Fabrice Koffi / Crédit image : CFNEWS
ITINERAIRE

Fabrice Koffi, à la rescousse des PME

0

“Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années”, disait Corneille. Cette citation de Corneille colle bien avec le parcours de Fabrice Koffi. Enregistré au nombre des âmes bien nées, cet homme, dont le destin émane des cieux, n’aurait pu imaginer, à sa naissance, la valeur ajoutée qu’il a apporté et apporte à ses contemporains. Dans ce dossier, Strat’Marques propose le parcours de cet entrepreneur résolu à sauver les patrons de PME (petites et moyennes entreprises) en Afrique, grâce à une solution digitale inédite.

La découverte d’une passion

Crédit image : JDN

Natif de la région du Moronou,  dans le Centre-Est de la Côte d’Ivoire, Fabrice grandit auprès de ses grands-parents, une grande source d’inspiration, pour lui, dans son aventure entrepreneuriale. Dès le primaire, ses notes excellentes parlent d’elle-même et lui valent d’être le major de sa promotion. Il gravit les échelons et atterri au Lycée technique de Yopougon (Côte d’Ivoire), là, il s’intéresse à la biochimie et se destine à une carrière médicale, afin d’honorer les désirs profonds de sa grand-mère. Cependant, le sort en décide autrement. En classe de seconde, un chamboulement s’opère dans ses prévisions. Il participe à une compétition d’entreprises en herbe. Il la remporte et crée sa Junior Entreprise. Dans celle-ci, l’apprenti entrepreneur dirige une société de production et de commercialisation de produits d’entretien (savon liquide, eau de javel, désodorisants, etc.). Le jeune PDG (Président Directeur Général) glane, très vite, des lauriers, notamment le Prix de l’effort et de l’initiative et le 3eme Prix du meilleur PDG Junior entreprise. Sa passion pour l’entrepreneuriat découverte, il s’y engage corps et âme, au détriment de son rêve de médecine.

La révélation

Crédit image : world banks blog

Le baccalauréat en poche, le jeune entrepreneur s’engage dans des études de comptabilité et de gestion. Il décroche son BTS (brevet de technicien supérieur) puis une licence. Par la suite, Il intègre un cabinet d’expertise comptable et s’y forge une solide expérience en assistanat des PME. Après un bref intermède dans le freelance, il monte avec des amis, ses futurs associés, un cabinet d’assistance comptable fiscale et sociale, le Cabinet UTC. Parallèlement, il obtient un contrat de consultance et exerce le rôle de RAF (responsable administratif et financier) chez Agritecnofertilizantes. Ces expériences lui donnent les bases nécessaires à la compréhension des défis auxquels sont confrontés les acteurs du secteur informel et les patrons de TPE/PME (Très Petites Entreprises et Petites et Moyennes Entreprise).

Le déclencheur

 

Crédit images : jeunes.ci

Sa carrière, en cabinet, le conduit à un triste constat : Les chefs d’entreprises ont des difficultés à se faire accompagner par les cabinets comptables et fiscaux du marché. Subséquemment, il commence à réfléchir à une solution adaptée à leurs problématiques et à leurs bourses. Pour ce faire, il s’appuie sur le digital pour proposer des outils d’aide à la décision basés, entre autres, sur la comptabilité. Fin 2017, Fabrice démarre le développement de sa solution digitale. Dans l’attente de ressources suffisantes, il saisi une opportunité : Société Générale Sénégal lance un hackathon sur le secteur informel Africain. L’objectif ?  Répondre aux besoins et attentes de l’informel, en matière de traçabilité financière. Quatorze (14) pays participent à cette compétition et Keiwa, son outil d’accompagnement à l’inclusion financière du secteur informel, en Afrique, obtient le Prix coup de cœur. Ce prix lui permet de bénéficier du soutient de la Société Générale.

Une immersion bénéfique

Crédit image : Keiwa

Sous la houlette de la Société Générale, Fabrice et ses associés séjournent, pendant deux semaines, en Inde. En immersion totale au pays de Ghandi, les compères découvrent l’écosystème digital indien. Ils y visitent des startups aux projets similaires, voire additionnels, aux leurs, et le technocentre de la Société Générale hébergé à Bangalore. De retour, ils intègrent le Lab Innovation Afrique de Société Générale. Une aventure de trois mois au bout de laquelle le 1er prototype de l’application digital Keiwa voit le jour. Keiwa conquiert le cœur de Manko, et celle-ci en devient le premier client. Cette solution a permis, rapidement, à la filiale de la Société Générale, d’admettre des commerçants-clients, à qui elle avait refusé, dans le temps, des prêts bancaires pour défaut de traçabilité.

L’intérêt de Keiwa

Crédit image : Keiwa

Née en 2019, Keiwa a pour ambition d’accompagner les petites entreprises pour une gestion optimale de leurs activités. Nuls besoins de notions avancées en comptabilité pour tenir, aisément, sa comptabilité. Les commerçants et chefs d’entreprise ont, désormais, à leur disposition, un outil  d’inclusion financière, simple d’utilisation. Ils peuvent enregistrer leurs opérations journalières, gérer leurs stocks et avoir accès à des rapports d’activité simplifiés, en temps réel. En outre, pour ceux désirant un suivi à distance de leurs activités, l’application leur en offre la latitude. Fatim Bâ en témoigne: “L’application est l’une des meilleures de gestion en Afrique, de par sa simplicité, la qualité de ses informations et son accessibilité”. Même son de cloche du côté de Miriame Bâ : J’ai été séduite par la simplicité d’utilisation et les informations financières importantes sur mon activité, que je reçois, et par son système de gestion de stocks intégrée”.

Une appli primée

Crédit image : facebook

L’application Keiwa fait des émules dans le milieu entrepreneurial Africain. En 2017, elle remporte le Prix Coup de Cœur de l’Hackathon panafricain du groupe Société Générale. En 2019, la start up intègre la deuxième promotion du programme d’accélération de MTN Côte d’Ivoire, Y’ello Startup. En 2020, la levée de fonds réalisée, avec Comoe Capital et IEP, donne un coup d’accélérateur au développement de Keiwa. Un an plus tard, c’est la reconnaissance nationale avec le Prix national d’excellence 2021.

les clés du succès

Fabrice Koffi / Crédit image : Myafricainfos

Selon le Prix national d’excellence 2021, les aspirants à l’aventure entrepreneurial doivent surmonter leur peur et commencer leur projet : “Une chose est de vendre, mais assurer la croissance durable de l’entreprise passe par la mise en place de procédés et de bonnes pratiques. La comptabilité n’est pas juste pour les Impôts, mais c’est plutôt un outil d’aide à la décision. Se servir de cet outil, pour une meilleure compétitivité et la survie de leurs entreprises, leurs serait salutaire.’’

Les fils et filles d’Afrique, dans chaque pays, se lèvent pour apporter un plus à leurs contemporains. Fabrice Koffi, membre actif du MPME, le mouvement des petites et moyennes entreprises, ses amis et d’autres africains évoluent sur ce même rythme. Trouver des mécanismes d’accès aux financements, auprès d’investisseurs, c’est leur mission quotidienne. Si ces investisseurs sont africains, le continent se développera plus harmonieusement. Et cela, l’homme qui veut sauver les PME Africaines l’a bien compris.

Vincent NGORAN

Mister Data

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Jean Luc Konan : Le génie de la finance inclusive

 

Presse imprimée ivoirienne, le glas a-t-il sonné ?

Previous article

CAN TotalEnergies 2021 : Le challenger de la coupe d’Afrique des équipementiers

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in ITINERAIRE