petits futés Délicia vs Blédina
Marque

Delicia vs Bledina : doit-on ignorer la ‘’guerre froide des futés’’

0

petits futés Délicia vs Blédina

Sans avoir forcément recours aux canons, les USA et l’URSS se sont livrés une bataille sans précédent de 1947 à 1991 ; année qui a enregistré la chute du mur de Berlin et par ricochet la fin de la guerre froide.  À la limite du comparable, en confrontant l’une des campagnes publicitaires de Délicia et celle de  Blédina, plus récente, il ne serait pas hasardeux d’orienter la réflexion vers l’existence d’une  forme de ‘’guerre idéologique’’ entre ces deux (2) marques.      

« Les p’tits futés prennent Délicia chaque matin. » Cette accroche a fait le tour des supports publicitaires en 2014. Environ 18,4 millions de FCFA (140 voix) d’investissements publicitaires consentis  par ce label selon PIGEPRO.

Une étude réalisée par nos équipes en aout 2014 (Voir notre eMag N°01)  sur certaines campagnes publicitaires en affichage, faisait mention d’un bon accueil de cette pub de la part du public. Aussi bien l’accroche que le visuel en lui-même de Delicia, ont été des éléments de satisfaction récurrents recueillis auprès des personnes sondées.

Lire aussi: Édition : Une de JEUNE AFRIQUE – visuel PIGEPRO, n’y a-t-il pas coïncidence ?

La marque de l’industriel SANIAcie et Blue Band, appartenant au rival UNILEVER, étaient ainsi  à  fond dans la course aux paniers.  Sprint qui continue de héler la force de créativité de ces deux concurrents.

Quoique n’étant pas sur la même piste d’athlétisme, Blédina a sorti des crampons qui laissent croire à un challenging de Délicia. Et des explications existent évidement pour étayer cette hypothèse.

petits futés Délicia vs Blédina

En  reprenant la locution ‘’Petits futés’’ dans sa campagne «  Blédina Les céréales des petits futés », la marque du céréalier DANONE, est sûre de ne pas faire un saut dans l’inconnue. Une certaine école parlerait peut-être d’intelligence économique, d’autres évoqueront la notion d’espionnage ou alors de veille concurrentielle. D’aucuns dirons carrément qu’il s’agit de plagiat.  Mais toujours est-il que ce choix est loin de découler du néant.

Lire aussi: Bataille des tasses (Thés Lipton vs Olinda) : attention ça tourne au vert !

Certainement, nous n’en avons pas la certitude, d’autres études ont confirmé le ‘’succès’’ rencontré par cette campagne de Délicia. Tout succès inspirant en marketing, dans l’antichambre,  les vigies en font donc  sujet de réflexion.  Et il y a  une forte probabilité que l’opération  de Blédina lancée en début octobre (2015) ait un lien avec « les p’tits futés » du margarinier  SANIAcie.

Et ensuite, les deux(2) sont issues du même secteur d’activité. Délicia et Blédina opèrent dans l’agroalimentaire.  L’on a encore bonne souvenance que le premier cité avait ciblé les enfants lors de sa campagne.  Bis repetita placent ! Chez Blédina  aussi, on ne parle d’ailleurs que d’enfant. Même s’il s’agit des plus petits.

L’interprétation qu’on pourrait  en faire en raisonnant par l’absurde est simple : ‘’Délicia d’accord mais  Blédina d’abord ; à bas âge’’. En d’autres termes, «  les petits futés » ça se construit  dès la base.  En sommes, le fait d’avoir des cibles sensiblement différentes  n’empêche point  la concurrence.

Lire aussi: Poulets : COQIVOIRE hausse le ton, FOANI met les pattes dans les plats

Scenario similaire lors de la guerre froide. Tandis  que dans leur visée expansionniste, les Américains prônaient  le modèle impérialiste, les Soviétiques souhaitaient quant à eux vêtir la  politique mondiale d’apparats communistes.

Deux idéologies distinctes, des cibles différentes  certes mais un objectif commun : l’hégémonie politico-économique.  Pour  Délicia et Blédina , l’objectif partagé est connu : la rentabilité financière. La guerre froide n’est-elle pas manifeste ?   A votre sagacité !

Marius Aka Fils

La revue de presse Jeudi 29 Octobre 2015

Article précédent

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Marque