Crédit image : Samir Zarour
AgendaStrat'Event

Arts : Le retour de Samir Zarour

0

Premier boursier et diplômé de l’Etat de Côte d’Ivoire, affecté à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, le plasticien Samir Zarour remet le couvert, le jeudi 09 décembre 2021, au Sofitel Hôtel Ivoire, Cocody, Abidjan, Côte d’Ivoire. Ce, 3 ans après son exposition réalisée le vendredi 08 novembre 2019, dans le même hôtel. Une exposition qui, à l’époque, a marqué le milieu de l’art, de manière indélébile. Ce vernissage de l’un des grands maîtres des arts visuels ivoiriens s’annonce, d’ores et déjà, grandiose. Il marquera les 55 ans de carrière picturale de l’artiste.

Samir Zarour / Crédit image : Strat’Marques

Le vernissage sera présidé par un collectionneur de goût, Adama Toungara, Médiateur de la République de Côte d’Ivoire. Lors de cette exhibition, Samir Zarour exposera 38 de ses dernières créations, dans le cadre de cette célébration de ses 55 années d’activité artistique. Cette annonce, il l’a faite le mercredi 17 novembre 2021, dans un restaurant de Cocody-Riviera III. Il faut dire que la vie du peintre se confond avec l’histoire de la Côte d’Ivoire. 5 ans en arrière, il était, déjà, fier de célébrer ses 50 ans de carrière. Une longévité pas si courante dans les arts plastiques. Aujourd’hui, le compteur est à 55 années au service de l’art. 55 ans qu’il fêtera, ce 09 décembre 2021, à travers son exposition. “Cela fait 3 années que je n’ai plus exposé en Côte d’Ivoire. En principe, j’organise, tous les deux ans, une exposition dans mon pays. Je n’ai pu le faire l’année dernière à cause des élections présidentielles, de la survenue de la covid-19, mais aussi de mes opérations (au genou droit et à l’épaule gauche que j’ai cassée) et du suivi médical de mon épouse, en France. Mais j’ai mis ce temps à profit. L’appétit venant en mangeant, j’étais tout le temps inspiré. Il n’y a pas d’âge pour un artiste pour créer. Je suis un peintre. Tout peut m’inspirer. Je ne me cloisonne pas dans un thème. Mais la femme est un sujet récurrent dans mes œuvres. On peut créer une œuvre d’art dans tout ce qu’on voit. La nature est tellement belle. On ne regarde pas assez le coucher du soleil. C’est toute la beauté de la nature, de la vie que je fais ressortir dans mes œuvres. Grâce à la covid-19, mes opérations et le suivi médical de ma femme, j’ai donc beaucoup travaillé pendant ce temps de confinement en France. Il faut reconnaître que j’ai beaucoup de chance dans la vie”, confie le formateur de James Houra, Monné Bou et Mathilde Moreau.

Samir Zarour / Crédit image : Strat’Marques

Concernant son art, Samir Zarour le qualifie, lui-même de figuratif, surréaliste, mais aussi romantique et il soutient que l’art est universel. Selon l’enseignant à la retraite : “Chaque artiste doit avoir sa personnalité. L’abstrait, c’est la hauteur plus la profondeur. Quant on est figuratif, il faut donner autre chose. Dans la vie, il faut toujours prendre sa direction, avoir sa propre trajectoire et avancer”. Au sujet de sa palette, Il reconnait avoir été un peu sous l’influence de son maître : “J’ai explosé avec l’âge. Le vert et le bleu sont aujourd’hui mes couleurs de prédilection. Des couleurs chaudes… J’adore les couchers de soleil, la mer. Avant, mes tableaux étaient un peu tristes, pâles avec notamment le gris. Aujourd’hui, j’utilise les couleurs chaudes”.

Crédit image : Le Télégramme

Pour cette exposition marquant la célébration de ses 55 ans de carrière picturale, Samir Zarour présentera 38 tableaux de ses dernières créations.

Rodrigue Cofye

Rédacteur à lire aussi sur Strat’Marques :

LES TROIS LASCARS, une comédie vouée au succès

 

 

Photoreportage : La BNI présente ses prix à son ministère de tutelle

Previous article

Marque : Cody’s apporte de l’énergie à la communauté burkinabè

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

More in Agenda