Event

Automobile : le Salon de Shanghai annonce des chefs-d’œuvre

0

mercedes-glc-coupe-3175699-jpg_2831464_652x284

Depuis le 21 avril dernier, se tient à Shangai un salon de l’automobile avec des nouveautés démontrant que le cœur de la création se trouve aussi en Chine. A ce grand rendez-vous, qui prendra fin le 29 Avril prochain, de nombreux constructeurs ayant une bonne représentation en Afrique, et plus particulièrement en terre ivoirienne sont présents. Citons entres autres Mercedes, Qoros, Audi, Volkswagen, qui ont présenté  des modèles à sortir, qu’on pourra surement apprécier en Côte d’Ivoire d’ici peu.

À Shanghai, la Chine s’est éveillée. Et c’est même au travers d’une boulimie de consommation entraînant des ventes vertigineuses à l’échelon européen que se jugent les efforts consentis par les constructeurs du Vieux Continent. Si l’épicentre de l’innovation est encore en Europe, devant le Japon puis les États-Unis, il ne fait plus de doute que le centre de gravité du marché va basculer du côté du continent asiatique. À cela une bonne raison, si un peu plus d’une voiture sur cinq vendue dans le monde l’est en Chine, cette activité génère le double (40 %) en bénéfices. Une aubaine, mais qui crée des devoirs nouveaux, notamment celui de satisfaire impérativement le goût chinois au risque de se perdre.

Même si elles sont en retrait – mais encore en progression de 9 % -, les ventes de cette année indiquent aussi une évolution des moeurs qui arrangent bien les bureaux de design. En effet, à la classique berline statutaire, avec son élégante carrosserie à coffre classique, succèdent les nouveaux formats honnis hier, les deux volumes à hayon. Mais à condition que ceux-ci se parent du costume du 4×4, du SUV ou du crossover, ceux-là qui précisément rencontrent un gros succès en Occident. Succès garanti auprès des jeunes générations chinoises qui trouvent là le moyen de se distinguer de la génération précédente, celle des parents, avec une silhouette de voiture beaucoup plus moderne et actuelle.

Chasse à la prime

Très prisés des « primo-accédants », ces modèles ouvrent une porte sur les loisirs, un mot interdit hier encore en Chine. Mais devenu porteur de l’émancipation de la société la plus progressiste. Pour afficher leur réussite, les jeunes entrepreneurs apprécient de s’afficher au volant des SUV allemands, si possible parés de finitions spectaculaires. Mais ils n’ont pas tous les moyens de les acheter et le marché des « seconds-couteaux » n’a pas tardé à proposer à son tour des crossovers bons pour la galerie, même s’ils n’ont le plus souvent que deux roues motrices à proposer comme ce très opportuniste Citroën avec son C4 Aircross, une sorte de grand Peugeot 2008 qui rencontre un gros succès en Chine.

En revanche, les voitures écologiques et surtout les hybrides rechargeables se multiplient un peu partout, un feu attisé par les aides gouvernementales. Sans avoir à subir les handicaps du tout électrique, l’hybride rechargeable est très prisé car il permet de bénéficier d’une immatriculation prioritaire sans passer par de longues listes d’attente, voire les tirages au sort. De plus, peu importe que l’usager souvent urbain ne puisse recharger la batterie de son hybride, ce qu’il recherche c’est à bénéficier de la prime à l’achat qui peut s’élever jusqu’à 60 000 yuans (soit environ 9 000 euros). Elle est certes versée au constructeur, mais celui-ci a la charge de la répercuter sur le prix de vente. Un bon plan sur des voitures lourdement taxées. L’hybride est donc la nouvelle religion du consommateur chinois et s’il est installé dans un SUV ou un crossover, c’est encore mieux.

Qoros 2 PHEV : halte aux idées reçues

3175709-qoros-2-suv-phev-concept-1-jpg_2831471

Le plus occidental des constructeurs chinois, celui qui copie le modèle européen au plus près afin d’obtenir la reconnaissance chez lui, frappe un grand coup. Avec son Qoros 2 PHEV, un hybride rechargeable qui rappelle quelque chose, il cible les aventuriers urbains, ceux qui s’adonnent aux SUV compacts qui font actuellement un tabac. Basé sur les travaux de nombreux ingénieurs débauchés en Europe, ce concept décalque à sa façon un Renault Captur ou un Peugeot 2008. Voire un Citroën C-Cactus dont il a la taille et le style décalé, très réussi d’ailleurs et rappelant par certains aspects l’excellent concept Aircross de Citroën, présenté à quelques travées de là.

Abandonnant un style trop classique, voire vieillot, Qoros semble vouloir se faire remarquer avec ce concept qui atteint à coup sûr son objectif. Assez inspiré des solutions PSA, il ajoute à son moteur thermique avant deux moteurs électriques sur les roues arrière qui lui fournissent la fonction 4 roues motrices. Rechargeable, il utilise des piles lithium-ion de dernières générations.

