Marque

Chiffre d’affaires : Emirates survole hautement l’aérien !

0

United-Arab-Emirates-Airline

La compagnie, contrôlée par le gouvernement de l’émirat de Dubaï, l’un des sept de la fédération des Emirats arabes unis, est le plus gros opérateur d’avions géants Airbus *

A380 et de Boeing 777.

La compagnie aérienne de Dubaï a vu son bénéfice opérationnel croître de près de 40% sur l’exercice 2014-2015, clos fin mars. Sur cette période Emirates a transporté près de 50 millions de passagers L’Europe a représenté plus du quart des revenus.

Emirates a nettement profité en 2014 de la baisse du prix du carburant. La compagnie aérienne de Dubaï, la première du Moyen-Orient, a annoncé jeudi 5 mai avoir réalisé un bénéfice opérationnel en hausse de 38,3%, à 1,42 milliard d’euros alors que son chiffre d’affaires a connu une croissance plus modérée de 7,5%, à  21,41 milliards d’euros, portée par une hausse de trafic de 10,7%, à 49,3 millions de personnes. Le taux de remplissage s’est élevé à 79,6%. Plus du quart du chiffre d’affaires a été réalisé en Europe.

La baisse du prix du pétrole qui a perdu plus de la moitié de sa valeur entre juin et décembre avant de légèrement remonter en ce début d’année (à 60 dollars le baril contre plus de 100 dollars en juin 2014)- a permis à Emirates de diminuer de 6,5% ses frais de carburant. À 6,93 milliards d’euros, ils représentent plus du tiers (34,6%) des coûts opérationnels totaux, qui se sont établis à 20,03 milliards d’euros, en hausse de 5,8% sur un an. Devant la presse, le président de la compagnie, Cheikh Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum, a qualifié la baisse des prix pétroliers, de « soulagement ».

« Lobbying » de la concurrence

Cheikh Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum a également fait état de la difficile concurrence, alors que l’inquiétude des transporteurs est mondiale face à l’essor des compagnies du Golfe.

« Nos concurrents nous défient chaque jour et certains font du lobbying auprès de leur gouvernement pour nous imposer des restrictions », a-t-il ainsi déclaré.

Les trois majors américaines (Delta, United et American) demandent en effet à Washington de freiner l’accès des compagnies du Golfe aux États-Unis. Elles les accusent de fausser le marché avec les aides de leur état-actionnaire. Selon les transporteurs américains, les transporteurs du Golfe ont reçu au cours des 10 dernières années des subventions gouvernementales à hauteur de 40 milliards de dollars.

En Europe, désormais premier « marché » d’Emirates, la France et l’Allemagne cherchent à convaincre les autres membres de l’UE de donner un mandat à la Commission européenne de négocier avec les pays du Golfe des conditions d’une concurrence équitable.

Source : latribune.fr

Le titre est de la Rédaction

NESTLE: Cordon bleu du 07 Mai 2015

Previous article

CAMEG: Cameg assurance

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Marque