La 8 ème édition du Forum de Dakar s'est tenue les 24 et 25 octobre 2022.
Crédit image : Burkina 24.
DossierEventStrat'Event

Forum de Dakar, Avisa Partners peut sabrer le champagne !

0

Fin octobre 2022, c’était l’évènement dans la Capitale Sénégalaise ! En effet, du 24/10/2022 au 25/10/2022, Dakar a accueilli La 8ème édition du Forum du même nom. Une manifestation dont le thème était de circonstance. Puisque son intitulé n’était autre que L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souveraineté. Organisé par Avisa Partners, cet évènement de haut vol a réuni près de 2.000 participants autour de plusieurs dizaines de personnalités. Des personnalités parmi lesquelles se trouvaient les représentants de plusieurs Etats. Leur présence a constitué une occasion rêvée, pour les opérateurs privés, d’échanger, avec les acteurs publics, sur différentes questions. Des questions telles que celles liées, par exemple, aux enjeux de sécurité. Ce Forum de Dakar était, en outre, une opportunité de networking. Et ce, dans un cadre approprié chapeauté sous le signe de la confiance.

2 jours de réflexion intense au Forum de Dakar

En 2022, le Forum de Dakar avait pour thème : L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souveraineté

Crédit image : Al-Arham Hebdo.

Deux jours intenses de réflexion, de propositions. Tel pourrait être le résumé de ces 48h00 pour l’Etat Sénégalais. Il faut noter que pendant ces 2 journées riches en discours, conférences, débats, ateliers, un dispositif plateaux TV – Presse – Médias avaient été mis en place, pour retransmettre et relayer l’information dans le monde entier. Et cela, durant tout le déroulé du Forum. En outre, l’évènement a été le lieu de rencontres, d’échanges informels, de négociations, de partages d’informations, de prises de contact…

Crédit image : Actu Cameroun.

Ainsi, dans un contexte où les grands équilibres vacillent, le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique aura rempli toutes les attentes. Il n’est donc pas étonnant que près d’un mois après sa clôture, les échos des allées et venues, autant que ceux des conversations effectuées lors de celui-ci, s’entendent, toujours, dans les couloirs du CICAD, le Centre international de conférences Abdou Diouf. Comme si les relents de ce vaste programme n’étaient qu’un constant rappel des défis auxquels l’Afrique est confrontée. Notamment les défis sécuritaires qui rendent l’activité des marques et des entreprises difficiles. Et dont seul la résolution pourrait permettre d’élaborer et d’entrevoir l’avenir dans les pays du Continent.

Une représentation internationale présente au Forum

Des Chefs d'états et officiels d'Afrique et du monde étaient présents au Forum de Dakar

Crédit image : La Tribune Afrique.

Il faut dire que ce 8ème Forum de Dakar en a sustenté plus d’un. Car, parmi les 2.000 invités qui ont arpenté les allées du CICAD, se trouvaient plusieurs personnalités officielles et étatiques de la région et d’ailleurs. Des personnalités en provenance, en l’occurrence :

  • Du Cap-Vert.
  • De l’Angola.
  • De la Guinée-Bissau.
  • D’Arabie Saoudite.
  • Du Japon.
  • De la France.
  • Du Tchad.
  • Du Niger…

Des représentations qui, par leur participation, ont, sans nul doute, concouru au succès de cet évènement. Un évènement où une quarantaine de pays et d’organisations étaient, entre autres, représentée. Et ce, en plus des 300 experts – civils, militaires, analystes, élèves du Sénégal, hauts gradés de l’AFRICOM – et des centaines de journalistes accrédités par près de 200 médias – presse, télévision, radio, web… – qui ont participé à ce Forum de Dakar 2022.

Le PPP comme œuvre principal du Forum de Dakar

 

 

Pour ce concerto où le PPP, Partenariat Public-Privé, était le cantique, les chefs d’orchestre n’étaient autres que le Sénégal et la société Française d’intelligence économique Avisa Partners, épaulés par le CHEDS –  Centre des hautes études de défense et de sécurité du Sénégal – et plusieurs partenaires privés. A savoir :

  • L’équipementier militaire ARQUUS.
  • Ou encore le groupe de BTP VICAT, pour ne citer qu’eux.

