Crédit image : Out the Box
entrepreneuriatStrat'Eco

Créativité et innovation en 3 étapes

0



Lorsqu’un problème survient, il est automatiquement perçu comme un obstacle, un mur infranchissable. Pourtant, tout est une question de point de vue. Pour les entrepreneurs avertis, ou du moins prêt à relever les défis :« Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions « . Recadrer un problème, c’est le transformer en opportunité. Tina Seelig donne, depuis 16 ans, des cours sur la créativité et l’innovation, à la Stanford University School of Engineering. Elle propose trois techniques pour trouver des solutions innovantes.



Repenser la question

Crédit image : Model Thinkers

Il s’agit de la remise en question. Est-ce la bonne interrogation ? Est-ce la bonne façon d’appréhender la situation ? Avant un brainstorming, il est intéressant d’aller au-delà du premier questionnement, celui de façade, celui qui vient immédiatement à l’esprit. Seelig suggère le frame-storming, un brainstorming autour de la problématique posé dans le cadre de la recherche de solutions. Par exemple, si la demande est : « Comment organiser tel projet ?« , il est à supposer qu’il s’agit d’un projet aux caractéristiques propres. Remplacer la question par « Comment rendre ce projet mémorable, inoubliable, le faire entrer dans les annales ? » ou « Comment rendre le projet spécial, innovant, impactant?«  et différents ensembles de solutions apparaîtront clairement. Recentrer la question change l’objectif : Mémorable ne signifie pas spécial. Mémorable peut impliquer une originalité, par exemple. Une fois les questions reformulées, il est possible de sélectionner les meilleures ou de toutes les aborder. Chaque nouvelle question ouvre la voie vers de nouvelles idées.



Réfléchir à de mauvaises idées

Crédit image : Les cahiers de l’innovation

Cela peut paraitre paradoxale, alambiqué, ambigu, mais cette façon de procéder n’est pas dénué de sens. Un individu ou un groupe en charge de la créativité est, souvent, sous pression pour proposer de bonnes idées. Seelig incite les équipes à penser à de mauvaises idées : « Des idées stupides ou ridicules ouvrent le cadre et permettent de dépasser les solutions évidentes. Il n’y a aucune pression pour trouver de « bonnes » idées. Ensuite, ces terribles idées peuvent être réévaluées, transformées en quelque chose d’unique et de brillant. » Une fois listées ces mauvaises idées, il est temps de réfléchir aux moyens de les transformer en bonnes idées.



Décompresser les hypothèses 

Crédit image : HRImag

Remettre en question ses limites ou les règles édictées est une autre façon de recadrer un problème. Quelles sont toutes les hypothèses de l’industrie ? Faire une liste et retourner ces suppositions en pensant à ce qui se passerait dans le cas contraire. Seelig estime l’exercice difficile, car beaucoup d’hypothèses sont profondément enracinées : « Le Cirque du Soleil a remis en question les hypothèses sur ce qu’est un cirque. Au lieu de divertissements bon marché pour les enfants, ils en ont fait un événement haut de gamme pour adultes qui rivalise avec le théâtre ou l’opéra ».

Crédit image : VISEO

Repenser une question, réfléchir à de mauvaises idées et décompresser les hypothèses, face à un problème. Ces trois étapes permettent de sortir des sentiers battus et de trouver des réponses innovantes. 

Christian Abel Fleurisson

Consultant en stratégie, transformation et développement local/ Managing Director de CONSULTING CAF UG (Berlin)

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Reportage : Weekend de l’alimentation saine



Reportage : Weekend de l’alimentation saine

Previous article

Compte rendu : Des épices et des condiments

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply