avril 19, 2018

Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière
Top-bannière

Bière en Côte d’Ivoire / Flag : parlons de cette ‘’ Nouvelle formule améliorée’’

Flag Nouveau

Il y a eu les temps forts des ‘’Cols blancs’’. Pour parler de ces formats de bière de marque Flag qui régnaient sur les tables dans les buvettes et autres espaces de loisir en Côte d’Ivoire. Insidieusement, ce produit de la Société de Limonaderies et Brasseries Africaines (SOLIBRA) s’éclipsa. L’actualité du label : ‘’ La nouvelle formule améliorée’’. La rénovation a-t-elle un lien avec les fameux stéréotypes collés à cette boisson ? La réponse de la marque.

Quand la rumeur ‘’ tue’’ la bonne saveur de la bière

bock-solibra

La Bock 100 de SOLIBRA désignée sous l’appellation « grosse bière » par les Ivoiriens a eu son lot de ‘’clichés’’ : «  Bière faite pour les maçons… Bière qui donne des dattes…Boisson des Gawas (Ndlr : pour qualifier ceux qui ne sont pas dans le tempo du moment) etc. »

La Guinness non plus, n’a pas échappé aux rumeurs abidjanaises : « La boisson expose son consommateur à l’insuffisance rénale ». Quant à la Flag, certaines langues lui attribuaient une casquette bien connue : «  Elle provoque des céphalées ».

Scientifiquement, aucune étude ne confirme ni n’infirme ces allégations. Du moins, pas à notre connaissance. Mais ces rumeurs n’ont pas été sans impact. Même en l'absence de chiffres exacts, les maux de l’Afrique aidant, il n’est pas hasardeux d’affirmer, tout de même, que ces allégations ont agi sur les ventes des différentes boissons.

A lire: Bière/ Le match amical stratégique : Beaufort- Number One

Une enquête express, conduite par nos équipes la semaine dernière, nous permet de donner quelques éléments déterminants. Justement pour les besoins de la cause, dès le lancement de la campagne de Flag (début juillet 2016, Ndlr), nous avons sillonné quelques espaces cultes tels que l’Allocodrome de Cocody, les Mille Maquis de Marcory et le Super Sonia de Yopougon–Toits rouges.

Bierre FLAG

Malheureusement, la plupart de ceux qui nous ont fait l’amitié de s’exprimer ont décidé de requérir l’anonymat. Néanmoins, personnel desdits établissements comme clients trouvés sur place disent reconnaître en majorité avoir été emballés par ces chahuts. Avec pour conséquence, bien entendu, le ‘’rejet’’ des marques de bière citées plus haut.

M. H. Bouafo Thierry soufflera bientôt sa 58è bougie entant que résidant du quartier Citée des Arts de Cocody. Etudiant, fonctionnaire, aujourd’hui retraité, il compte parmi les fidèles clients de l’Allocodrome.

Ce professionnel des Télécommunications est formel : « On ne peut exclure la rumeur comme facteur de la déconsommation. Mais l’un des vrais problèmes est que les promoteurs de la Flag n’ont pas su accompagner la génération Cols blancs Parole de sachant. Car, notre interlocuteur affirme avoir « squatté » les salles de cours du Centre d’Etudes et de Recherches en Communication (Cercom) de l’Université de Cocody.

L’étrange mutisme de l’annonceur

publicité Flag

La plupart des personnes que nous avons rencontré à Cocody, Yopougon et Marcory disent avoir été victimes par moment de cette hantise. Ce tracas occasionné en eux par ces rumeurs. C’est le cas de M. Kossonou Didier, Enseignant vivant à Koumassi qui s’insurge contre ce qu’il appelle le silence coupable de SOLIBRA : « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi le brasseur n’a pas mené une communication pour déconstruire ces rumeurs qui pourtant étaient prises au sérieux par certains consommateurs. »

« C’est le syndrome du monopole… » Tente de justifier Mme Akpa assise juste à une table près de M. Kossonou.

Le bel exemple de NBCI

La Nouvelle Brasserie de Côte d’Ivoire (NBCI) a fait son entrée sur le marché ivoirien depuis novembre 2012 avec ses marques de soda (Buble Up, Planèt et American Cola). Dans sa marche, il eut une période où des voix s’élevaient pour taxer ses produits de contrefaits voire « fabriqués à Adjamé ». Quand on sait que cette commune sert par endroit de laboratoire à des opérateurs véreux, il fallait vite réagir.