Toutefois, il faut indiquer que si les organisateurs ont appris des précédentes éditions, la maestria d’un tel évènement demeure un challenge. Un challenge tant au niveau logistique et économique qu’Etatique et médiatique. De ce fait, selon Avisa Partners, monter la 8ème édition du Forum de Dakar a nécessité de longs mois de tractations.

Les ingrédients du succès

Bertrand Slaski, Directeur chez Avisa Partners. Crédit image : Avisa Partners.

Pour Bertrand Slaski, Directeur chez Avisa Partners, « c’est à ce prix que le Forum se professionnalise toujours plus, avance. C’est grâce à ces efforts conjoints qu’il continue de se moderniser (et qu’il) s’est installé dans l’agenda international ». Dans cette même veine, il faut préciser que la qualité de la couverture médiatique contribue, fortement, à l’affirmation du Forum. « Le phénomène majeurc’est l’écho médiatique important qu’il a pris ces dernières années : La couverture média répond, dorénavant, aux meilleurs standards internationaux », avec, notamment, la mise à disposition d’un studio de télévision. Et la présence de médias reconnus comme CNBC et TV5 Monde. Ouvrant, par là même, les portes du Forum à un public plus large que sa cible originel. Souligne Bertrand Slaski.

L’Afrique au centre de l’agenda

Le Forum de Dakar 2022 étaient axée sur les défis sécuritaires.

Crédit image : SocialNeltlink.

Revenant sur la thématique, il ne faut pas oublier que les défis auxquels sont confrontés l’Afrique dépassent, largement, ses frontières. Désormais, pleinement intégré à la mondialisation, elle est, étroitement, interconnectée aux questions d’intérêts pour la communauté internationale. C’est pourquoi le Directeur d’Avisa Partners l’admet sans ambages. Burkina Faso, Guinée, Tchad, Bénin, Centrafrique, Soudan, Mozambique… « la liste des périls Africains est malheureusement très longue. Pour autant, le Forum est ouvert sur le grand monde. C’est dans son ADN. Et il me semble que cela a, d’ailleurs, toujours été la volonté des autorités Sénégalaises qu’il en soit ainsi ». A-t-il signalé.

Près de 2.000 personnes ont participé au 8ème Forum de Dakar organisé par Avisa Partners.

Crédit image : La Tribune Afrique.

Un avis aussi partagé par l’Etat du Sénégal. Pour eux, l’Afrique ne peut plus se permettre de se reposer… sur les seules épaules des pays étrangers. « l’Afrique n’entend plus être un sujet ou un objet de discussions. Mais bien un acteur des relations internationales ». Comme en témoignent les vives discussions autour de l’octroi à l’Afrique d’un ou deux sièges – avec droit de veto – au Conseil de sécurité des Nations Unies.

La recherche de solutions concrètes

Romain Grandjean, associé chez Avisa Partners. Crédit image : CFNEWS.

En d’autres termes, le Forum de Dakar « place l’Afrique au centre de l’agenda et des enjeux internationaux », relève Romain Grandjean, associé chez Avisa Partners. « Cette année encore, il a été un haut lieu de réflexion et de dialogue. Autour de la recherche de solutions concrètes portées par les États du continent. Avec le concours de ses partenaires internationaux. Pour répondre aux défis sécuritaires ». Des défis sécuritaires qui affectent, aussi, de jour en jour, les performances des entreprises et des marques.

 

Crédit image : SciDev.Net

l'administrateur directeur général de Kaydan digital

Franck Kié, Directeur Général de Kaydan Digital. Crédit image : Cyberobs.

A titre d’exemple, en 2021, la cybercriminalité a causé des dommages au Continent évalués à près de 2 .700 milliards FCFA. Et affecté, la même année, 64% des entreprises Africaines. Des chiffres qui montrent que les cyber menaces font partie des menaces les plus sérieuses à la paix, à la sécurité et à la stabilité des pays Africains et de leurs économies. L’Ivoirien Franck Kié,  expert en cybersécurité, présent au Forum, déclarait, justement, dans Jeune Afrique que le continent va devenir le « champ de bataille numérique des puissances étrangères ». Sans manquer, en marge du Forum, de féliciter le succès organisationnel d’un évènement qui, selon le Président-Fondateur du Cyber Africa Forum, s’est imposé comme « une plateforme de premier plan au niveau continental sur les questions de paix et de sécurité ».

