le mois d’août 2021, Elle a déployé, un autre stratagème pour mettre un frein à la flèche lancée par la société fondée par les américains Drew Durbin et Lincoln Quirk. Ainsi, Orange Côte d’Ivoire, leader du marché ivoirien a revu ses tarifs sur la période d’août au 14 septembre dernier. En l’espèce, Ceux sont des transferts nationaux jusqu’à 0 francs CFA, notamment sur l’appli  Orange money Afrique, qui ont couru durant ce laps de temps. A la fin de cette offre promotionnelle, Orange Côte d’Ivoire est revenue sur son tarif originel. Pourtant, Wave, lancé en partenariat avec UBA (united bank for africa) Côte d’Ivoire n’est, pour le moment, présent que dans deux (2) pays africain : Le Sénégal et la Côte d’Ivoire. La compagnie s’est donnée pour mission de faire, de l’Afrique, le premier continent cashless du monde. Autrement dit, privilégier les possibilités du digital et de la fintech au détriment de la monnaie fiduciaire, les échanges économiques en liquide (billets et pièces de banque) tendant vers la désuétude, surtout avec la venue de l’ennemi invisible. Ce nouvel opérateur de  mobile money souhaite réinventer le dépôt, le transfert d’argent et les paiements mobiles, en Côte d’Ivoire.

Moov Africa suit la cadence ?

Crédit image : google image

C’est un secret de polichinelle. Moov Côte d’Ivoire (devenu Moov Africa à la suite d’un rebranding) a démarré en 2006, sur le marché ivoirien de la téléphonie mobile, avec des offres promotionnelles défiant toutes concurrences, au point où ses concurrents se sont retrouvés dans l’obligation de réétudier leurs différentes tarifications. Quinze (15) ans plus tard, l’offre de transfert d’argent, à 1%, proposée par Wave aura-t-elle le même impact que celle de Moov, naguère ? Mieux, à l’instar des baisses de prix pratiquées par ses rivaux directs, depuis l’arrivée fracassante de Wave, Moov Africa va-t-il  s’aligner ou maintenir ses prix habituels ? Si Moov Africa entend répliquer sa tactique de 2006, il sera amené à plafonner ses tarifs à 0%, ce qui le repositionnera, probablement, sur son piédestal d’antan. Et c’est le coup d’essaie que tente l’entreprise de télécommunications avec sa campagne d’un mois, débutée le 14 septembre 2021 et prenant fin le 13 octobre 2021 : “Vos transferts nationaux sont à zéro (0) franc CFA quel que soit le montant !”

Le danger pour Wave

Annonce publicitaire / Crédit image tweeter

Face à la concurrence et au déploiement de stratégie innovante pour se positionner dans le cœur des consommateurs, quel avenir pour Wave, si ses concurrents pratiquent, également, le taux de 0% sur toutes les transactions financières. Si Wave ne cache pas plus d’un tour dans son sac, de gros dommages l’attendent, dans cette guerre ouverte des prix. L’une de rares options s’offrant, au nouveau venu, est la diversification de ses offres de produits. Henri Fayol l’a déclaré : “prévoir, c’est à la fois supputer l’avenir et le préparer ; prévoir, c’est déjà agir”.  Dans une telle guérilla, pour certains experts du marketing, pour répondre aux besoins évolutifs des consommateurs, Wave doit créer de nouveaux services. Ces derniers font allusion à des services tels que la vente de  crédit téléphonique, de crédit internet, d’équipements de téléphonie, jusque-là réserve gardé du titan chinois Huawei et du suédois Ericsson (assimilé par Nokia). Une diversification qui, en plus de relativiser la fragilité du modèle économique de Wave, générerait, assurément, une manne financière non négligeable pour cet acteur du marché. Le challenger des opérateurs de téléphonie, en Côte d’Ivoire, se cantonnera-t-il, strictement, au segment du transfert d’argent ? Les opérateurs de téléphonie donneront-ils du repos à ce nouvel arrivant, au péril de leur activité ? En attendant le dénouement de cette saga épique, noter le grand espoir que les consommateurs ivoiriens fondent en Wave. L’opérateur leur permet de compenser la cherté de la vie. Que recèle l’avenir ? Un oracle à suivre sur Strat’Marques.

Rodrigue Konan

Rédacteur

à lire aussi sur Strat’Marques :

La transformation digitale, bien plus qu’une révolution technologique ?

Previous article

Photoreportage : 4eme édition du SADA, les femmes intéressées par le monde des assurances

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Dossier