novembre 16, 2018

Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière

Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon 2018 : deux ivoiriens lauréats

Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon

Le 2 novembre 2013, les journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon étaient assassinés au nord du Mali dans le cadre de leur fonction. Cet acte a emmené d’un côté, l’ONU à décréter le 2 novembre, « Journée internationale pour la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes ». De l’autre, il a conduit à la création de la bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon, qui cette année est à sa 5ème édition.

Cette bourse initiée par France Médias Monde, se tient chaque année dans un pays d’Afrique francophone. Pour 2018, elle s’est tenue à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Organisée avec la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), elle a permis à 20 candidats de bénéficier de 15 jours de formation à l’issu desquels deux lauréats ont été désigné et présenté vendredi 2 novembre dernier au public ivoirien.

Il s’agit de Taby Badjo Marina Djava, journaliste à la radio La Voix des lacs de Yamoussoukro et d’Aman Baptiste Ado, technicien radio, réalisateur à ISTC FM. Ils ont reçu leur prix des mains de Arona Diouf et Nicole Diedhiou, leurs prédécesseurs sénégalais de l’édition 2017 aux côtés de Cécile Mégie, Directrice de RFI, comme le veut l’esprit de transmission de la bourse.

C’était en présence d’Apolline Verlon, fille de Claude Verlon, de Danièle Gonod, Présidente de l’association « Les Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon », et de Sidi Mohamed Dicko, lauréat technicien malien de la première édition.

Selon, Cécile Mégie, Directrice de RFI, les deux lauréats se sont démarqués par la qualité de leurs productions.

Pour le jury, Taby Badjo Marina Djava a fait la différence grâce au sujet qu’elle a abordé, à savoir l’absence de dialogue dans l’éducation traditionnelle en Côte d’Ivoire. Cette réalité sociale ivoirienne a été présentée avec lucidité et enrichie en témoignages poignants.

Quant à Aman Baptiste Ado, il s’est démarqué par la qualité de réalisation de son reportage sur les cours communes dans la capitale ivoirienne.

Ils sont donc invités l’année prochaine, en février, pour une formation intensive, en immersion d’abord à Radio France Internationale (RFI), puis au sein de l’Ecole de journalisme de Sciences Po pour la lauréate journaliste, et au centre de formation de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) pour le lauréat technicien.

Cette cérémonie de remise des prix a par ailleurs servi de cadre pour un hommage à Jean Hélène, correspondant de RFI en Côte d’Ivoire, assassiné il y a 15 ans, le 21 octobre 2003, à Abidjan.

Rodrigue SK

A lire aussi

COMMENTAIRES
BY KITAM D. / 08 29 44 97