Comme à la maison ?

Crédit image : SocialNetlink.

Des invités prestigieux, une organisation millimétrée, un écho grandissant. Tels sont quelques ingrédients d’un évènement réussi. Des éléments, certes, décisifs. Mais qui ne suffisent pas, à eux seuls, à expliquer le succès du Forum de Dakar.

Crédit image : www.mfaz.gov.tr

Pour Bertrand Slaski, « la singularité du Forum de Dakar et de son modèle se sont, une nouvelle fois, illustrés cette année. Si chacun est toujours ravi d’y retrouver des amis et d’y faire de nouvelles connaissances, cela n’empêche pas des prises de position fortes et des paroles franches… Cette spécificité du Forum lui évite de tomber dans le convenu. Et lui permet de garder tout son intérêt et toute sa force. C’est aussi le signe que l’on vient y parler, en toute confiance. Notre objectif est de conserver cette  caractéristique du Forum qui le distingue d’autres cénacles plus convenus ». En définitive donc, selon le Directeur d’Avisa Partners, plus qu’ailleurs, le Forum Sénégalais favorise une informalité qui suscite, elle-même, une plus grande confiance entre les participants.

Un canal de communication

Kabiné Komara, Ex Premier Ministre de la Guinée. Crédit image : Jeune Afrique.

Également présent à Dakar, Kabiné Komara de la Guinée ne pense pas autrement. « L’intérêt renouvelé que les principaux partenaires accordent au Forum de Dakar donne la preuve qu’il constitue un lieu d’échanges francs et riches sur la perception et les attentes des États Africains participants… La facilité avec laquelle il est possible de rencontrer, en un seul endroit, des décideurs qu’il serait difficile de rencontrer autrement, sans se déplacer en Europe ou en Amérique voire en Asie, constitue une opportunité qui draine, vers Dakar, de nombreux décideurs Africains. De ces rencontres informelles se nouent des relations de confiance qui raffermissent les relations entre toutes les parties prenantes… La présence de nombreux chefs d’État Africains donne l’occasion, à ces derniers, de partager des informations précieuses, sans intermédiaires, sur les spécificités des différents conflits auxquels ils sont confrontés. Et ainsi trouver des canaux pour trouver des opportunités de médiation et de facilitation ».

La place de la société civile et de la jeunesse
Le Forum de Dakar compte faire la part belle à la société civile et à la jeunesse.

Crédit Image : SENE 1 La Une du Sénégal.

Kabiné Komara a, également, à insister sur un fait. « L’association, au Forum, des chercheurs, des think tank, des universités, des acteurs de la société civile et des artistes ». Un parti-pris pleinement assumé par Avisa Partners, l’organisateur de l’évènement. « Il faut faire confiance à la société civile et à la jeunesse. Rien ne peut se faire sans elles », lance Bertrand Slaski. Tout en promettant de « leur donner, à l’avenir, une place encore plus importante dans les débats. Il faudra également relayer leurs propositions pour devenir un Forum à impact. C’est dans cette dynamique responsable que s’engage d’ailleurs le monde de l’évènementiel. Un chemin que devrait suivre, de manière naturel, le Forum, au regard de son ADN ».

Crédit image : Sud Quotidien.

Sans tomber dans le piège du buzz, les organisateurs de l’évènement ont invité les médias Africains, internationaux et quelques influenceurs. Afin que les débats se poursuivent sur les ondes et les réseaux sociaux. Une manière, pour Avisa Partners, de sortir le Forum hors des murs du CICAD. Et de se placer, selon les termes de Quentin Ruffat, l’un des associés du groupe d’intelligence économique, en plein « cœur des enjeux géostratégiques mondiaux ».

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

HEC Challenge+Afrique, passage de flambeau lors du Demo Day

TRACE ACADEMIA, un complément à l’offre éducationnelle ?

Previous article

Orange Business Live, l’intérêt du digital pour le monde agricole

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Dossier