Catherine Mélène Nomel
RECO DE PRO

A la découverte du Marketing 3.0 avec Catherine Mélène NOMEL

0

Catherine Mélène Nomel

Le marketing évolue, ses tendances aussi. Hier on parlait marketing 1.0, orienté produit, puis marketing 2.0 centré sur le client. Aujourd’hui, nous sommes à l’ère du marketing 3.0, qui se définit avant tout comme celui qui prend en compte les valeurs du consommateur.

  • Les outils de mise en œuvre

Le marketing 3.0 permet donc aux entreprises de collaborer avec leurs clients qui deviennent ainsi leurs premiers partenaires et défenseurs. A l’instar des tendances précédentes, le marketing 3.0 utilise comme moyen d’expression, internet et le digital de façon générale.  Ce que nous appelons dans le monde du digital ‘’SOLOMO’’ ; entendez Social, Local, et Mobile.

SOLOMO-1

Contrairement aux méthodes traditionnelles de communication, l’usage d’Internet permet  d’aller vers le consommateur en tous lieux et en tous temps, et surtout de mieux cerner les valeurs de ce dernier.  La particularité étant de lui offrir, au-delà du produit à vendre, des choses qui lui tiennent à cœur, voire qui épousent ses principes de vie, afin de le pousser à l’acte d’achat.

  • La méthodologie

Pour appliquer le marketing 3.0, Il faut commencer par étudier sa cible. Ensuite connaitre ses besoins et ses valeurs ; maîtriser sa zone de chalandise ; puis faire du Benchmark afin de savoir les tendances mondiales en vue de les adapter à son environnement.

Cela permettra d’offrir un produit répondant véritablement  aux besoins des clients. Aussi, il faut avoir un service après-vente adapté. Avoir une politique de communication mettant  en avant les valeurs clés de l’entreprise, par rapport à la cible.

Surtout, il faudrait qu’à tous les niveaux d’échelle de l’entreprise, les agents ou le personnel aient une attitude, un comportement allant dans le sens des valeurs communiquées. C’est donc tout le système qui doit épouser la démarche.

  • Les moyens d’exécution

Chaque entreprise peut développer une stratégie en fonction de son budget. C’est par exemple le cas de la marque Dove qui a récemment déposé ses valises en Afrique.

Alors que dans l’esprit de bon nombre d’Africains, cette marque est semblable à son concurrent Nivea qui selon eux propose des produits pas toujours adaptés aux peaux noires en général et particulièrement pour les femmes vivants sous les tropiques.

Dans les faits, aujourd’hui les produits Dove sont appropriés aux peaux sèches. On remarquera donc dans la stratégie de Dove,  que les communications menées dans les pays d’Afrique Sub-saharien se font dans les périodes consacrées à la célébration de la femme (NDLR : fête des mères, Journées internationales de la femme…).

Dove-Cote-d-Ivoire Parce que les femmes sont belles

Mais aussi  en  période d’harmattan. Dans ses campagnes, les  messages  sont donc taillés à la mesure desdites thématiques : « valoriser la beauté de la Femme ».  D’ailleurs l’entreprise a choisi comme slogan : « Toutes les femmes sont belles ». A noter  qu’il ne s’agit pas de beauté physique, mais plutôt de l’estime de soi. C’est donc une incitation aux femmes à avoir confiance en elles. Cela se traduit sur tous les supports de communication comme sur le site web de la marque.

Comme ses concurrents locaux, Dove aurait pu bien se contenter de vanter le mérite de ses pommades et inviter les femmes à se les procurer. Mais, elle a choisi une autre démarche, qui est de loin la meilleure car, elle fidélise.

Dove a aussi proposé des jeux adressés à la gent féminine sur sa page Facebook, afin de les encourager à s’affirmer. Cela lui a permis de s’implanter dans les esprits, et se rapprocher des femmes. Il faut dire que le processus est tellement bien pensé et mis en œuvre qu’on dirait de prime abord, que la marque n’a pas choisi de vendre.

Tout ceci se fait sans utiliser véritablement les moyens que la marque aurait pu dégager au vu de son standing, et de ses revenus conséquents. Elle a apparemment préféré faire du « petit à petit », pour atteindre avec peu de dépenses, les mêmes résultats qu’une grosse campagne avec un budget plus élevé.

  • L’exemple NESCAFE

La campagne internationale ‘’Get Started’’ de NESCAFE, pour ne prendre que cet exemple,  illustre cette technique. Il s’est agi de permettre  aux jeunes de « réaliser leurs rêves » en réveillant « le génie en eux ». Son café soluble étant en majorité consommé par les travailleurs (NDLR : employés d’entreprises, cadres, transporteurs…) âgés de 25 ans et plus.

Nescafe get started

En filigrane, la marque a voulu s’attirer  les jeunes de 18 ans, “clientèle potentielle”, qui constituera le porte étendard et assurera la relève.
Cette stratégie permet aussi d’essuyer les préjugés autour de son produit, car il se dit que sa consommation accroît la nervosité, ou encore rend insomniaque…

In fine, l’opération construit le rêve de positionner  NESCAFE en premier choix pour tout jeune qui voudra prendre une tasse de café. D’autant qu’il se retrouve tout simplement dans l’esprit développé par la marque.

  • Situation du marketing 3.0 en Côte d‘Ivoire

Pour ce qui est des marques ivoiriennes, on peut dire qu’elles n’ont pas encore vraiment emprunté le virage du marketing 3.0. D’ailleurs, une bonne partie n’applique pas encore véritablement le marketing 2.0. J’en veux pour preuve les nombreuses plaintes des internautes sur les forums Facebook dédiés aux consommateurs comme ‘’Un consommateur avertit en vaut deux’’, ou ‘’Avis des consommateurs de Côte d’Ivoire’’.

bad-buzz

La majorité des remarques établit  le fait que des marques n’épousent pas vraiment les valeurs de ces derniers. Elles se contentent plutôt de communiquer sur leurs propres valeurs.

Pourtant au vue des habitudes et tendances, l’Occident croque à pleines  dents  le marketing 4.0. Les marques en Côte d’Ivoire gagneraient à se mettre à jour à ce niveau pour ne pas être encore une fois en déphasage avec le reste du monde.

En conclusion, il nous est donné de constater que le marketing 3.0  va  au-delà du simple objectif  de vente. Ceci commande de prendre du temps pour étudier les données sociologiques de sa cible afin de déterminer jusqu’à quel niveau toucher le cœur du client en face.

J’aimerais donc inviter les web-entrepreneurs, les consultants, les boites de communication, et tous ceux qui en Côte d’Ivoire évoluent dans le domaine du marketing, à aller au-delà d’une simple offre produit.

Car tout le pari se trouve dans le partage avec nos clients, les valeurs qui leurs sont sacrées. Il faut savoir toucher les émotions pour susciter plus tard un acte d’achat volontaire. Ce sera notre manière à nous professionnels d’emprunter le chemin de l’émergence dans nos manières de travailler.

A lire aussi: Interview : Le Marketing Digital vu par Catherine Mélène Nomel

Catherine Mélène NOMEL
Chargée de Communication web et sponsoring en Banque assurance.
Consultante Relation Publiques.
cathymelene@gmail.com

La revue de presse du Mardi 24 Novembre 2015

Article précédent

La revue de presse du Mercredi 25 Novembre 2015

Article suivant

Vous aimerez aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Plus dans RECO DE PRO