décembre 15, 2018

Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière

5ème édition de la JNCC : les ivoiriens encouragés à la consommation locale du cacao

La Journée Nationale du Cacao et du Chocolat (JNCC), ouverte le vendredi dernier à l’Heden Golf Club d’Abidjan, a porté sur le thème « la promotion de la consommation locale : une opportunité pour le développement de la filière du café-cacao en Côte d’Ivoire ».

Cette 5ème édition de la JNCC a enregistré la participation d’annonceurs et marques de divers types. Il s’agit des sociétés exportatrices à savoir Cargill, Olam, Saco ; des transformateurs  tels que Choco Max, Mon Choco, Cemoi ; des transporteurs maritimes que sont le Port Autonome d’Abidjan et la MSC,  des structures institutionnelles en l’occurrence le Conseil café cacao qui est la principale organisatrice de cette journée ;  des structures de recherche que sont l’ANADER, le FIRCA et le CNRA, les banques et  institutions de microfinance (Sgbci et Advans), ainsi que les coopératives  et les petits opérateurs.

Outre les expositions des différents annonceurs venus présenter leur savoir-faire, la JNCC est fait également de conférences, de dégustation, de panels, d’échange et d’activités sportives, culturelles et éducatives.

La cérémonie d’ouverture de l’édition 2018 de la JNCC a été marquée par  le bilan de la campagne 2017-2018 et la remise du prix aux meilleurs producteurs et coopératives.

Le président du conseil d’administration du Conseil café cacao, Lambert Kouassi Konan, a relevé que la campagne a été mise à mal du fait de la chute des cours internationaux à hauteur de 40%. En effet, le prix du kilogramme du cacao qui était de 1100 Fcfa en 2017 a connu une baisse de 400 Fcfa lors de toute la campagne 2017-2018. Une situation qui a influencé négativement le taux de production ainsi que le revenu brut des paysans.

Bien que la Côte d’Ivoire demeure le leader mondial de la production cacaoyère, il n’en demeure pas moins que cette filière connaît des difficultés, notamment au niveau de l’accès au site de production du fait de la dégradation des pistes. La JNCC a refermé ses portes ce lundi 1er octobre.

Evelyne Ouattara

A lire aussi

COMMENTAIRES
BY KITAM D. / 08 29 44 97