Dossier

Couverture de la Ligue ivoirienne par CANAL+ : dans les coulisses d’un partenariat

0

canal+ en ligue 1 ivoirienne

CANAL+ OVERSEAS diffusera à partir du 15 novembre prochain 104 matchs de la Ligue 1 ivoirienne. Droits de retransmission télévisuelle décrochés grâce à un partenariat avec la Fédération Ivoirienne de Football (FIF). Belle opération pour le diffuseur français et soulagement pour le football local ivoirien, ont peut le dire d’entrée. Quelles sont les implications de cette collaboration ? Quelles pourraient être ses retombées marketing ? Que pourrait rechercher le partenaire-média derrière « le soutien… » ? Stratmarques a ‘’sillonné  les coulisses’’.

Ce que gagne le football ivoirien

siege-fif

Ce partenariat a normalement vocation d’accélérateur de croissance. D’abord parce qu’à en croire la promesse du patron de CANAL+ OVERSEAS, Jacques du Puy, tout en offrant au championnat une visibilité exceptionnelle dans les 23 pays africains dans lesquels sa marque est implantée, le Groupe français compte également apporter son soutien au développement de la production audiovisuelle des matchs.

C’est dire, si nous comprenons bien, que tout un appareillage sera déployé aux abords des terrains de foot accueillant les différentes explications. Une bonne nouvelle en ce sens que « le manque de qualité de jeu » reproché parfois à nos joueurs locaux, n’est pas forcément vérifié. L’insuffisance de moyens techniques de retransmission peut contribuer à cette « carence en spectacle ».

ligue-des-champions-caf

Dire qu’on a parfois l’impression que c’est une seule camera qui assure la captation d’image lors des matchs de la Ligue ivoirienne, ne serait nécessairement injurieux. Pour preuve, les téléspectateurs suivent avec joie les matchs de la Ligue des Champions africaines. Surtout lorsque les clubs ivoiriens se déplacent en Afrique du nord ou même au pays de Mandela. Pourtant c’est avec le même effectif que soit l’Asec d’Abidjan, l’Africa sport, Bouna, soit le Sewé de San-Pedro disputent les confrontations. La différence est que tout simplement les téléspectateurs ont l’impression de voir un autre écran à part le leur, une autre équipe… Ils retrouvent des productions semblables à celles de l’Occident.

L’autre retombée de l’alliance FIF-CANAL+ est d’ordre financier. Dès l’instant que les matchs de la Ligue 1 de Côte d’Ivoire seront diffusés dans 23 pays africains, et surtout le fait que le diffuseur ait plus de 2 millions d’abonnés sur le continent, est très vendeur en langage Marketing. Il s’agit d’une véritable aubaine pour les Annonceurs qui hésiteront moins désormais à s’afficher dans les stades et sur les maillots. Puisque leurs annonces bénéficieront dorénavant d’une plus large audience.

Partenariat Nissan-Manchester City

Par exemple, les pétroliers OILYBIA et SHELL déjà présents sur et autour du rectangle vert, pourront se frotter les mains. Implicitement la marque corse sa notoriété en Afrique et renforce son capital sympathie. Sous d’autres cieux, le fait que vous soyez sponsor d’un club, happe directement des clients pour votre marque. Par exemple, un vrai fan de Manchester United se verrait mal choisir une BMW au détriment d’une CHEVROLET qui en est le sponsor. Bien entendu, on ne fait pas mention ici de supporters de salon mais plutôt de supporters au sens propre du terme ; les inconditionnels. Occasion d’inviter donc d’autres annonceurs à prendre leur place dès à présent, l’espace étant vaste (14 Clubs).

A lire: Celebrity Marketing : Yaya TOURE, ce que gagnent ORANGE et NISSAN

En gros, les caisses de la FIF et des Clubs de la Ligue 1 devraient connaître une embellie. Certainement CANAL+ est prévue dans la clé de répartition; n’étant philanthrope. Car il faut savoir que des sommes colossales circulent. Pour la saison 2013-2014, le Club anglais Arsenal FC a reçu 37,5 millions d’Euros (environ 25 milliard F cfa Ndlr)  de la compagnie aérienne EMIRATES en termes de valeur du sponsoring de ladite formation sportive. Et sachez également que tout se vend en sport : maillot, paire de bas, dos du maillot, dos du short, flan du maillot… A ces supports publicitaires s’ajoutent les panneautiques: c’est panneaux défilant autour des stades.

ricardo-xama

En outre, en décidant d’apporter un appui éditorial au championnat, CANAL+ entend rehausser la saveur des matchs. Car il est clair que les documents, les magazines et autres focus, participeront à aiguiser l’appétit des fans du ballon rond. On entend souvent : «  Quand tu écoute les commentaires de Ricardo Xama, tu reste scotché au match. » Partant, si les talentueux commentateurs des chaînes sportives de CANAL s’y mettent, nous pensons au passage à Philippe Doucet le plus africain des journalistes sportifs français, c’est sûr que les téléspectateurs retrouveront avec sourire d’autres ‘’Ricardo Xama’’ et l’engouement sera aussi au rendez-vous.

En sus, au-delà des retombées financières directes, nos athlètes locaux seront plus galvanisés d’autant qu’ils sentiront leur rêve se rapprocher davantage. Les Recruteurs et autres Agents de joueurs pourront détecter plus facilement les meilleurs et les portes du « froid » (l’occident, Ndlr) s’ouvriront ainsi plus grandement à eux.

