Céremonie d'Ouverture des journées des marques ivoiriennes innovantes
Palais de la Culture. Treichville - Abidjan -Côte d'Ivoire. Crédit image : Facebook.
AnalyseStratégie

Editorial : Les JM2I pour des marques Ivoiriennes fortes ?

0

Le 19/12/2022, l’OIPI-Office Ivoirien de la Propriété Intellectuelle a lancé un évènement. Un évènement en phase avec la réalité des marchés, nationaux et internationaux. Mais qui, en Côte d’Ivoire, tardait à se réaliser. Pourtant, des tentatives dans de sens, il y en a bel et bien eu. En effet, plusieurs initiatives de promotion de la culture de marques, portées par des entrepreneurs à vision, ont failli voir le jour. Et, malheureusement, elles ont failli. Peut-être parce que, justement, la vision n’avait pas été comprise.

Mais laissons cela au passé et aux erreurs de jeunesse d’un écosystème local récent aux yeux du monde. Car le salon tant attendu est enfin là ! A quelque jours de la nativité, il se déroule au Palais de la Culture de Treichville-Abidjan-Plateau. Et ce, jusqu’au 21/12/2022. Pour ces premières JM2I-Journées Nationales de la Marque Ivoirienne Innovante, le programme est à la hauteur des ambitions. Dans les faits,  la culture de la marque est, pour le première fois distillée. Distillée, grâce à des expositions, des conférences, panels, ateliers, masterlass… Le tout, dans une saine concurrence. Quels sont les enjeux de ces JM2I ? Quels intérêts pour les marques, les entreprises et les consommateurs ? Quelle valeur ajoutée apportent-elles à l’écosystème ? Analyse.

Les marques, un actif stratégique pour les entreprises

Aujourd’hui, l’économie de marché et la globalisation ont fait des marques un actif stratégique important pour toute entreprise. Peu importe sa taille. Les entrepreneurs visionnaires, qui ont inclus une stratégie de marque dans leurs projets, détiennent, pour certains, des multinationales. Des multinationales bâties sur des marques à forte identité. Et qui constitue, en quelque sorte, un socle de valeurs pérennes et, a priori, imprescriptibles. Pourquoi ? Parce qu’elles ont su prendre des risques, se constituer un ADN, protéger leurs marques. Et, enfin, développer les best practices au sacrifice de journées et de journées de labeur et de créativité.

 

Ce ne serait donc point partial de dire que ces entrepreneurs ont fait preuve de proactivité. Puisque, de nos jours, la notion de marque est devenue, plus qu’un phénomène mondial, un élément majeur de nos habitudes de consommation. Les marques font écho de tout, partout, et c’est cela qui les rend si fortes. Dotées d’un instinct de survie ou d’un appétit de vie, au choix, quotidiennement, elles se battent pour conquérir davantage de parts de marché. Afin de se maintenir dans des espaces commerciaux vitaux. De ce point de vue, bien que circonstanciel, les marques sont donc à l’image de l’Homme. Toujours à la recherche de nouveaux lieux de vie, d’expression.

 

 

Industrie 4.0, ZLECAF… La nécessité de marques fortes

Signature de convention à la Cérémonie d'Ouverture des journées des marques ivoiriennes innovantes

Palais de la Culture. Treichville – Abidjan -Côte d’Ivoire. Crédit image : Facebook.

C’est pour ces raisons que les marchés émergents et les zones de croissance soutenue, comme l’Afrique subsaharienne, sont devenus de vrais terrains de chasse pour les marques. De plus, alors que le monde est dans sa 4ème révolution, l’industrie 4.0, le champs des possibles ne cesse de croître. Et la ZLECAF – Zone de Libre-Echange Continentale Africaine offre, d’ores et déjà, de grande perspectives. Cependant, la Côte d’Ivoire et l’Afrique ne pourront en retirer un bénéfice durable qu’avec l’industrialisation et la protection des actifs matériels et immatériels.

Crédit image : OnuItalia

Il faut savoir que les statistiques de l’OMPI – Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle révèlent une corrélation entre les dépôts de titres de propriété intellectuelle et le niveau de développement des pays. Pour preuve. Le Top 10 de pays, en termes de dépôt de brevets d’invention, est composé de pays émergents ou développés. Avec, en tête, la Chine (69.540 dépôts en 2021). Suivie des Etats-Unis (59.570 en 2021).

Valoriser la propriété intellectuelle

Crédit image : OAPI

Si les chiffres de la Côte d’Ivoire sont loin de ceux de ces méga industries du savoir, le pays, qui affiche l’une des croissances économiques les plus élevées en Afrique et au monde depuis 2012 ( en moyenne 7% avant la Covid), se classait, en 2020 112ème sur 129. Des données délivrées par le global Innovation Index de la dite année. Toutefois, il est dans le Top 3 des dépôts à l’OAPI – Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle. Et, depuis 2021, le 1er du Continent, en matière de dépôt de marques.

Or, les rares titres de propriété intellectuelle détenus par les acteurs de l’écosystème entrepreneurial Ivoirien sont très peu valorisés. Afin d’y remédier, l’OIPI s’est même engagée dans une vaste campagne de sensibilisation de l’ensemble des entrepreneurs, innovateurs, inventeurs sur l’utilisation stratégique des actifs de la propriété intellectuelle. 

Une jeunesse phygitale 

Il faut aussi indiqué que cela fait près de 10 ans que la Côte d’Ivoire, en raison de ses atouts et surtout de l’amélioration continue de l’environnement des affaires, attire, de nouveau, de plus en plus d’investisseurs. Et, subséquemment, des marques fortes. En parallèle, la terre d’éburnie s’est résolument engagée dans une politique de développement des champions nationaux. L’objectif ? Disposer de marques Ivoiriennes fortes. Des marques capables de conquérir le marché international. Une urgence plus que pressante dans un contexte de mise œuvre progressive de la ZLECAF. Dans la volonté de réforme structurelle de l’économie Ivoirienne, il convient, dès lors, de bâtir un tissu entrepreneurial Ivoirien solide, pourvoyeur de marques fortes susceptibles de conquérir d’importantes parts de marché.

Crédit image : Inventa

A cela, il faut ajouter que dans un monde tourné vers le phygital, l’intégration, notamment dans les usines, d’objets technologiques et numériques, optimise l’activité des entreprises. De surcroît, l’innovation dans le domaine du numérique constitue, pour les Etats et les entreprises, un objectif prioritaire. En effet, la panoplie d’innovations induit :

  • L’informatique avancée ou décisionnelle
  • Les objets connectés
  • La robotique avancée, etc.

En somme, l’industrie 4.0, en plus de renforcer la compétitivité des entreprises, constitue une réelle opportunité pour l’employabilité et l’entrepreneuriat. Et ce, Sur un continent où la jeunesse représente 77% de la population. En tout état de cause, la jeunesse Ivoirienne, à l’image de celle des pays émergents et développés, est une source intarissable d’ingéniosité et de créativité. Malheureusement, elle est mal, sous exploitée voire inexploitée. Effectivement, combien de projets innovants, portés par de nombreux jeunes  startupers Ivoiriens, en mesure d’apporter des solutions durables à des problématiques touchant tous les secteurs socioéconomiques clés, capotent par manque d’accompagnement financiers et/ou techniques ?

Crédit image : BeaBoss

En définitive, Les JM2I visent à sensibiliser les entrepreneurs Ivoiriens. Surtout sur les opportunités qu’offrent le système de la propriété intellectuelle en matière de développement des marques. Si elles s’attachent définitivement à la vision, elles formeront, au fil des éditions, de manière durable, les acteurs de l’écosystème entrepreneurial Ivoirien. Non seulement sur les moyens de protection. Mais également, sur les stratégies. Pour développer des marques. Afin de les rendre plus fortes. Dans un contexte d’ouverture des marchés. Pour inculquer cette culture de la marque, elles devront, dans un premier temps, s’atteler à l’inculquer aux :

  • Responsables d’entreprises de tous les domaines d’activités
  • Responsables de marques au sein des entreprises
  • Jeunes entrepreneurs
  • Startuppers
  • Etudiants

Cela devrait conduire, en deuxième lieu, à la consolidation d’un écosystème d’économie numérique. Grâce à la création des conditions nécessaires à relever les défis de l’innovation. Pour le développement du pays et la protection de l’environnement. Dans cette veine, le FJEN- Forum des Jeunes Entrepreneurs du Numérique organisé dans le cadre des JM2I rapporche l’initiative de la vision.

En conclusion, plus qu’un énième salon, Les Journées de la Marque Ivoirienne innovante apparaissent comme une initiative salvatrice. En organisant ce salon, l’OIPI imprègne le pays et le potentiel de sa jeunesse dynamique de la culture de la marque. Une culture indispensable, car, il faut le rappeler, le matériel est, avant toute chose, la réalisation de l’idée. Néanmoins, pour que l’immatériel prenne vie, il faut s’outiller de principes et de Bests practices.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Les Journées de la Marque officiellement lancées !

Les Sublimes du Tourisme, ce qu’il faut savoir !

Previous article

Les Sublimes acteurs du Tourisme Ivoirien récompensés

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Analyse