Surement une membre de coopérative. A l'instar de celles qui travaillent avec Enabel
Une dame portant des cabosses de cacao. Crédit image : Ivoire Business
économieFocusStrat'Eco

Enabel engagée pour un cacao Ivoirien durable

0

Enabel , c’est l’Agence Belge de développement. Dans son ambition, elle s’attelle à fournir des solutions. Des solutions pour relever des défis mondiaux urgents. Avec ses 2000 collaborateurs et collaboratrices, l’Agence gère près de 170 projets dans une vingtaine de pays, en Belgique, en Afrique et au Moyen-Orient. Aujourd’hui, c’est à l’industrie cacaoyère qu’elle s’intéresse. Et pour ce faire, Enabel ouvrira bientôt un bureau en terre d’éburnie.

De passage dans le pays de l’Or Brun

Le DG D'Enabel

Jean Van Wetter, le 04/05/2022 lors de son passage en Côte d’Ivoire. Crédit image : Strat’Marques

En début de mois, Jean Van Wetter était de passage dans le pays de l’or brun. Le Directeur général d’Enabel, depuis 2018, a accepté de s’entretenir avec Strat’Marques. Ainsi, le 04/05/2022, Strat’Marques l’a rencontré, en fin de journée. Et c’est dans la somptueuse résidence de Belgique, adossée à la lagune Ebrié, qu’il a bien voulu recevoir le magazine. Le dirigeant de l’Agence Belge de développement s’est exprimé sur ses ambitions, son projet et l’implantation prochaine d’Enabel, en Côte d’Ivoire. A ses côtés, Michael Wimmer, l’Ambassadeur de Belgique en Côte d’Ivoire a bien voulu partager sa vision.

Il faut dire que la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao. Cependant, la complexité du monde actuel la pousse à revoir son modèle économique. Le cacao durable semble être une alternative et Enabel compte s’y investir.

Des liens forts

les personnes à qui Enabel S'adressent

Planteur de cacao Ivoirien. Crédit image : Enabel

Il ne faut pas oublier que la Côte d’Ivoire et la Belgique entretiennent des liens forts. En effet, les deux pays ont récemment célébré leurs noces de diamant. Et si la terre des éléphants est le premier producteur mondial de cacao. Il n’en demeure pas moins que la Belgique est l’un des principaux producteurs de chocolat.

Le logo d'Enabel

logo Enabel. Crédit image : Enabel

Quant à Jean Van Wetter, son expérience parle d’elle même. Titulaire d’un Master en Management Science de la Solvay Brussels School, il possède près de 18 ans d’expérience. Une expérience acquise dans des entreprises internationales et dans le monde de la coopération en Europe, en Asie et en Afrique. D’ailleurs, en matière de développement coopératif, il a travaillé sur de nombreuses thématiques. Notamment, l’éducation, la santé publique et le développement du secteur privé. Il a été, entre autres, le Directeur Général de Handicap International, en Belgique. Ainsi que le représentant pays pour des ONG internationales au Cambodge, en Chine et en Tanzanie. En outre, ses années de consultance chez Deloitte Consulting ne sont pas à négliger.

Enabel et la Belgique pour le développement durable

De gauche à droite, le DG d’Enabel et l’Ambassadeur de Belgique en Côte d’Ivoire. Crédit image : Strat’Marques

Un projet collectif

Son Directeur Général l’a rappelé, Enabel n’est pas une novice. « Depuis plusieurs années, nous sommes installés dans la région. Et dans le cadre des actions conjointes menées avec la Initiative Team Europe, nous avons décidé de nous implanter en Côte d’Ivoire. Notre modus operandi, c’est de travailler en convergence avec les plans stratégiques des pays partenaires. En conséquence, notre activité sur le cacao durable concorde avec le Plan National de Développement Ivoirien. Et sa feuille de route à l’horizon 2030 ». A-t-il contextualisée.

