décembre 11, 2017

Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière

Filière riz en Côte d’Ivoire : Brassivoire s’engage à travers le projet Krispi

Brassivoire s’engage à travers le projet Krispi

Korhogo Rice Sector Performance Improvement (Krispi). Ce qui donne en français Amélioration de la performance de la filière Riz à Korhogo. Ce projet est initié justement par le brasseur d’Ivoire, cette bière faite à base du riz. Pour tenir le pari, Brassivoire s’est donc allié à la Coopération Technique Allemande (Giz). En ligne de mire : développer la chaîne de valeur de ladite filière. L’information a fait l’objet d’une conférence de presse ce mardi à son siège sis à Abidjan-Marcory.

L’idée maîtresse est de valoriser les fines brisures de riz, un intrant de fabrication important pour la brasserie. Mais bien plus qu’une politique d’approvisionnement, Brassivoire met les bottes pour investir véritablement les rizières.

Par ricochet pour booster la stratégie nationale de développement de cette culture nourrissant toute une nation. A commencer par la formation des producteurs. Krispi vise en effet à donner les moyens techniques, matériels voire financiers à 3000 riziculteurs sur une durée de 3 ans.

Ensuite le renforcement des capacités de vente. Cela se traduira par la création d’un marché fiable et stable à même d’assurer l’écoulement des produits rizicoles. Ce en accroissant la productivité et par conséquent les revenus desdits producteurs.

L’enjeu est connu. A en croire M. Alexander Koch, le Directeur Général de Brassivoire, il s’agit à la fois de soutenir la sécurité alimentaire au bénéfice des populations-chose importante quand on sait la place de choix qu’occupe cette denrée dans les habitudes alimentaires – aussi garantir un circuit d’approvisionnement certain pour son entreprise.

Des engagements pris ont été réitérés d'ailleurs à ce niveau. Il faut dire que la vision du groupe Heineken auquel appartient Brassivoire, 60% des matières premières agricoles utilisées en Afrique doivent provenir du continent.

Le Directeur Résident du Giz, partenaire technique du projet, a parlé de l’expérience de son organisation en la matière. M. Michael Dreyer a indiqué par la suite que l’implication de sa structure se chiffre à 42% du budget de la phase pilote estimé à 310 millions de Fcfa.

Marc-Emmanuel Moyé

A lire aussi

COMMENTAIRES
BY KITAM D. / 08 29 44 97