Community Manager, un métier apparu avec le Web 2.0.
MétiersStrat'Emploi

Community Manager, un métier en vogue ?

0

CM, Community Manager, est un métier assez récent. En effet, il y a une vingtaine d’années, avec l’avènement du Web 2.0, l’usage de l’Internet s’est démocratisé. A la faveur de ce changement de mœurs, un nouveau type de media est apparu : Les réseaux sociaux. Ces innovations ont bouleversé les habitudes de consommation. Ainsi, pour répondre aux attentes des consommateurs, en ligne, il fallait, désormais, des personnes outillées pour gérer leurs préoccupations : Les Community Managers. Communément appelés animateurs de communauté, en français, il faut avouer qu’ils  jouent, aujourd’hui, un rôle de médiateur entre les marques et les consommateurs. De ce fait, ils occupent un poste central dans toutes stratégies de communication d’influence. Puisqu’ils développent et gèrent l’image d’une organisation, d’une entreprise, d’une association, sur les réseaux sociaux. Dans ce dossier, Strat’Marques dévoile le rôle, les formations, les compétences et les perspectives de ce métier tant en vogue.

Community Manager, un métier chronophage

Crédit image : accélérateur africain.

Tout d’abord, il faut savoir que le métier de Community Manager n’est pas de tout repos. Non seulement, il faut être multitâche pour remplir les exigences du poste. Mais il ne faut, également, pas compter les heures ! En conséquence, les CM sont, bien souvent, des personnes passionnées par leur travail.

Crédit image : Unow.

Et pour cause au sein des équipes d’une entreprise, le Community Manager administre la visibilité et la réputation de celle-ci, sur les réseaux sociaux, entre autres. Bref, sa notoriété. Son objectif principal est, donc, d’accroître la popularité d’une marque sur les réseaux sociaux. Afin d’acquérir de nouveaux consommateurs et de les fidéliser. Bien évidemment, sur la base existante de clients, via le levier communautaire. En somme, le CM est, en quelque sorte, le porte-voix des marques, sur Internet.

Un métier relativement nouveau

 

Crédit image : Strat’Marques.

Si le métier de Community Manager a éclos à la fin des années 2000, c’est parce que les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, YouTube, LinkedIn, SnapChat ou encore TikTok ont profondément changé les habitudes de consommation. En effet, ces plateformes d’échanges ont radicalement révolutionné le mode d’interaction, traditionnellement utilisé, entre les organisations, petites, moyennes ou grandes, et leurs communautés. De plus, en terme de marketing d’influence, ils sont, désormais, un canal médiatique obligatoire, pour les marques. Car elles peuvent s’y exprimer avec leurs clients, récolter les REX (retours d’expérience) et en obtenir de nouveaux.

 

Crédit image : AfrikMag.

Concernant, le quotidien du CM, il ne se limite pas à la création de contenus. Métier multitâche, le Community Manager assure la veille sociale, la gestion de communautés, la mise en place de stratégies Social Media… De surcroît, il faut savoir que l’animateur de communauté est partie intégrante de l’équipe Marketing. Etant donné qu’il rebondit sur l’actualité et gère les situations de crise, communément appelées, dans la profession, bad buzz.

Rôle et missions d’un Community Manager

Crédit image : BDM.

Premièrement, il doit créer une communauté, interagir avec elle, dans l’optique d’établir, avec cette dernière, une relation durable et privilégiée. En conséquence, il doit identifier puis fédérer un groupe d’internautes, autour de sujets communs proches de l’activité de l’entreprise ou organisation pour laquelle il travaille. Ensuite, il doit pérenniser et accroître l’activité des échanges. Pour ce faire, il doit, sans cesse, innover, créer des contenus intéressants sa communauté. Pour cela, il peut, par exemple :

  • Organiser des opérations spéciales (concours, challenges…) et des événements.
  • Participer à la rédaction de contenus viraux, à la production de contenus photos et vidéos.
  • Créer des groupes de discussions ou des hubs sur des sujets innovants ou tendance, etc.

Cependant, son rôle ne s’arrête pas là ! Le Community Manager veille, également, a boosté les sites, blogs, réseaux sociaux, forums et autres plateformes et médias externes… qui parlent de son entreprise. Aux fins de participer au dialogue, mais aussi le modérer. D’ailleurs, il doit faire appliquer les règles de bonne conduite dans sa communauté. C’est pour cette raison que des outils ont été créés pour la veille de l’e-reputation. Ainsi donc, dans la pratique, le gestionnaire de communauté use, pour établir le dialogue et résoudre rapidement les problèmes à moindre coût, notamment :

  • Des alertes proposées par les moteurs de recherche.
  • De la veille sur les différentes plateformes afin de proposer des contenus adaptés et créatifs.

Mesurer la notoriété d’une marque

Crédit Image : Digit-inside.

Le Community Manager analyse les indicateurs de satisfaction et d’insatisfaction des internautes. De la même manière, il relaie les contributions, avis, remarques et suggestions des membres de la communauté, auprès de sa direction. Par conséquent, des outils de mesure d’audience et/ou de statistiques lui sont indispensable pour effectuer le suivi et évaluer la notoriété d’une marque sur les différents supports de discussion. Il travaille également sur l’optimisation SEO/SEA (optimisation pour les moteurs de recherche) de ses contenus, pour augmenter leur visibilité auprès de son audience. Autrement dit, il assure le référencement, naturel et payant, de ceux-ci.