Mercedes GLC Coupé : copie non conforme

3175705-mercedes-glc-coupe-2015-2-jpg_2831467

Consciente d’une certaine forme de supériorité, la marque très prisée en Chine ne pouvait rater le rendez-vous de Shanghai. Deux indications intéressantes : Mercedes prend en compte avec (beaucoup) de retard que le coup d’audace de BMW avec son X6, répété à un échelon inférieur avec le X4, avait du sens. Dans le genre coupé 4X4, mariage de la carpe et du lapin hors de toute logique, l’étonnement a été que ce véhicule à l’architecture improbable rencontre une clientèle plutôt huppée, prête à payer cher pour cela. Mercedes s’est donc fendu d’un coupé 4×4 à sa manière, le prototype GLC Coupé qui s’attaquera, lorsqu’il sera prêt pour la série, au BMW X4. Inspiré du GLC qui remplacera le GLK, ce concept long de 4,73 m est dévoilé à Shanghai dans sa version la plus aboutie. Donc une AMG qui a tiré du V6 biturbo à injection directe quelques 367 ch distribués aux roues par le 4Matic et une boîte automatique 9G-Tronic. Que demande le peuple ?

Audi Prologue Allroad : à la hausse

3175706-audi-prologue-concept-jpg_2831468

+ 77 mm, c’est ainsi que l’on pourrait résumer ce qui change sur ce concept, prolongement direct des deux versions précédentes vues à Los Angeles et à Genève. Le but est d’asseoir le bond stylistique voulu par le nouveau patron du design Marc Lichte. Celui-ci semble apprécier les calandres béantes, encore plus grandes que ce qu’on croyait indépassable sur les actuelles versions. Elle est encadrée par des phares laser dotés de la nouvelle technologie Matrix Laser. Mais il faut reconnaître une certaine élégance non dénuée de modernité à ces lignes qui flottent entre le break (Avant) et le Allroad, deux disciplines favorites de la marque aux anneaux. Les réunir sur une seule voiture à la garde au sol rehaussée relève donc d’une parfaite logique.

Il faudra, dans la vie réelle, s’accoutumer à ses dimensions hors normes (5,13 m de long) et à sa cavalerie hennissante. Il faut dire que la Chine appréciant fort peu le diesel, le système hybride électrique-gazole a avantageusement cédé la place à un V8 essence biturbo, associé à un moteur électrique intégré à la boîte de vitesses automatique à huit rapports. Conjuguer les deux dans les ruelles étroites de beaucoup de villes chinoises va ressembler à un défi. Elle pourra aller ailleurs mais, malgré ses bonnes dispositions hybrides, restera très temporairement une voiture respectueuse de l’environnement.

Le temps en effet de vider la batterie lithium-ion de 14,1 kWh, soit l’espace de 54 km, autonomie officiellement revendiquée. Dans cet exercice, la consommation officielle ressort à 2,4 l/100 km et bien sûr beaucoup plus au-delà si on titille la totalité des 734 ch disponibles et le couple de 900 Nm, capables de vous envoyer de 0 à 100 km/h en 3,5 secondes.

Volkswagen C Coupé GTE : la limousine du peuple

3175708-vw-passat-coupe-jpg_2831470

Ferdinand Piëch parti, Volkswagen continuera-t-il à monter en gamme et à rouler sur les plates bandes d’Audi ? La marque aux anneaux n’a rien à craindre, simplement Volkswagen peine à faire vivre ses hauts de gamme et cherche toujours sa place au-delà de la Passat. Le concept GTE tourne, comme le Prologue, son homologue de chez Audi, d’un salon à l’autre, ajoutant une déclinaison de carrosserie qui indique bien qu’une gamme est en train de naître. Après la version Cross au salon de Détroit et la Sport à Genève, voici maintenant le C Coupé GTE qui explore le thème du coupé à 4 portes tel que la Passat CC l’a popularisé.

La course à la calandre large fait rage dans le groupe, Audi pourrait désormais aligner une bonne douzaine d’anneaux s’il le souhaitait et Volkswagen écrire son nom en toutes lettres. Les lignes hésitent toujours entre classicisme et modernité bien ordonnée. Pas de quoi effaroucher un Chinois version Mao si ce n’est par sa technique hybride rechargeable plus électrique que thermique. En effet, le petit moteur essence quatre cylindres TSI turbo à injection directe de 210 ch fait pâle figure dans ce grand costume, même s’il est épaulé par un bloc électrique et une batterie lithium-ion. La puissance cumulée ressort à 245 ch et 500 Nm de couple qu’une boîte automatique à 8 rapports est chargée de distribuer. 2,3 l/100 km, des émissions de 55 g de CO2/km, le 0 à 100 km/h en 8,6 secondes et une vitesse de pointe de 232 km/h, cette Volkswagen C Coupé reste manifestement à sa place afin de ne pas faire d’ombre aux anneaux.

 Source : Lepoint.fr

Le titre et le chapeau sont de la rédaction

UNILEVER: Cordon bleu du 27 Avril 2015

Previous article

La revue de presse du Mercredi 29 Avril 2015

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Event