Dossier

Affaire « Retrait de licence à GREENN et COMIUM » : trop de confusion!

0

visuel-bruit-720x340

De nouveaux rebondissements dans le ‘’feuilleton : ARTCI-GREENN-COMIUM’’. Après les épisodes ‘’ultimatum de 3 mois aux opérateurs pour fusionner’’, le gouvernement, à travers l’ARTCI, aurait l’intention de signifier à ces deux entreprises, le retrait définitif de leur licence d’exploitation respective.

L’information nous est parvenue jeudi 31 mars 2016. L’Autorité de Régulation des Télécommunications/Tic de Côte d’Ivoire (ARTCI) a pris une décision devant obliger trois (3) opérateurs à mettre la clé sous le paillasson.

Il s’agit du retrait définitif de la licence pour l’établissement et l’exploitation d’un réseau de radiocommunication mobile cellulaire terrestre.

Entreprises visées : les Sociétés COMIUM Côte d’Ivoire (COMIUM/KOZ), NIAMOUTIE TELECOM (CAFE MOBILE),  et enfin ORICEL CI (GREENN).

« Les faits reprochés »

ARTCI

Au dire de l’ARTCI, globalement, ces maisons de téléphonie sont réfractaires aux dispositions législatives et réglementaires couvrant le secteur des télécoms en Côte d’Ivoire.

Ces ‘’chefs d’accusations’’ sont entre autres  des  manquements « graves » aux obligations contenues dans leur cahier des charges respectifs, ainsi que le non respect du versement de certaines  redevances (pour plus de détails voir fac simulé en fin d’article).

En clair,  toujours selon le régulateur, COMIUM/KOZ et GREENN, pour ne citer que les entreprises opérationnelles, ne sont ni à jour au niveau administratif ni sur le plan technologique.

Parlant de technologie, elles opèreraient  en Edge ou en 2G tandis que la tendance en Côte d’Ivoire serait la 4G  (A en croire les concurrents ORANGE et MTN, Ndlr).

Et pourtant….

GreenN

Du coté de GREENN, c’est la stupéfaction totale.  Selon nos sources, cette  société de droit libyen a soumissionné depuis septembre 2015 à la 4G. À l’époque, ce sont huit (8) opérateurs au total qui avaient déposé ladite requête auprès du gouvernement.

Après une présélection puis des désistements, les décideurs en ont retenu quatre (4). A savoir MTN, ORANGE, MOOV et GREENN.

Ensuite, les trois premiers sont passés à la caisse (100 milliards de FCFA, pour obtenir la licence d’exploitation, suite à la dernière décision gouvernementale, Ndlr).

A lire: GreenN Côte d’Ivoire, le grand retour en 2016 ?

Quant à GREENN, elle s’est engagée dans des négociations avec l’Etat en vue de se mettre à jour.  Mieux, la haute hiérarchie de l’entreprise avec à la tête le PCA du GROUPE LPTIC, Fisel GERGAB, s’est même rendue à deux reprises (Décembre 2015, Février dernier) à  Abidjan.

A l’effet d’échanger directement avec les autorités ivoiriennes pour espérer convaincre ces dernières. Et à preuve de contraire, soutient notre source, la phase de négociation n’a pas expiré.

En un mot, Les responsables de GREENN s’attendaient logiquement à une suite favorable de la part du gouvernement relativement  à cette doléance.

A lire: Côte d’Ivoire : COMIUM a-t-il trouvé preneur ?

Malheureusement,  le scénario qui se présente semble plomber les attentes. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir donné des garanties réelles, affirme-t-on du côté de cet opérateur.

4X3-exe-koz-revel-01

S’agissant de COMIUM, nous avons joint l’un des responsables qui nous a promis un retour malheureusement pas effectif pour l’instant (Au moment où nous mettons cet article sous presse). Toutefois, nous comprenons notre interlocuteur. D’autant que ce type de nouvelle peut émousser psychologiquement.

GREENN ne baisse pas pavillon

Il est clair que ce feuilleton porte un coup commercial aux marques citées plus haut. Mais le signataire de « L’esprit Mobil » reste inébranlable.  «  Nous sommes dans une logique globale, nous sommes prêts à passer à la 4G… Le processus suit son cours. » A laissé entendre notre source.

Le gouvernement jette un pavé dans la marre

Alors que les négociations sont censées suivre leur cours. Le Ministre ivoirien de l’économie numérique et de la Poste, M. Bruno KONE annonce l’arrivée sur le marché ivoirien d’un nouvel opérateur pour la mi-mai.

Est-ce à dire que les négociations ont échoué ? Que réserve-t-on à ces entreprises, particulièrement  à GREENN qui dit s’être donné les moyens de refuser de fermer boutique ? Quel est le sort  des millions d’abonnés et surtout pour les  milliers d’emplois directs et indirects que garantissent jusque-là ces différentes marques ? Ne doit-on pas songer à soutenir ces sociétés ?

A lire: Téléphonie : Faut-il renouveler le ‘’verger’’ de Café Mobile ? 

A Stratmarques, nous pensons que si ! Il faut bien que ces sociétés  puissent bénéficier d’appuis pour résister aux soubresauts actuels.

Communiqué

Décision ARTCI

Décision ARTCI

Marius Aka Fils

Publi-reportage/ JUMIA : les 4 bougies d’un business model ‘’révolutionnaire’’

Article précédent

La revue de presse du Samedi 02 et Dimanche 03 Avril 2016

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans Dossier