A lire: Bière en Côte d’Ivoire: C’est désormais BRASSIVOIRE contre SOLIBRA

Message perçu 5/5 par NBCI qui a effectivement pris les taureaux par les cornes. Trois (3) Publi-reportages revenant à 5 millions de FCFA (HT) chacun sur les antennes de RTI au premier trimestre 2016. Avec en appui l’Affichage.

Objectif : démonter par l’image les ‘’accusations’’, les bruits en démontrant son process de fabrication. De l’usine de fabrication à la livraison.

En 2015, NBCI a effectué des investissements publicitaires d’un total 121,7 millions de FCA. Mieux, 89% du budget global de l’an dernier ont été déjà investis en seulement six (6) mois cette année. Puisque de Janvier à Mai 2016, le brasseur a dégagé plus 108 millions de FCFA pour promouvoir ses marques.

Didier Drogba… un sauveur

Partido-en-vivo-de-Grecia-vs-Costa-de-Marfil

Il est possible que Flag et Guinness fassent jusqu’à présent les frais des préjugés qui frappaient à son temps leur produit respectifs. Quand bien même, des contre-rumeurs classaient la Guinness parmi les bières recommandées puisque « vendues avant en pharmacie ».

media_xl_4105435

Quant à la Bock 100, elle a pu sortir de l’ornière depuis un certain temps. Parce que l’image de « la grosse bière » a connu une nette embellie dès le début des années 2000. Plus précisément depuis que les Ivoiriens l’on surnommé ‘’Drogba’’. Allusion faite à l’imposant physique et à la robustesse de l’iconoclaste footballeur Didier Drogba.

A lire: Comment Castel a mis K-O les Brasseries ivoiriennes

Le joueur étant adulé par les populations, ces remarquables performances ont conduit des adeptes de la bière à opter pour la « Drogba ». Une situation qui a peut-être des sources socio-économiques. En effet, au plus fort de la crise ivoirienne déclenchée en 2002, il était alors plus économique pour la plupart des bourses de consommer des « Drogba » (1 litre).

La « Nouvelle formule améliorée », la riposte ?

flag4 (1)

La « Nouvelle formule améliorée », la riposte ? Dire que les lignes ne bougent pas du côté de Flag serait faire fausse route. Car il est évident que l’annonceur a engagé une vaste opération de relooking sur sa marque depuis 2015. Plus de 148, 2 millions de F CFA ont été affectés à la Communication avec 97, 7 millions en Outdoor, 33, 1millions en Télévision, 15, 3 millions versés aux supports de la presse écrite et enfin 1,9 million en Radio selon PIGEPRO.

Un enchaînement d’actions marketing qui a vu passer de belles campagnes publicitaires axées fun, jeunes, urbain, bref dirigée vers la génération que nous convenons de baptiser ‘’génération smart’’. Les ‘’branchés’’ comme on peut les appeler. Peut-être une réponse à M. Boafo. En d’autres termes, à défaut d’« accompagner la génération cols blancs », Flag bâtit une nouvelle communauté.

flag5

Mais nous sommes allés à la source. Nous avons échangé avec M. Jean-Paul N. qui n’est autre que le Responsable Marketing de la « bière spéciale ». Selon cette vigie, le lancement de la « Nouvelle formule améliorée » est la preuve que sa marque est à l’écoute du marché. « Ces informations (Ndlr, rumeurs) nous ont été remontées. Nous avons décidé par conséquent de relooker le produit dans son entièreté. Le taux d’alcool est passé de 5.2 o à 4.8 avec la nouvelle formule. Elle est donc plus légère et le goût est meilleur ». A affirmé notre interlocuteur au détour d’une conversation téléphonique.


flag6

En clair, la marque veut éviter les amalgames en s’attaquant frontalement aux rumeurs. Toujours est-il que la Flag d’hier est bien différente de celle qui a été sous les feux des critiques. La Nouvelle formule sonne la rénovation, l’amélioration ; à en croire ses promoteurs. Le reste, le terrain le déterminera. Mais sachez que Flag promet que « Vous allez Kiffer ! ».

Marius Aka Fils

A lire aussi

COMMENTAIRES
BY KITAM D. / 08 29 44 97