Djidji Ayokwè / Crédit image : Podcast journal
MarqueStrat'Conso

Djidji Ayokwé, le retour du tambour parleur

0

Le célèbre tambour parleur, Djidji Ayokwe, réclamé depuis si longtemps par la Côte d’Ivoire sera de retour sur les bords de la lagune ébrié, en juin 2022. La concertation entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la chefferie traditionnelle Atchan a donné son verdict ! Djidji Ayokwé, le tambour parleur enlevé en 1916, par les colons français, et exposé présentement, au Musée du Quai Branly Jacques Chirac, sera restitué. Il sera accueilli triomphalement, dans une ambiance carnavalesque. Une information actée le mardi 18 janvier 2022, dans la salle de conférence du Musée des civilisations d’Abidjan-Plateau.

Harlette Badou N’guessan, la ministre de l’Industrie des arts et du spectacle de Côte d’Ivoire / Crédit image : Abidjan.net

Harlette Badou N’guessan, la ministre de l’Industrie des arts et du spectacle de Côte d’Ivoire, souhaite une mobilisation exceptionnelle du peuple Atchan et de toute le pays, pour un retour triomphal de ce bien culturel : « Il me plait de porter officiellement à votre attention, dans le sens guidé par la tradition, que notre pays se verra remettre 148 biens culturels, objets et pièces de musée, dont le Djidji Ayokwè, tambour parleur du peuple Atchan, réclamé de longue date », a-t-elle rapporté. Faisant l’historique de cet outil majeur de communication du peuple Atchan, elle a situé que le Djidji Ayokwé a été confisqué en 1916. Et, pour la restitution de ce bien culturel, qui donne ainsi l’opportunité à la Côte d’Ivoire de se réapproprier un pan de son histoire, Harlette Badou a dévoilé sa vision : Faire de la culture, un maillon essentiel du développement ! C’est en cela que la restitution et le retour du Djidji Ayokwè seront inclusifs et associeront toutes les filles et fils Atchan et toutes les communautés Ivoiriennes. « L’Etat de Côte d’Ivoire entend faire du retour du Djidji Ayokwè, une fête culturelle très populaire, symbole de notre unité nationale consolidée, signe visible de la Côte d’Ivoire solidaire et exemple édifiant de la rencontre de peuples et du brassage humain », a expliqué la ministre.

Crédit image : ministère de l’Industrie des arts et du spectacle de Côte d’Ivoire

Bien avant elle, Sylvie Mémel Kassi, directrice du Musée des civilisations, a donné les détails techniques de la restitution et les modalités de la conservation du Djidji Ayokwè.

Crédit image : voie de femme

Quant à Mandou  Mobio Jean-Baptiste, porte-parole des chefs des 17 villages du peuple Atchan, il a invoqué, via une cérémonie de libation, Dieu, afin qu’il protège la Côte d’Ivoire et tous les habitants de ce pays. Convoquant tous les esprits des mânes, le chef Jean-Baptiste Mobio a dit, publiquement, l’adhésion de la chefferie traditionnelle Atchan, pour la restitution de Djidji Ayokwé. Ce qui a provoqué des battements de tambours et une salve d’acclamation dans  la salle.

Djidji Ayokwe / Crédit image : Fraternité Matin

Pour rappel, c’est en novembre 2017 que Emmanuel Macron, président de la République Française, a annoncé la restitution de biens culturels à plusieurs pays Africains, dont la Côte d’Ivoire. En décembre 2018, le gouvernement Ivoirien annonçait la restitution de 148 biens culturels, objets et pièces de musée. Parmi ceux-ci, le choix s’est porté sur le Djidji Ayokwe, dont la restitution faisait, déjà, l’objet de revendication en 1948. Ce tambour au son facilement perceptible à 20 km, servait de moyen de communication et d’information au peuple Atchan, avant son rapt en 1916. Il passera 15 ans à Bingerville, chez le Gouverneur de la colonie, avant de se retrouver en France, en 1930. Naturellement, ayant connu quelques désagrégations, du fait de ses différents transferts, il mérite d’être restauré et restitué. Cette mobilisation, autour du Djidji Ayokwè, fait partie intégrante du retour du tambour parleur sur ses terres.

Tam-Tam / Crédit image : Aip

La restitution de 148 œuvres est un événement historique, dans l’histoire de la jeune nation qu’est la Côte d’Ivoire. Leur valeur marchande, inconnue pour l’instant, appuie le positionnement de la marque Côte d’Ivoire. En 2021, la terre des éléphants a accueilli les festivités de la JMT (journée mondiale du tourisme). En 2023, elle sera l’hôte de la prestigieuse CAN (coupe d’Afrique des nations). Cette restitution, au-delà de son aspect affectif, notamment pour le peuple Atchan, renforce le patrimoine social, économique et culturel du pays. Le retour, en terre d’origine, de ces œuvres, contribuera à l’attractivité des musées Ivoiriens et de la destination Côte d’ivoire, conformément à la stratégie Sublime Côte d’Ivoire, lancée par le ministère du Tourisme et des loisirs, en septembre 2021. 

Rodrigue Cofye

Rédacteur

à lire aussi sur Strat’Marques :

La destination Sublime Côte d’Ivoire s’affirme de plus en plus

Hausse des prix chez Solibra, gueule de bois pour le consommateur

Previous article

La dette publique Ivoirienne continue de grimper

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Marque