commerce de adétail les échoppes plus prisées que les supermarchés
Les échoppes ou boutiques de quartiers domineront le commerce de détail jusqu'en 2030. crédit image : senenews
économieStrat'Eco

Commerce de détail : Quand les “petites boutiques” dominent les supermarchés !

0

En Afrique, le commerce de détail reste fortement dominer par les petites boutiques. Selon Boston Consulting Group (BCG), un cabinet de conseil, la situation devrait demeurer ainsi jusqu’en 2030.

Jusqu’à 75% de parts de marché !

Les petits commerces détiennent 75% des ventes (…) Crédit image : AIP.

Riz, huile, conserves, cosmétiques… Les Africains effectuent la plus part de leurs achats dans les boutiques de quartier, qu’ils appellent aussi, communément, petites boutiques. Selon une étude de BCG, Boston Consulting Group, reprise par Agenceecofin, 70 % des habitants du continent préfèrent ces échoppes aux supermarchés. L’étude démontre qu’en dépit d’une vaste offensive d’implantation et de développement, ces dernières années, les supermarchés et autres grandes enseignes de distribution peinent à s’imposer sur le marché. Elle précise, en outre, que les petits commerçants capteront entre 65% et 75% des ventes. Et ce, jusqu’en 2030.

Proximité et vente à crédit, les clés du succès ?

(…) devant les supermarchés et autres grandes enseignes. Crédit image: Linéaires.com.

Il faut savoir que ces données ont été recueillies auprès de 4500 commerçants indépendants sur cinq des plus importants marchés d’Afrique :

  • Au Maroc.
  • En Egypte.
  • Au Nigeria
  • En Afrique du Sud
  • Au Kenya.

La capacité de résilience de ces boutiques réside dans la proximité, la flexibilité et la vente à crédit, révèle l’étude intitulée The Future of traditional retail in Africa ( L’avenir du commerce de détail traditionnel en Afrique ). « Les petits magasins offrent la proximité, la flexibilité et les heures d’ouverture pratiques nécessaires pour servir leurs communautés. Ils permettent aussi, souvent aux clients aux revenus limités, d’acheter de petites quantités à crédit », soutient BCG. L’étude révèle, entre autres, la propension des échoppes à intégrer les paiements mobiles et le numérique dans leurs stratégies de vente. Une approche encore loin de ce qui se fait sur la majeure partie du continent.

Entre Euphorie et Réalisme !

 

Plus de 70% des commerçants interrogés ont un niveau secondaire ou universitaire. Crédit image : Templates.

Si l’étude a le mérite de fournir des données pertinentes sur le commerce de détail en Afrique, certaines insuffisances sont à relever. Seulement 5 pays ont été concernés sur la cinquantaine que compte le continent. Des 5, quatre sont anglophones. Et, qui plus est, le seul francophone à y figurer se situe dans la zone nord. Une région réputée plus dynamique que la partie subsaharienne.

Des fruits rangés dans un commerce. image utilisée à titre d’illustration. Crédit image : Wiki-compta.com

Enfin, dans les pays étudiés, la majorité des petits détaillants acceptaient le paiement mobile et étaient bancarisés. Plus de 70% d’entre eux avaient un niveau secondaire ou universitaire. En Afrique de l’Ouest et Centrale, la réalité est toute autre. L’utilisation de la monnaie physique reste encore très répandue. La plupart des petits commerçants, dans ces pays, sont soit illettrés, soit ont un niveau primaire. La bancarisation apparaît encore, pour beaucoup, comme un luxe, à quelques exceptions près. Autant de facteurs qui invitent à relativiser les conclusions de l’étude.

Hartman N’CHO

Rédacteur

A lire aussi sur Strat’Marques :

E-Commerce : Quel sort pour l‘après crise ?

 

La KfW compte financer le fonds Partech Africa II à hauteur de 29,5 milliards de FCFA

Previous article

Kaspersky : Les menaces cachées du web !

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in économie