Comprendre l’offensive CANAL+

Canal+ Plus de foot

L’anticipation, la prise des devants est toujours profitable en Marketing. Aujourd’hui pour acheter un détergent en poudre, neuf (9) Ivoiriens sur dix (10), surtout en zones rurales, diront au boutiquier je veux ‘’Omo’’. Pourtant le produit d’UNILEVER a plein de concurrents sur la place. Le salut d’Omo : pionnier du secteur.

Mais par delà cette réalité, l’offensive du géant français est plutôt une attaque défense. Les ‘’menaces’’ BEIN SPORTS et certainement les possibles ‘’assauts’’ de ces trois (3) rivaux sur le marché ivoirien pourraient expliquer cette action.

bein-sport

Il faut dire que détenteur des droits TV en France pour les éditions 2013 et 2015, CANAL+ s’est vue « piétiner » par le Qatari BEIN SPORT pour la CAN 2017. Des téléspectateurs français ont pu suivre en effet la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2017 sur BEIN Sports. Une première. Et ce n’est pas tout.

facebook sports stadium

L’Américain FACEBOOK guette activement cet angle-là. Le Réseau social a lancé Facebook sport Stadium, un nouveau moyen de suivre un évènement sportif. Fort de « 650 millions de fans de sports, Facebook est le plus grand stade du monde ». L’argument commercial du leader des Réseaux Sociaux vaut son pesant d’or. En lançant Facebook Stadium en janvier dernier, l’ambition affichée par le géant américain est de devenir le second écran incontesté pour le moindre évènement sportif, histoire d’« égratigner » quelque peu son rival TWITTER qui est le champion à ce niveau.

A lire: Distribution de chaînes Tv en Côte d’Ivoire : décryptage d’une bataille en ‘’parabole’’

Ceci dit, en affaires on ne fait pas la passe à son adversaire; pour paraphraser les politiques ivoiriens. Et nul mieux que CANAL+ qui a des racines bien fixées en terre d’Eburnie, n’appréhende cette maxime. En devançant ces ‘’adversaires’’, l’entreprise s’attire à la fois sympathie et capitaux.

Par ailleurs, d’autres créneaux non moins rentables existent. Par exemple le Major League Soccer (MLS) où évoluent des stars telles que Steven Gerrard, David Villa, Andrea Pirlo, Frank Lampard et Kaka , sont des championnats à couvrir. AKWABA TELE SA, TV-COM COTE D’IVOIRE.SA ou alors STAR TIMES peuvent creuser dans ce sens là. Car retransmettre des matchs de Didier Drogba, captent des téléspectateurs aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Afrique jusqu’à présent. Et cet engouement n’est pas près de s’effriter.

Le possible revers d’un partenariat

asec_africa-b

On le sait tous, l’arrivée des chaînes cryptées sous les tropiques est quelque part un facteur du désamour entre les Africains et leur championnat local. Combien sont-ils à zapper un certain Real Vs Barça pour suivre un Asec Vs Africa encore moins Stella Vs Afad ? Et comme nous le disions plus haut, le décor affriolant qu’augurent les productions CANAL, les commentaires des matchs, les interviews, les coulisses… suffisent à immobiliser les consommateurs d’image du petit écran. A voir simplement les bandes annonces sur ce support, des disciplines sportives peu adulées sous nos cieux, recrutent des adeptes.

A lire: Star système : Eto’o Fils dans la télé

Mais il n’y a pas que ces ingrédients qui attirent. On peut ajouter l’ambiance dans les tribunes. Lorsqu’un stade est plein à craquer, il constitue un stimulant pour les joueurs. Or là où le bât blesse, le Champroux, le stade de Bouaké, même le grand « Félicia », désemplissent au fil des saisons pour les raisons que nous avons énumérées. Alors, quel sera le schéma si le peu de spectateurs a la possibilité de voir ses matchs pas sur RTI mais plutôt CANAL ? Plus loin, quels seront les conséquences si le 1er pays africain FIFA a un championnat ‘’délaissé ‘’, mal aimé ? Spécialistes du Foot, vous avez la parole !

L’argent n’aime pas le bruit… Mais fait du bruit

Business sportif

La FIF a eu son lot de « scandales » et l’argent n’aime pas le bruit dit-on. Ce qui pourrait expliquer le silence radio sur le montant du contrat. Quoique ne pas communiquer peut susciter “l’indésirable” bruit.

Combien de Francs CFA ce rapprochement a-t-il coûté ? Seuls les ‘’initiés’’ peuvent répondre pour l’instant. Mais pour vous donner une idée, les droits de retransmission télévisuelle de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN 2017) prévues jusque-là au Gabon, vont passer de 450 millions à 900 millions de francs CFA.

En clair, pour que les Africains puissent voir à l’écran de leur télévision nationale, leurs idoles évoluer sous le maillot national en Janvier prochain, chaque pays doit reverser environ 1 milliard de F CFA à LAGARDERE, désormais propriétaire des droits de télévision sur la CAN. L’Union Africaine des radiodiffuseurs (UAR) a par la voix de son Directeur Général, Grégoire Ndjaka, tiré la sonnette d’alarme. L’UAR s’est même vouée aux Chefs d’Etat africains. Impossible pour nous de donner la suite de ce bras de fer, à l’heure actuelle. Mais c’était juste pour vous donner une idée des niveaux d’échanges dans ce milieu. Quand bien même la Ligue ivoirienne et la Coupe d’Afrique des Nations sont deux compétitions de gabarit différent.

Marius Aka Fils

Rodrigue Kouabenan

MPoste : quand la poste de Côte d’Ivoire facilite la vie

Article précédent

Régie publicitaire recherche pour un poste basé à Abidjan : UN(E) COMMERCIAL (E)

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Dossier