Le DG d'Enabel

Le DG d’Enabel. Crédit image : Strat’Marques

Poursuivant son propos, Jean Van Wetter a récapitulé les actions de l’Agence Belge de développement. « Depuis plusieurs années maintenant, nous réalisons du coaching de coopératives, avec des experts en marketing, en packaging, en agronomie, etc. Afin de professionnaliser le secteur. Pour ce faire, nos actions s’effectuent en complémentarité avec les autres Agences Européennes ». A-t-il indiqué.

Un projet dans lequel Enabel est engagé

Logo Beyond chocolate. Crédit image : International Cocoa Initiative

Un engagement

Des mots sur lesquels son Excellence Michael Wimmer a renchéri. « La Crise de la maladie à coronavirus à fragiliser le secteur. Face à ce constat, l’Union Européenne a investi pour que le secteur soit moins fragile. La Belgique, particulièrement, est engagée pour une meilleure rémunération des planteurs. Cela commence par le partenariat Beyond Chocolate. Un partenariat pour la production d’un chocolat Belge sans déforestation. Accompagné d’une bonne rémunération des planteurs faisant du cacao durable ». A-t-il précisé.

L'ambassadeur Belge et le DG d'Enabel

De gauche à droite, le DG d’Enabel et l’Ambassadeur de Belgique en Côte d’Ivoire. Crédit image : Strat’Marques

Aux dires des deux hommes, la stratégie d’Enabel serait un process à double ancrage. Tout d’abord, l’Agence travaille avec les communautés et acteurs locaux. Une équipe est, ensuite, envoyé sur le terrain. De là, le double ancrage entre en jeu pour alerter l’opinion nationale et internationale. Une alerte dans le but de la mettre au fait des réalités, bonnes ou mauvaises.

Des cabosses de Cacao

Cabosse de Cacao. Crédit image : Abidjan.net

Un cacao durable

Dans cette stratégie, un autre volet intervient, celui du bas carbone et des énergies renouvelables. Car il faut savoir que de l’énergie peut être produite à partir de résidus du cacao. Plus précisément ses cabosses. Ce qui, en l’espèce, constitue un gain supplémentaire pour les planteurs. Pour preuve, au Bénin par exemple, ce procédé est déjà à l’œuvre. Cette fois, avec les coques d’anacarde. Ont-ils fait savoir.

De gauche à droite, le DG d’Enabel et l’Ambassadeur de Belgique en Côte d’Ivoire. Crédit image : Strat’Marques

Pour le Directeur Général d’Enabel et l’Ambassadeur de Belgique en Côte d’Ivoire, les choses sont claires. Ils sont unanimes sur le fait qu’il faut un changement du narratif et de l’approche. Dans les grandes lignes, ils ont cinq défis à relever. «En premier lieu, la paix et la sécurité. Deuxièmement, les impératifs liés au changement climatique. En troisième lieu, les inégalités sociales et économiques. Quatrièmement, la mobilité intra-pays, Sud-Sud et Nord-Sud. Et en cinquième lieu, l’urbanisation, corollaire du développement des villes. Le tout sur la base de la démographie pour une effectivité des projets ». Ont-ils révélé.

A l'instar d'Enabel au Sénégal, des cartes CMU Ivoiriennes

Des cartes CMU Ivoiriennes. Crédit image : P4H Network

Une relation équitable

Concernant le volet santé, c’est une priorité pour l’Etat Belge. Avec la crise sanitaire née de la maladie à coronavirus, il travaille sur le renforcement de la santé. Cela, passe par le développement de systèmes d’assurances universelles. Ainsi, au Sénégal, l’expérience touche, aujourd’hui, plus de 300.000 personnes. « Cette expertise dans le domaine de la santé, nous sommes prêts à la partager avec nos partenaires ». Ont-ils mentionné.

le cacao durable vu par Enabel

Fèves de cacao séchées. Crédit image : ChocoClic

A ce stade d’ouverture prochaine de son bureau, Enabel est, déjà, à pied d’œuvre, en Côte d’Ivoire. Dans la continuité du Trade for Development Centre, l’Agence soutient le commerce équitable et durable. Et fait, aussi, la promotion d’une consommation responsable. Cela fait un certain temps qu’elle travaille avec SCEB, dans la zone de Tiassalé. Aujourd’hui, celle-ci au est la première coopérative certifiée cacao bio.

Après Bio invest, Enabel s'installe en Côte d'Ivoire

Logo Bio Invest. Crédit image : ProJobivoire

Un chocolat 100% Ivoirien

Autre fait, Enabel met en lien des producteurs et des investisseurs, au local et à l’international. Ce, pour le développement d’une marque. Des produits Made In Côte d’Ivoire. Elle est soutenue, dans son entreprise, par la Banque de développement Belge, Bio Invest.

Puratos et Enabel travaille à l'implantation d'une usine en Côte d'Ivoire

Manufacture Puratos. Crédit image : Puratos Canada

Jean Van Wetter a d’ailleurs fait des révélations, dans ce sens. «Notre secteur privé investi pour produire du chocolat 100% Ivoirien. Bientôt, Puratos, grosse société familiale Belge, implantera une usine pour la production, sur place, de chocolat de grande qualité. En outre, il existe un projet Bruxellois pour former des chocolatiers Belges et Ivoirien. Grâce à l’Union Européenne, nous pourrons développer une migration circulaire en ce sens. En envoyant des entrepreneurs Ivoirien, pour un certain temps, en Belgique pour un partage d’expérience et un élargissement de leur network ». A-t-il souligné.

Une transformation digitale

Avec D4D, Enabel développe les économies par le biais de la transformation digitale

Logo D4D. Crédit image : d4dlaunch.eu

Toujours selon la tête de l’agence, Enabel a un cœur d’activité. «Le cœur de notre activité, c’est avant tout l’accompagnement technologique et technique. Avec des compétences en agronomie, en management, etc. Notre expertise dans le Digital for Development pour numériser, digitaliser l’économie est avérée. Avec des moyens techniques et des compétences humaines, nous accompagnons la transformation digitale. Afin de développer l’économie Africaine ». A-t-il mentionné.

Enabel engagé dans la lutte contre le changement climatique

COP 15. Crédit image : Studio Tamani

Alors que la Côte d’Ivoire s’apprêtait à abriter la COP 15, Jean Van Wetter, le Directeur Général d’Enabel, était de passage dans le pays. L’Ambassadeur de Belgique en Côte d’Ivoire, présent tout le long de cet entretien, a rappelé les liens entre les deux états et les accomplissements réalisés. « Nos deux pays ont célébré leurs 60 ans de collaboration. Dans le même temps, en octobre 2021, Bio Invest, notre Banque de développement s’installait. Et maintenant, c’est Enabel qui pose ses valises. Il faut savoir que le volume commercial entre la Belgique et la Côte d’ivoire dépasse le milliard d’Euro. Avec une balance favorable pour la Côte d’Ivoire. Plus de 50 entreprises Belges sont présentes sur le territoire. Avec un personnel majoritairement constitué d’Ivorien ».

Un projet pilote

Enabel et Galler engagés pour du chocolat 100% Made in Côte d'Ivoire

Chocolats Galler. Crédit image : Phenix

Pour rappel,  Trade for Development centre aide les producteurs à améliorer leur production. Mais aussi à mieux se vendre sur le marché. Grâce à des coaches spécialisés en marketing, management, agronomie, etc. Dans le cadre du partenariat Beyond Chocolate, la Chocolaterie Galler s’est associée à Enabel, à la coopérative Yeyasso en Côte d’Ivoire, à l’Université de Gand et à l’entreprise Zoto. Et ce, pour mener un projet pilote de développement de cacao bio et qualitatif. L’ouverture du bureau d’Enabel, en Côte d’Ivoire, est prévu pour août 2022.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques : 

La BNI augmente de 25% son appui à la filière café cacao

 

GEMM, le programme diplômant d’HEC Paris à destination des dirigeants

Previous article

Orange Bank et Wilic International unies contre les cancers

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in économie