Ecobank et AMA Academy s'associe pour former les journalistes à la Fintech
Emploi / FormationStrat'Emploi

Fintech, Ecobank et AMA Academy forment les journalistes

0

L’Afrique, au niveau de l’économie mondiale du mobile money, c’est 45,6 % des activités de paiement mobile dans le monde. Autant dire, qu’à lui seul, le continent représente près de la moitié du marché global, en la matière. Un phénomène rendu possible par le leap frog effectué par la terre mère. Et accentué par l’adaptation nécessaire face à la brusque survenue de la pandémie à coronavirus. Une pandémie dont les effets se font encore sentir. Ce sont donc toutes ces raisons qui poussent, aujourd’hui, le Groupe Ecobank à s’engager auprès de l’industrie Fintech. Et à la soutenir pour une transformation, positive, de la finance et de la banque numériques. Ainsi, dans cet ordre d’idée, le Groupe bancaire panafricain a conclu un partenariat avec AMA Academy. Et ce, afin de proposer, aux journalistes d’Afrique, une formation sur la question.

Un concerto sur la Fintech en duo

 

Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, AMA Academy est la seule plateforme panafricaine d’apprentissage en ligne gratuite dédiée à la formation des journalistes, en Afrique. Concernant la collaboration avec Le Groupe Ecobank, de toute évidence, les 2 structures travailleront de concert. Dans cette optique, le duo élaborera des modules de formation sur mesure. Des modules portant sur les Fintechs, à l’intention des journalistes du continent spécialistes de l’économie, de la finance et des technologies. En outre, ces modules seront disponibles en deux langues :

  • L’Anglais.
  • Et le français.

Au niveau de la pédagogie, des experts du secteur dispenseront ce programme en ligne, décliné en cinq modules. De surcroit, les participants, les plus méritants, recevront, non seulement, une reconnaissance. Mais également des distinctions.  Eu égards au titre de meilleur(e)s journalistes Fintech d’Afrique qu’ils auront acquis. Dans le détail, la formation planchera sur des sujets tels que :

  • L’histoire des services financiers en Afrique.
  • Leur transformation.
  • La blockchain.
  • l’Intelligence Artificielle dans la Fintech.
  • l’Open Banking.
  • La sécurité.
  • La réglementation.
  • La gouvernance.
  • L’inclusion et les tendances futures du marché des fintechs en Afrique.

Un meilleur traitement de l’actualité Fintech

 

Eloïne Barry engagé dans la formation Fintech pour les journalistes.

Eloïne Barry, fondatrice et directrice générale de African Media Agency et AMA Academy. Crédit image : Afriveille.

Eloïne Barry, fondatrice et directrice générale de African Media Agency et AMA Academy, se dit ravie de cette association avec le Groupe Ecobank «  qui est à l’avant-garde de la transformation et de la progression des fintechs en Afrique. Notre Académie est, également, déterminée à améliorer les compétences des journalistes. En leur donnant accès à des experts et à des formations. Les journalistes doivent, souvent, couvrir plusieurs sujets. Et notre objectif est de les aider à améliorer la qualité et l’efficacité de leurs reportages ».

Crédit image : Afriveille.

Poursuivant son propos, elle s’est appesantie sur le bien-fondé de cette formation : « Malgré tout le bien que l’on peut penser de la croissance de l’industrie Africaine des technologies financières, il existe des lacunes. Et un déséquilibre dans la façon dont elle est présentée. Aujourd’hui, ce sont les médias internationaux qui en parlent. Nous n’abordons pas, suffisamment, le sujet, avec une analyse approfondie, de ce qui se produit, réellement, en Afrique, par des Africains. Cette formation donnera, aux journalistes, la confiance, les compétences et la compréhension nécessaires pour devenir aussi pertinents et compétitifs que les journalistes spécialisés dans le même domaine dans les médias internationaux ».

60% des financements de l’industrie tech pour la Fintech

 

Il convient d’indiquer que le marché de la Fintech perçoit des financements conséquents. Pour preuve. Selon les chercheurs du secteur des technologies, en 2021, les entreprises fintech ont reçu environ 1.600 milliards de FCFA. Soit 60 % des plus de 2.628 milliards de FCFA d’investissements injectés dans les technologies. De sorte que le total des investissements réalisés, cette année là, dépasse largement les fonds octroyés, plus largement, à l’ensemble de l’écosystème des start-up technologiques, les années précédentes. De plus, les données estiment à 6 millions, le nombre de jeunes Africains qui accèdent à l’Internet chaque année. Une opportunité de croissance, en perspectives, très intéressantes pour des secteurs Fintech émergents tels que :

  • L’agriculture.
  • L’assurance.
  • La santé.
  • Les énergies propres.
  • L’éducation.
  • Le crowdfunding.
  • La technologie blockchain.
  • L’intelligence artificielle.
  • Et la réalité augmentée.

Les médias outillés pour parler Fintech ?

Djuba Diallo, conseillère Fintech chez Ecobank.

Djiba Diallo, conseiller Fintech au Groupe Ecobank, a déclaré, au sujet de ce partenariat : « Le continent a vu l’essor de marchés émergents. En dehors des bastions traditionnels que sont le Nigeria, le Kenya et l’Afrique du Sud. Notamment en Éthiopie, au Ghana, au Sénégal, au Rwanda et en Ouganda. Pour n’en citer que quelques-uns. Ce sont des pays où Ecobank est présent. Et où le cours de formation aux médias sur les fintechs aura un réel impact. En tant que groupe bancaire Panafricain, nous souhaitons développer les solutions fintech locales. Dont beaucoup ont le potentiel de devenir des solutions mondiales. Et donner, à nos partenaires médias locaux, les moyens de les faire connaître ».

Crédit image : Strat’Marques.

 

Les journalistes qui suivront l’intégralité des modules de formation pourront  se voir décerner le prix du meilleur journaliste, Anglophone et Francophone, dans le domaine de la Fintech. Et ce, lors d’une cérémonie de remise des prix organisée à l’issue de la formation.

 

Présent dans 23 pays Africains, L’objectif de l’AMA Academy est de former et de certifier 10.000 journalistes et professionnels des médias, d’ici 5 ans, en leur proposant l’acquisition de compétences. Et ce, dans tous les genres et secteurs du journalisme. Afin de promouvoir des reportages de haute qualité. Elle veut, également, aider les journalistes à tirer profit de leur métier. Et à diversifier leurs articles. Ce partenariat, conclu avec le Groupe Ecobank, devrait contribuer à une connaissance et une compréhension plus approfondies de ce secteur. Un secteur qui, d’ailleurs, connaît la plus forte croissance sur le continent. Ainsi, cette formation devrait permettre, aux journalistes, de produire des reportages plus qualitatifs sur la question. Et de susciter davantage l’intérêt du public. Pour en savoir plus, les journalistes, basés en Afrique, qui couvrent l’économie, la finance et les technologies peuvent se rendre sur la page https://amacademy.io/ecobank/

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Editorial : La blockchain, la réalité du présent garantie par le passé

 

SNEDAI Groupe, un acteur originel du projet TIPSP, dans le cadre de la modernisation du Port de San Pedro

Previous article

La Rosette et l’Art, 2 univers au service de la vie

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply