novembre 16, 2018

Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière

Edito – Strat’Marques N°5 : Gagnez les élections avec le Marketing politique

Visuel Startmarques 5

De la politique à l’entreprise

Avec le thème du marketing politique, l’on s’est éloigné quelque peu du milieu de l’entreprise. Mais la politique est bien au cœur de tout projet de société, qui intègre nécessairement les questions économiques avec des incidences bonnes ou fâcheuses sur la bonne marche de l’entreprise, donc de l’économie. On ne peut donc pas vraiment parler d’éloignement.

Aucun progrès, qu’il soit social, politique ou économique, n’est définitivement acquis et un leader politique dont la vision répond aux aspirations des populations peut manquer l’occasion de convaincre les électeurs de la pertinence de son projet de société.

Il peut pourtant faire profiter à ses concitoyens de ses idées s’il a recours au marketing politique qui lui permettra de communiquer sur sa vision, de se faire connaître du plus grand nombre d’électeurs et d’optimiser les votes en sa faveur.

Cela est valable également pour l’entreprise pour laquelle on parlerait d’optimisation de ces ventes.

De fait, inspirées du marketing commercial, toutes ces théories, méthodes, techniques et pratiques sociales du marketing politique, qui fait de l’homme politique un produit, peuvent être utilisées dans le cadre de l’entreprise.

Elles concernent donc également les chefs d’entreprise et l’entreprise elle-même. De nombreux patrons, à raison, se sont mis en avant pour vendre leurs entreprises – cas de Jean Kacou Diagou, président du conseil d’administration du Groupe NSIA dont l’image a servi pendant longtemps dans les productions publicitaires du groupe.

Couverture Strat'Marques Magazine 5_ Gagnez les élections avec le Marketing Politique

Le chef d’entreprise doit avoir un positionnement, une image qui vend son entreprise. C’est donc l’enjeu qui change – du produit politique au produit commercial –  la logique étant la même : influencer le comportement des électeurs dans un cas, celui du consommateur dans l’autre. L’entreprise est sans cesse en compétition, elle participe chaque jour à une élection à travers ses produits et services sur le marché, et elle a aussi besoin de soigner son image (corporate branding) pour attirer l’attention du consommateur, le rassurer et influencer son choix. L’image de l’entreprise, sa façon de faire, d’accueillir, etc. influencent positivement ou négativement le consommateur.

À ceux qui craignent les dérives qui mèneraient à une campagne clientéliste, il faut dire qu’avec l’évolution du numérique qui profite bien aux hommes politiques qui
peuvent par ce biais toucher plus de monde, les électeurs consommateurs (de plus en plus exigeants) utilisent, eux, le web pour se prémunir de telles pratiques. Ainsi, avec le fatcheking, la moindre erreur ou contradiction dans la parole du politique est traquée en temps réel sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Par ailleurs, le marketing politique permet de faire prendre conscience aux populations de leurs responsabilités et susciter chez celles qui étaient entièrement indifférentes à la politique le besoin de participer aux choix de leurs dirigeants. Il peut en outre pousser des leaders aux potentiels énormes, mais qui ne s’intéressaient pas jusque-là à la politique, à éprouver le besoin de se jeter dans l’arène pour favoriser l’éclosion d’un leadership nouveau en Afrique.

Nous vous disons tout dans le prochain Strat’Marques Magazine (Cliquez ici pour voir le sommaire: Stratmarques Magazine N°5), disponible en version numérique sur eKiosk Mobile et bientôt dans les librairies.

Emmanuel Akani

 

 

A lire aussi

COMMENTAIRES
BY KITAM D. / 08 29 44 97