Event

Conte : Bara fait d’Abidjan la capitale mondiale du récit

0

taxi

La compagnie ivoirienne NAFORO-BA d’Adama ADEPOJU alias ‘’Taxi-conteur’’ organise depuis le 9 décembre dernier la biennale des arts du récit d’Abidjan (Bara) à l’hôtel de la culture de Cocody. Une première édition qui ne manque pas de donner une image plus affriolante du métier de conteur professionnel.

Rencontres professionnelles, spectacles, expositions et concours international de contes dénommé ‘’contecours ‘’, voici les grandes articulations de la 1ère édition de Bara. Cette plate-forme de performance artistique chère au Directeur de la Compagnie NAFORO-BA, ‘’Taxi-conteur’’ a capté un beau monde. Douze (12) pays y sont représentés : Bénin, Burkina-Faso, Cap vert, Côte d’Ivoire, Guinée, Libéria, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Martinique et Congo.

L’une des motivations majeures de cette initiative trouve son fondement dans la volonté des organisateurs de briser des stéréotypes collés aux conteurs. «Quel est l’intérêt pour un jeune plein d’avenir de se lancer dans le métier de conteur, dans une société portée sur la recherche effrénée du bien matériel ? » Cette question aussi logique qu’embêtante a jalonné la vie entière d’Adama ADEPOJU. Lui qui alors enseignant du secondaire a préféré déposer la craie et le stylo rouge pour tenter cette « folle aventure ». Aujourd’hui, Taxi-conteur peut se targuer d’avoir trouvé la réponse à cette interrogation. Mieux, il a une thématique : « Les arts du récit, une économie innovante en Afrique. » Et par le truchement de communications, des érudits venus des quatre coins du monde soutiennent l’assertion selon laquelle les arts du récit en plus de nourrir leurs pratiquants, sont une véritable industrie. En lui accordant un financement dans le cadre du 10e Fonds européen de développement (FED),  l’Union Européenne (UE) vient renforcer la notoriété de NAFORO-BA.

Car  les flux d’idées ingénieuses ne tarissent guère de ce côté. D’autant qu’en promouvant l’industrie culturelle des arts de l’oralité, cette compagnie conduit également des projets transfrontaliers notamment ‘’H2O, Paroles d’eau’’. A ce niveau, un film documentaire a été réalisé pour sensibiliser les populations à la sauvegarde de l’eau. A cela se greffent l’enregistrement de clips vidéo et d’un album composé de chants et de contes. H2O se voit capitaliser par la suite par le Programme ‘’Conter le développement’’. Programme dont les entrailles servent de gîte à Bara. A y voir de près, cette structure artistique marche à pas mesurés. En se donnant pour nom « Naforo-ba » qui signifie la richesse en langue Malinké, Taxi-conteur et son équipe poursuivent cet idéal (la richesse). Mais pour y arriver, il faut bien travailler d’où « Bara » qui n’est autre que la désignation du mot travail également en Malinké. Notons que cette biennale qui referme ses portes ce samedi, fera connaitre les meilleurs parmi les conteurs, les slameurs et biens d’autres.  La Côte d’Ivoire est représentée par des artistes de renom dont Amoin Koffi plus connue sous le pseudonyme Amoin.  Nous y reviendrons.

Marius Aka Fils

50 tendances marketing américaines à adopter

Previous article

5 Signes qui devraient vous donner espoir après un entretien

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Event