Community Manager, un porte-voix en ligne !

Le Community Manager est le porte voix en ligne des marques.

Crédit image : La langue française.

Mis à part son intérêt pour la communauté, le Community Manager traduit la marque, la politique de l’entreprise, en actions web visibles. Par ailleurs, le CM assure une veille technologique et concurrentielle. Une tâche indispensable pour être toujours à la pointe des nouvelles technologies. De façon à, tout autant, innover, se démarquer de ses concurrents, améliorer sa créativité (création d’images, infographies, vidéo, podcasts…) et honorer son cahier de charge.

Compétences et Qualités d’un Community Manager

Le Community Manager doit être multitâche.

Crédit image : Facebook.

Comme mentionner plus en amont, dans ce dossier, le Community Manager doit être multitâches. Autrement dit, il doit être capable de gérer plusieurs actions, plus ou moins connexes. Il doit être doté et/ou développer certaines compétences et qualités telles que :

  • Des compétences techniques, stratégiques, rédactionnelles.
  • Une bonne connaissance du Web.
  • La connaissance des outils de mesure d’audience et/ou de statistiques.
  • Des capacités d’analyse et de synthèse.
  • Un sens de la créativité.
  • De la réactivité et de la disponibilité.
  • Un sens de la relation client.

Etudes et formations

Crédit image : RunGraphik.

A l’instar de tout métier, devenir Community Manager ne s’improvise pas. Ainsi, même s’il faut des qualités intrinsèques telles que la résistance au stress, la capacité à livrer un résultat en peu de temps… il est fortement conseillé de suivre une formation de l’enseignement supérieur, de niveau Bac+3 minimum, pour accéder au titre de CM. Aujourd’hui, grâce à l’engouement autour de ce nouveau métier, il existe des formations spécifiques en la matière. Notamment des cycles Bachelor ou Licence, accessibles post-bac, Bac+1 et Bac+2. Des formations sanctionnées de diplômes du type Bachelor Influence, communication et réseaux sociaux.

Le Community Manager veille à l'engagement de ses communautés sur les différents réseaux sociaux.

Crédit image : Sabma Digital.

Ce cursus professionnel enseigne, aux apprenants, la valorisation de la marque par une communication digitale forte. Ou encore l’intégration de personnalités et d’influenceurs dans le plan de communication des marques. Toutefois, il est à noter que ce genre d’enseignement supérieur à un coût. En moyenne 1 million de FCFA de frais de scolarité l’année, en Côte d’Ivoire. Néanmoins, il existe des formations en Community Management, de une à deux semaines, dont le prix varie entre 150 mille FCFA et 200 mille FCFA la session de formation. Certes, elles abordent des points particuliers du Community Management. Malgré tout, elles ont l’avantage de permettre d’augmenter sa proposition de valeur, grâce au cumul de certificats. Et, ainsi, de pouvoir raisonnablement se vendre sur le marché de l’emploi.

Débouchés, évolution et salaires d’un Community Manager ?

Le Community Manager, le pont entre les marques et les consommateurs.

Crédit image : Emploi.org.

Clairement, le Community Management est l’un des métiers né de l’expansion du Web 2.0. S’il s’est largement développé avec l’essor des réseaux sociaux, son rôle est devenu majeur. Pourquoi ? Parce que le Community Manager crée et gère l’identité numérique d’une entreprise et assure sa visibilité. Auprès de ses consommateurs, internautes et fans, rassemblés en une communauté virtuelle. En général, le Community Manager peut exercer au sein :

  • D’une entreprise dont il gère une partie de l’image
  • Pour une agence (digitale ou spécialisée dans la communication d’influence et relations presse, par exemple).
  • Une institution publique.
  • Avec des influenceurs d’univers très variés.
  • Ou  en freelance, à son compte, à condition qu’il ait acquis un peu d’expérience.

Quant aux opportunités, elles sont nombreuses. Puisque le recours aux communautés avant l’acte d’achat fait, de nos jours, office de gage de qualité. Au niveau des possibilités d’évolution, le Community Manager peut évoluer vers un poste de social media manager et gérer la stratégie sur l’ensemble des réseaux sociaux. En outre, ce métier offre des ponts vers d’autres métiers de la communication et du digital. A savoir :

  • Chef de projet digital.
  • Responsable communication web.
  • Responsable éditorial web…

 

En Côte d’Ivoire, un Community Manager junior perçoit, en moyenne, 150 mille FCFA par mois. Ce salaire mensuel peut monter  à 600 mille FCFA, selon le profil, l’expérience et la maitrise des outils de Community Management. Et voire plus si le CM est le garant de la stratégie digital. Enfin , pour ceux qui ont développé un portefeuille client assez intéressant, ils peuvent le valoriser et en tirer des revenus extra.

KOFFI-KOUAKOU Laussin

Rédacteur en chef

à lire aussi sur Strat’Marques :

Quelle différence entre le Community Manager et le social media manager ?

TikTok, prochain N°1 du marketing d’influence ?

Previous article

Publicité en Côte d’Ivoire : Une nette progression de +17% en juillet 2022

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Métiers